« Ce que parler avec son corps veut dire », conférence M.-A. Paveau, EHESS 20 mars, séminaire de C. Canut, Anthropologie du langage

Capture d’écran 2013-03-16 à 22.37.33Ce que parler avec son corps veut dire. Les écrits corporels militants des femmes sur le web 2.0
Marie-Anne Paveau, Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Pléiade
Séminaire Anthropologie du langage, Cécile Canut, EHESS – 20 mars 2013, 17-19 h, salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris

Présentation (slides ci-dessous)

Si le langage est à la fois le lieu et l’arme du pouvoir, par exemple dans les idéologies linguistiques qui l’arraisonnent pour le soumettre à leur ordre, ce pouvoir peut parfois être défait et réapproprié au sein même du langage et de sa mise en discours. Les relations entre langage et pouvoir ne sont pas, en effet, univoques, et aucun pouvoir ne peut contôler les circulations des discours. Dans cette intervention, je montrerai comment des formes discursives qui articulent le corporel, le technologique et le langagier, manifestent une « puissance d’agir » (agency) et une créativité subversive de la parole, qui aboutissent à l’élaboration d’un contre-pouvoir discursif.

Quelque chose se passe entre le corps des femmes et le discours en ce début de 21e siècle, au niveau mondial, quelque chose qui passe à la fois par la nudité et la circulation numérique. Les femmes semblent en effet avoir fait de leur corps même un média, destiné à constituer une arme dans leur combat pour l’émancipation, l’égalité, la parité et, plus que tout, le respect. Elles écrivent littéralement sur leur corps, qui devient ensuite un véritable « flyer » difffusé sur l’internet de manière virale.

Les formes de cette corpographèse numérique sont variées, et je propose d’en étudier trois :

– la dedipix, feuille de papier ou pancarte tenue devant une caméra ou un appareil photo, et qui parle à la place du corps filmé ou photographié – je prendrai le cas de la dedipix des femmes violées, qui manifestent ainsi à la fois leur désir/besoin de parler et leur volonté de protéger les autres femmes (voir par exemple le site : http://project-unbreakable.org/, entièrement consacré à cette parole du viol).

– les inscriptions éphémères des groupes féministes Femen et des slutwalks, amplement relayées sur Facebook, twitter et sur les sites féministes (voir le site des femen http://femen.org/  et leurs pages Facebook dans différents pays).

– les inscriptions éphémères de soutien et, parfois, antimilitaristes des femmes américaines du mouvement Battling bare, mouvement très récent (2012) qui se développe actuellement et qui a commencé par une page Facebook : https://www.facebook.com/BattlingBare Les femmes y posent de dos, leur dos inscrit d’un message d’amour pour leur mari combattant, et/ou de lutte contre le PTSD.

Je me situe dans le cadre épistémologique de ce que j’appelle la linguistique symétrique, qui souhaite discuter les conceptions logocentrées de la linguistique dans ses courants mainstream. Une linguistique symétrique accorde une place équivalente (« symétrique ») au langagier et au non-langagier dans l’analyse linguistique, et repose sur une conception de la langue et du discours composite : les objets de la linguistique et de la théorie du discours ne sont plus la langue en elle-même ou le discours comme dispositif d’énoncés contextualisés, mais des objets structurellement composites articulant constitutivement du langagier et autre chose (du social, du culturel, de l’historique, du matériel, de l’émotionnelle, etc.), dans le cas présent du langagier et du technologique.

Dans cette perspective, je ferai quelques propositions d’analyse de ces corpus technodiscursifs féministes et féminins dans le cadre théorique et méthodologique d’une analyse du discours numérique, qui montrera que le web 2.0 constitue un espace de circulation des discours particulirement riche en potentiels de résistance.

Références de l’intervenante

– 2009 : « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », conférence invitée au deuxième colloque international Res per nomen, Reims, 30-31 mai, in Actes prépubliés, p. 21-31 (sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00477257).
– 2009 : « Une énonciation sans communication : les tatouages scripturaux », Itinéraires ltc, Cenel-L’Harmattan, mars 2009, p. 81-105 (sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00516246).
– 2011, Scriptocorpus, série de 7 billets sur La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/hiver-2011-scriptocorpus, consulté le 18.01.2013
– 2012 : “Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition“, dans Synergies pays de la Baltique 9, revue du GERFLINT (en ligne : http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Baltique9/baltique9.html).
– 2012, Linguistique et numérique, série de série de 7 billets sur La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/8-ete-2012-linguistique-et-numerique, consulté le 18.01.2013.
– 2012 : “Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours”, Semen 34 (sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00773187).
– 2013, “Ces corps qui parlent 1. Resignifier la parole violeuse”La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11642, consulté le 17 mars 2013
– 2013, “Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11603, consulté le 17 mars 2013


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 26/03/2013

    […] Péronnet: Rroms PMA – GPA Activistes de ma réflexion Vidéos Sort Share penseedudiscours.hypotheses.org       0 minutes […]

  2. 27/11/2013

    […] n’est pas un bordel » en lecture libre qu’en petites parties sur Google Books 4 « Ce que parler avec son corps veut dire » C.Canut 5 «  « Femme(s) à poil », c’est quoi le problème ? » de […]