Ces corps qui parlent 1. Resignifier la parole violeuse

Je commence cette série d’hiver par un usage particulier de la dedipix, dans le contexte traumatique du viol. La dedipix fait parler le corps en l’augmentant d’une sorte d’artefact scriptural, l’image du dispositif étant destinée à circuler sur le web, sur un site ou un réseau. Elle permet que l’expérience du viol soit retravaillée, reformulée et même « resignifiée », selon le terme de Judith Butler. La « resignification » d’une injure ou d’un énoncé agressif, stigmatisant, c’est la possibilité de produire de l’habilitation, de la capacité à l’existence et à l’autonomie, explique Judith Butler, par « la remise en scène [restaging] et […] la resignification des énoncés offensants, [et les] déploiements de pouvoir linguistique qui visent simultanément à révéler et à contrer l’emploi offensant du discours » (2004 [1997] : 38). Dans un ouvrage précédent, elle développe la notion de « site discursif », à partir de sa réflexion sur Foucault :

Si Foucault a pu déclarer qu’un signe pouvait être repris et utilisé à des fins contraires de celles pour lesquelles on l’avait d’abord conçu, il a forcément compris que même les termes les plus méprisants pouvaient être réappropriés, que même les interpellations les plus injurieuses pouvaient devenir le site d’une ré-occupation et d’une re-signification radicales. Mais qu’est-ce qui nous permet d’occuper le site discursif de l’injure ? Comment sommes-nous animés et mobilisés par lui, au point que ce nous éprouvons pour lui nous permette de lui donner une nouvelle signification ? Qualifié d’un nom injurieux, j’accède à l’existence sociale ; parce que j’éprouve un attachement inévitable pour mon existence, parce qu’un certain narcissisme touche tout ce qui compose l’existence, je suis amené à adopter les termes qui me blessent parce qu’ils me constituent socialement » (2002 [1997] : 162-163).

Le processus d’appropriation de la parole dans les dedipix ne correspond pas exactement à ce processus : les porteuses de textes se s’appliquent pas les injures qui lui ont été adressées ; mais il y a quand même, on le verra, une contre-appropriation discursive qui accomplit ce que Judith Butler appelle l’occupation du site discursif. Le discours offensant ou traumatisant devient alors une source d’autonomie, d’action et même de liberté.

La dedipix, une pratique native en ligne : un technodiscours

La dedipix est une feuille de papier, ou une pancarte, ou un carton tenus devant un appareil photo, qui parle à la place du sujet filmé ou photographié. J’ai parlé de la dedipix adolescente dans la série Scriptocorpus, qui a plus souvent un support corporel, et un objectif de séduction, mais je garde le terme pour désigner un dispositif, et non un simple contenu. Je prends ici le cas de la dedipix des femmes violées, qui manifestent ainsi à la fois leur désir ou besoin de parler et leur volonté de protéger les autres femmes. Ces dedipix sont mis en ligne sur le tumblr Project Unbreakable, consacré, de manière tout à fait spécifique et singulière, à la parole rapportée des violeurs. Le Project Unbreakable est un projet entièrement natif du web, qui n’a pas d’existence IRL : il est nativement numérique ; il est prolongé par une page Facebook et un compte Twitter. Il est constitué d’une série de photos prises par la créatrice du site, Grace Brown, photographe, et envoyées par des femmes et des hommes violés, sur le principe du discours rapporté et avec un objectif thérapeutique. Une précision : cette série étant consacrée au corps des femmes, c’est sur elles que je concentre mon attention, mais je n’écarte pas le viol des hommes ; le site contient des exemples masculins, minoritaires mais réels et il n’est pas question de les passer sous silence. Si la contrainte de la parole rapportée est prégnante, et si la forme [individu + support d’inscription manuscrite] est générale, d’autres formes existent cependant, comme le montre cette petite galerie :

LES FORMES

La photo 1. est de forme canonique : un sujet tenant une pancarte, regardant l’objectif ; il peut s’agir d’un diptyque, le texte se déployant sur deux pancartes. La 2., de forme moins fréquente, présente un visage caché. La 3. n’est constituée que de la feuille ou pancarte. La 4., rencontrée deux fois pour le moment dans le corpus de Project Unbreakable, est un diptyque constitué de deux photos : une dedipix et une photo du tatouage qu’on suppose être celui de la porteuse (un autre exemple ici). La 5., dont j’ai repéré quelques exemples sur le site, est une photo envoyée par un groupe, une version dedipix de la « photo de groupe » en quelque sorte, qui présente des pancartes en couleur, chose assez rare. Ces sont les cinq formes-formats qui déclinent le genre de la dedipix.

Le Project Unbreakable n’est bien sûr pas le seul à exploiter la dedipix qui est devenue un genre communicationnel assez courant sur la toile. Je parle volontiers de genre, de technogenre en fait, car la dedipix en a les caractéristiques : une forme stabilisée, avec des traits fixés, disponible dans la mémoire textuelle et cognitive des scripteurs, reproductible, transmissible, et qui régule une pratique socio-discursive. Il semble cependant qu’elle soit adoptée de manière privilégiée pour dire le viol, y compris sous forme filmique, comme le montre cette vidéo d’une jeune Suédoise ayant choisi ce mode de discours sur sa page Facebook.

La dedipix permet en effet la parole sans la prise de parole, en quelque sorte ; on peut en effet penser que l’écrit, par sa forme silencieuse, protège le sujet de l’affrontement direct à l’autre impliqué par l’oral. L’écrit permet de se séparer de sa parole et par là d’en affaiblir les affects : posée sur le papier, la parole se calme et acquiert par là une puissance de signification importante. L’écrit y est quasiment toujours manuscrit (il existe quelques rares exemples tapuscrits sur des écrans de bloc-notes) : il y a donc une corporéité choisie et montrée de cette parole destinée à circuler en ligne, bien loin du mythe de la dématérialisation et de l’absence de présence physique sur le web.

Le dispositif énonciatif : technodiscours rapporté ou discours rapporté augmenté

Comme j’essaie de le montrer dans le Dictionnaire d’analyse du discours numérique, les théories et analyses énonciatives disponibles dans le champ des linguistiques TDI doivent être augmentées pour être capables de saisir les discours natifs en ligne. Dans le cas de la dedipix, on a affaire à du discours rapporté, une représentation du discours autre. Les trois formes canoniques citées par les grammaires sont le discours direct, le discours indirect et le discours indirect libre. Deux autres formes sont plus rares, le discours direct libre (du discours direct sans marque typographique) et le discours narrativisé (au lieu d’être rapportées, les discours sont résumés ou racontés). On peut rapporter le discours d’autrui, le plus souvent, mais aussi le sien propre, dans le cadre de l’autocitation.

Un individu tenant devant un objectif une pancarte avec un discours qu’il semble assumer relève du discours rapporté, en l’occurrence du discours rapporté direct, en autocitation : cela veut dire que le locuteur rapporte son propre discours. Si l’on veut absolument faire une analogie avec les discours imprimés, littéraires, médiatiques ou autres, sur lesquels les spécialistes ont l’habitude de travailler le discours rapporté, alors les marques énonciatives du discours direct (verbe locutoire, deux points, guillemets dans le modèle type) disparaissent, remplacés par le port de la pancarte. C’est en effet cette pancarte que moi locutrice j’expose à un objectif qui dit à celui qui va me lire : je suis en train de parler et je dis « [texte de la pancarte] ». La pancarte tient lieu de marques du discours direct, et c’est la spécificité de ce discours rapporté en ligne, qui passe par des matérialités et des images. La dedipix de ce type, en autocitation, nous dit en effet qu’une parole, détachée de sont point d’énonciation couramment admis, c’est-à-dire la bouche et l’esprit (point que j’appelle égocéphalocentré), s’origine d’une autre matérialité : le papier dans le contexte d’une photographie. Mais l’énonciation est bien là, et la dedipix est bien un énoncé, un technénoncé, un énoncé augmenté de matérialité technologique.

La dedipix des femmes violées fait parler quelqu’un d’autre, le violeur, et l’on a alors le cas du discours rapporté avec deux locuteurs : celle qui rapporte (ici, la porteuse de la pancarte qui est sujet de la photo), et celui qui parle, l’énonciateur attribué au texte figurant sur la pancarte (je dis celui car sur toutes les dedipix que j’aie lues sur ce site, je n’ai vu que des hommes violeurs). Sur pratiquement toutes les pancartes que j’ai consultées sur le site figurent les guillemets, qui sont la marque typographique du discours direct. Ces guillemets sont parfois travaillés, presque calligraphiés (comme sur la photo 7.) : ce sont les signes les plus importants, ceux qui disent qu’un autre a dit, et qui séparent absolument la parole violeuse de la parole violée.

LES GUILLEMETS

Les dispositifs énonciatifs sont les suivants :

– Citation : l’énoncé rapporté seul avec éventuellement l’indication brève de sa source énonciative (8.)
– Discours rapporté commenté : l’énoncé rapporté est accompagné d’un commentaire ou récit contextualisant et parfois explicatif de la porteuse (9. et 10.)
– Discours rapporté « complet » : les deux plans d’énonciation sont présents, le discours du locuteur citant et le discours cité (11. discours indirect, 12. discours direct).
– Dialogue. Sur certaines pancartes, on peut lire le dialogue récrit du viol. La dedipix devient alors le lieu d’une mise en récit, et peut-être, on le verra, d’une narrativisation salutaire (4. et 7.)
– Discours simple : dans de rares cas, il n’y a pas de représentation d’un discours autre et la porteuse de la pancarte mentionne son propre discours (13. et 14.)

J’ai rencontré des cas particuliers où la parole rapportée n’est pas celle du violeur mais d’un locuteur tantôt bienveillant (l’infirmière qui a procédé à l’examen), tantôt malveillant (père January 06, 2013). Il peut arriver que ce locuteur soit ajouté au violeur, comme ici : « my attacker » et « my boyfriend » ou ici : « my attacker » et « my brother ».

LES DISPOSITIFS ÉNONCIATIFS

Au-delà de l’énonciation : puissance d’agir et « photothérapie »

C’est le magazine Grazia qui propose le terme de photothérapie dans un article sur le Project Unbreakable. Le projet, sans être thérapeutique par lui-même puisque le site ne propose que la publication des dedipix, ce que Grace Brown précise bien sur sa page d’accueil, s’inscrit cependant dans un contexte thérapeutique. Plusieurs dedipix mentionnent les thérapeutes des victimes, ou formulent des paroles réparatrices car bienveillantes, qui s’opposent aux paroles destructrices des violeurs. Le sous-titre du site est The Art of Healing, « l’art de la guérison ». Mais cette guérison n’est pas fournie comme un service par le site, c’est le fait même d’y venir déposer la parole offensante et le souvenir du trauma qui la constitue, de venir y occuper le « site discursif » du trauma passé. Le Tumblr Project Unbreakable permet aux femmes violées de produire une « réponse inattendue et habilitante », comme l’écrit Judith Butler dans Le pouvoir des mots :

Le nom utilisé pour nous appeler ne nous fige pas purement et simplement. Recevoir un nom injurieux nous porte atteinte et nous humilie. Mais ce nom recèle par ailleurs une autre possibilité : recevoir un nom, c’est aussi recevoir la possibilité d’exister socialement, d’entrer dans la vie temporelle du langage, possibilité qui excède les intentions premières qui animaient l’appellation. Ainsi une adresse injurieuse peut sembler figer ou paralyser la personne hélée, mais elle peut aussi produire une réponse inattendue et habilitante (Butler 2004 [1997]).

Quels sont ces noms, qui font l’objet d’une ré-appropriation habilitante ? Comment les victimes s’y prennent-elles pour resignifier ces paroles blessantes ? la caractéristique de la parole violeuse est l’emploi des termes de haine autant que d’amour : bitch et sweetie sont, dans le viol, sur le même plan, comme désignatifs de l’objet du désir viole.a.nt. Et les dedipix montrent très bien cette parfaite compréhension par les femmes de la violence des « mots d’amour ». Voici quelques procédés discursifs « habilitants » :

– la réponse (15.) : pancarte 1 : « Don’t say anything », my rapist to me, age 8. Pancarte 2 : « Ya know what ? I will say whatever I goddamn please » #survivor ». 5, 10 ou 20 ans après, le trauma cède sous la réponse enfin donnée : dire les mots du refus, affirmer le refus du consentement, permet de récupérer l’autonomie de sa parole.

– la restauration du sens des mots (16.) : « It’s the only way I know how to show how much i care about you ». Abuser, first boyfriend, age 14. Six years later, I stopped a girl from getting raped, THAT’s how I show I care ».

– l’ironie (17.) : « The only way you’ll ever leave me is in a body bag ». Oh Yeah ?

– l’humour (18.), sous la forme d’une liste de mots barrés : PTSD, Dissociative Amnesia, Anxiety, Depression, Codependency, Drug Dependence, Hypertension, Academic Failure, Nicotine Addiction, Low Self Esteem, incestual abuse.parental neglect.sexual assault. EMDR-Somatic Experiencing-Psychotherapy-Mindfulness-Yoga I Won! I’m not a victim – I’m a survivor

– la prise en compte d’appellations réparatrices (19.) :  “No one will ever love you like I do.” Him – “It wouldn’t hurt if you would just relax.” Him – “Don’t tell anyone. People will think you’re easy.” Family – “You are brave & beautiful and nothing can change that.” Husband

 

Pour récapituler, on peut dire que la dedipix est un genre technodiscursif plurisémiotique (texte et image), défini par des traits stables et des variantes, et une fonction socio-discursive de l’ordre du soin et de la (re)construction de soi. Ces corps qui parlent sur le web, dans des posts cent fois regardés et partagés (voir ne nombre des « notes » qui accompagnent chaque post sur le Tumblr), font circuler une parole qui modifie l’ordre du discours : de taboue, honteuse et culpabilisatrice, la parole de la.du violé.e, devient, sur la toile, audible car lisible et lue. Même la parole du violeur, qui constitue dans nos sociétés un corpus inexistant, sort du tabou et devient lisible. Voilà quelque chose de nouveau dans la discursivité et dans la société ; et c’est le numérique qui l’autorise.

Je voudrais finir ce billet en disant que ces centaines de dedipix regardées ont bien sûr produit des effets sur moi, et que, de temps en temps, mon activité d’analyse des énoncés s’est dérobée devant l’émotion, le dégoût de ces paroles ignobles et souvent perverses, mais aussi l’admiration devant ces femmes et ces hommes encore debout et publiquement fiers d’être désormais ce qu’ils sont, devant nous, qui les lisons littéralement dans ces vignettes du web. Que faire de cette émotion produite par un terrain de recherche ? Question tellement banale, que nous sommes bien nombreux à poser, ici comme ailleurs. Ma réponse, pour le moment, passe aussi par la notion de puissance d’agir, une agency spécifique que peut mobiliser le chercheur, auteur d’un discours dont je ne saurais pas très bien nommer la fonction, mais qui aurait quelque chose à voir avec la formulation et la mémoire du monde.

En tous cas nos terrains, surtout quand ils sont difficiles ou douloureux, nous modifient, à la fois comme personnes et comme chercheurs. Laissons-nous faire.

Références

Butler J., 2002 [1997], La Vie psychique du pouvoir. L’Assujettissement en théories [The Psychic Life of Power], préface de Catherine Malabou, traduction de Brice Matthieussent, Paris, Leo Scheer.
Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.

Crédits : toutes les photos sont extraites du tumblr Project Unbreakable, renseignées par les dates de publication comme elles le sont sur le site. On peut faire un petit geste pour ce projet de Grace Brown en commandant un petit bracelet vert.

Prochain billet : Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 11 février 2013, « Ces corps qui parlent 1. Resignifier la parole violeuse »La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11642, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...