Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen

3 mars 2013
Par

Il n’est pas facile, contrairement à ce que l’on croit, d’être et surtout de rester en colère. C’est un état douloureux : car rester en colère, c’est nous souvenir sans cesse de ce que nous voulons, de ce que nous devons oublier au moins par moments pour pouvoir survivre : que nous sommes, nous aussi, des humiliées et des offensées (Christine Delphy, “Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles”)

Seuls les hommes voient qu’ils sont nus (Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception)

J’ai intitulé ce billet “La petite vertu discursive des Femen” pour souligner les deux points qui accrochent mon analyse discursive. Petite vertu, qui est, dans la locution femme de petite vertu, l’expression sexiste et immémoriale qui a longtemps désigné la prostituée, veut resignifier l’usage militant et même guerrier du corps publiquement déshabillé par les activistes sextrémistes : petite vertu mais grand combat. Vertu discursive formule le positionnement du discours des Femen dans les environnements sociaux et politiques : leur intention étant de lutter contre toutes les formes de patriarcat et d’oppression des femmes, elles investissent des lieux intensément normatifs, espaces religieux, juridiques, sportifs, souvent masculins, où leur discours est à la lettre, inacceptable, le plus souvent sur le plan moral, et d’ailleurs, inaccepté.

Les “Amazones de Kiev”

Les Femen sont entrées dans le paysage politique international en 2008. Ce groupe d’activistes féministes a été fondé à Kiev en 2008 par Anna Hutsol, la  présidente actuelle, qui dit s’inspirer de l’ouvrage du socialiste allemand August Bebel, La Femme et le socialisme (1881). Le groupe compterait actuellement 300 membres répartis dans plusieurs pays, dont la France et le Brésil. Il est doté d’une bonne communication sur le web : le site ukrainien d’origine possède une version en anglais et en russe, les groupes ont des pages Facebook actives (France, Tunisie, Italie, Brésil, Égypte…). Les Femen ont également plusieurs comptes Twitter (Ukraine, France…), un compte Flickr. Elles sont donc très présentes sur les réseaux sociaux, diffusent leurs actions et manifestations, et ont gagné une forte visibilité dans les médias. Leurs performances sont largement relayées, ainsi que leurs actions politiques : manifestation sous les fenêtres de Dominique Strauss-Kahn, intervention au forum de Davos, action sur La Vénus de Milo au Louvre, intervention contre le groupe Civitas lors de la “Manif pour tous” de novembre 2012, manifestation au procès des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois, etc. On parle à leur propos de féminisme de quatrième génération et leurs méthodes font l’objet de débats réguliers, portant sur leur nudité publique et ce qui est considéré comme la violence de leurs attaques.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.37.46

Les Femen m’intéressent depuis longtemps pour ce corps-discours qu’elles promènent dans le monde entier et qu’elles opposent à tous les symboles de la domination masculine et de l’oppression des femmes. Elles produisent une prise de parole singulière, un langage composite fait de mots, de chair, de fleurs et de cris. Ces discours tirent une grande partie de leur efficacité de leur diffusion virale sur le web : comme les dedipix des femmes violées dont je parlais dans le billet précédent, ces paroles reconfigurent le discours des femmes et leur rapport à leur corps et leur sexualité par les effets de présence du web.

Un corps-sujet politique

Le corps inscrit des Femen les construit en sujets politiques parlants. Cette construction s’accomplit à travers un double déplacement du corps féminin : déplacement hors de la place prescrite à la femme, ukrainienne à l’origine (foyer ou bordel, selon leur dénonciation) et déplacement hors de l’apparence extérieure prescrite à la femme (habillée pour séduire ou se cacher, ou dénudée selon les exigences du regard masculin). Par ce double déplacement, elle usent de cette puissance d’agir définie par Judith Butler : elles proposent une redéfinition sémiotique du corps des femmes dans les sociétés du 21e siècle, corps qui désormais, à demi-nu et coiffé de couronnes de fleurs, se fait écritoire et gueuloir. J’insiste sur ces trois éléments du dispositif sémiotique que les Femen construisent “sur le site” de leur corps, selon l’expression de Judith Butler là encore : la semi-nudité inscrite (il n’y a quasiment pas de manifestations où les Femen sont simplement à demi-nues, leur nudité est quasiment toujours inscrite), la production de cris et hurlements, et le port, moins fréquent ces derniers temps, de la fameuse couronne qui emporte avec elle toute une symbolique nationale tournant autour de la protection et de la guerre. Ne voir dans les Femen que “des femmes à poil” me semble rendre compte de manière inexacte de ce signifiant complexe que constitue leur corps. Il faut au contraire lire cette nudité comme un discours.

Capture d’écran 2013-02-27 à 22.40.42

Le discours de la nudité. Il y a plusieurs lectures possibles de cette nudité. Dans un texte intitulé “« Femme(s) à poil » : c’est quoi le problème ?“, Muriel Salle propose de suivre l’interprétation qu’en donne le philosophe Francis Métivier : la nudité comme monstration d’une fragilité, ayant pour effet d’aiguiser la violence, des hommes en particulier (et, tout particulièrement, des membres de Civitas) et finalement de les prendre au piège de leur violence sexiste. Je ne partage pas cette vision, qui me semble d’ailleurs reposer sur un certain sexisme (la nudité de la femme assimilée à sa fragilité relève du cliché, et je ne suis pas sûre qu’un homme nu serait lu comme “fragile”). Cela pour une raison précise : ce n’est pas ce qu’elles disent. Ce qu’elles disent, j’y reviens plus bas à propos du sextrémisme, c’est qu’elles utilisent leur nudité comme une arme, comme le moyen d’un activisme destiné à destituer le pouvoir masculin. Le mieux, pour interpréter le discours ou le comportement d’un sujet, est peut-être d’écouter d’abord ce qu’il en dit. Mais Muriel Salle abandonne assez vite cette idée dans son propre texte et reprend une autre analyse de Métivier : l’idée que la nudité des Femen a un visage, au sens lévinassien du terme (pour Levinas, le visage de l’autre m’engage et m’en rend aussitôt responsable). Selon elle, 

c’est parce que les Femen donnent un visage aux corps féminins dénudés qu’elles font œuvre politique, parce qu’ainsi la femme nue n’est plus seulement objet sous les regards, elle (re)devient sujet politique revendiquant, sujet agissant. Et il semblerait qu’on ait donc un problème persistant avec ça : les femmes ont une capacité d’agir, c’est même ce qui fonde en bonne partie leur statut de sujet, et au-delà leur statut de citoyennes par exemple (Salle 2012).

Là, je suis bien d’accord, et on est loin de la fragilité imaginaire de nos sextrémistes surentraînées. J’ajouterai, à titre d’hypothèse un peu trop analogique sans doute, que cette nudité agissante retourne, resignifie une ancienne nudité honteuse de la femme adultère, promenée nue dans les rues du Moyen Âge en Europe, et dans celles de notre contemporanéité dans certains pays (L’Inde par exemple, selon Claude Guillon dans Je chante le corps critique). Ce qui est plus certain, en revanche, c’est l’inscription de la nudité des Femen dans la tradition du “nu manifeste” (Claude Guillon) à partir des années 1960. Cette tradition est toujours peu ou prou fondée sur le retournement du stigmate car ”les manifestant(e)s nu(e)s retournent contre la société ou telle de ses parties la stigmatisation que la morale dominante leur inflige” (Guillon 2008). C’est exactement dans cette perspective qu’Inna Schevchenko décrit le sextrémisme dans une interview

Se réapproprier son corps, son sexe, est la seule clé possible pour tendre vers la liberté et en finir avec cette oppression malsaine. La nudité féminine détachée du système patriarcal devient alors le symbole de la libération des femmes : nos corps deviennent des armes et s’imposent comme une nouvelle voix, une transformation du féminisme. Nous sommes nues car nous sommes féministes (07.02.2013).

On peut aussi l’écouter dans une rencontre à Sciences po où elle développe cette position. Par cet activisme sextrémiste, les Femen disent qu’elles ne répondent pas à l’assignation, à l’assujettissement des femmes. Elles construisent un corps inassujettissable, qui est le corps-discours du refus de l’assignation à des places prescrites et dominées. 

Bare_breasts_are_our_weapons_crop“Nos seins nos armes”. Les Femen ne militent ni avec leurs dos, ni avec leurs fesses, ni avec leur têtes couronnées. La partie du corps qui symbolise la lutte par le corps est la poitrine (et dans une moindre mesure le ventre), qui a fait couler autant d’encre qu’elle a occasionné de censures diverses (au nombre desquelles il faut signaler la manière dont Facebook masque leurs mamelons par floutage ou pastillage). Anna Hutsol explique l’usage des seins de la manière suivante : ”Ça ne me plaisait pas, mais j’ai compris beaucoup de choses : pour qu’une organisation soit entendue, elle doit être populaire. Il faut susciter des émotions, de l’excitation. Les gens s’intéresseront toujours plus à la couleur des culottes de TinaKarol qu’aux conférences sur le féminisme” (Interview dans Le Monde). Cet intérêt est à double tranchant, et les Femen sont parfois réduites à leurs seins : “Une paire de seins nus et des slogans hurlés très forts” lit-on comme sous-titre dans cet article de FranceTvInfo, “toute poitrine dehors” dans cet autre du Monde ; “est-ce que le public y voit autre chose que des seins“, se demande-t-on ailleurs. Alors ? seulement des seins ? La réponse est évidemment dans l’interaction, dans le dialogue entre le montré et le vu, dans l’interprétation et la signification. Dans un article sur la nudité dans les performances artistiques, K.E. Toepfer écrit : “nudity in performance is complete only to the degree that the spectator sees, not the fact that the performer is “really” naked, but actions in which the “real” body of the performer is signified by the exposure of the performer’s genitals” (Toepfer 1996). Dans le cas des Femen, leur corps réel est effectivement signifié par l’exposition de leurs seins, et, d’une certaine manière, mais en dehors des réductions précédentes, oui, elles ne sont que des seins, car les leurs signifient le corps féminin en lutte. Une sorte de corps-seins. Et Inna Schevchenko n’hésite pas à articuler ce corps-seins des Femen et la démocratie : 

Femen essaie d’apporter une nouvelle vision du féminisme, où le corps, au travers de la nudité, devient un instrument actif pour confronter les institutions patriarcales – comme l’église, les sociétés dictatoriales et l’industrie du sexe. Nous avons développé une technique que nous appelons sextrémisme. C’est un nouveau type d’activisme féminin qui est, certes agressif, mais encore non-violent, provocateur mais délivrant un message clair. Le sextrémisme ne nous permet pas seulement de soulever les problématiques auxquelles les femmes sont confrontées, mais permettent aussi de prendre la température, de se rendre compte du degré de libération des femmes dans chaque pays. Ce “sexist-style” est une manière de casser les notions patriarcales concernant la nature des femmes et de laisser place à une grande lutte révolutionnaire. Nous avons organisé des manifestation topless dans de nombreux pays : certaines personnes nous saluent et nous respectent, mais nos activistes ont déjà été frappées, kidnappées ou emprisonnées. Femen est une action permettant de tester réellement la démocratie. Go out! Undress! Win!

C’est également ce qu’illustre le documentaire de Caroline Fourest et Nadia El Fani, Nos seins nos armes, qui sera projeté dans quelques jours, le 5 mars, sur France 2 (ici quelques extraits). 

On a parfois comparé la figure de la Femen à la Marianne de Delacroix. Les analogies sont toujours piégées par l’anachronisme et la tendance à la mise en série, qui empêche l’observation d’un phénomène dans sa singularité. Mais en tout cas, il y a dans ces figures de femmes qui combattent avec leur nudité quelque chose de guerrier, qu’elles revendiquent d’ailleurs, en communiquant beaucoup sur leur “entraînement” : elles parlent, et les médias leur emboîtent le pas, de “camp d’entraînement” et de création d’une “armée” pour le relais qu’elles ont ouvert en France au Lavoir moderne parisien. En solidarité avec les Pussy Riot, Inna Schevchenko, armée d’une tronçonneuse, a scié une croix en Ukraine, ce qu’elle relate dans un vocabulaire guerrier (“nous sommes des soldats”). Et sur le compte Facebook de Femen France, on trouve une citation de Moïra Sauvage (auteure de Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, paru en 2012), accompagnée d’une photo de deux Femen couronnées. Elles proposent donc une lecture de la couronne de fleurs en symbole royal, et l’inscription de la figure féminine combattante qu’elles dessinent, photographie après photographie, performance après performance, dans le paradigme de la reine guerrière.

Des corps-discours composites

Les inscriptions corporelles sont brèves et sloganisées, en russe, anglais ou dans les langues des pays où les Femen interviennent. Les lieux d’inscription sont le plus souvent le buste, le ventre et les bras, et la graphie conforme à un style à peu près stable depuis la naissance du groupe en 2008 : couleur noire, capitales, typographie grasse. Les membres du groupe réalisent mutuellement leurs inscriptions au pinceau et, parfois, des peintures colorées : les seins peints en jeune et bleu forment un motif particulier, emblème de la “marque” Femen qui est d’ailleurs commercialisée sous la forme des boobsprints, mais l’ensemble du corps peut être peint, comme sur l’illustration ci-dessous à l’occasion de la manifestation de soutien au mariage pour tous en janvier 2013. Dans ma perspective (celle de la linguistique symétrique, qui suppose un continuum entre le langage et ses “extérieurs”) le corps n’est pas un simple support sur lequel des slogans seraient écrits, mais le milieu dans lequel les inscriptions se réalisent : on a un corps-écriture, où le corps est constitutif de l’écriture et où l’écriture est constitutive du corps. Il s’agit d’une matière langagière composite ou assemblée : du corps est assemblé avec autre chose que du corporel, du langage est assemblé avec autre chose que du langage. Il est alors dénué de sens d’extraire les énoncés des corps, pour se livrer à une étude hors contexte, thématique ou syntaxique par exemple : ce sont les corps inscrits qui sont destinés à être lus en circulant dans les médias et les réseaux en ligne, et non seulement les discours.  Le corps-discours des Femen, comme les discours en ligne que j’étudie par ailleurs, me semblent des arguments forts pour une redéfinition de l’objet de la linguistique, qui ne peut plus demeurer dépendant de l’affirmation saussurienne de la langue pour elle-même.

Mais si ces corps-discours ne tolèrent pas d’observation décontextualisée, alors il faut également intégrer les cris et hurlements qui accompagnent les performances et manifestations des sextrémistes. Nudité, discours, couronnes et hurlements constituent un ensemble sémiotique composite que l’on peut voir comme le lieu et l’instrument tout à la fois d’une pratique discursive politique. Les nombreuses vidéos des opérations des activistes le montrent amplement : attaque des opposants au mariage pour tous et en particulier des membres de Civitas, performance à Notre Dame pour marquer la démission de Benoît XVI, attaque de Silvio Berlusconi à la sortie de son bureau de vote. À Notre-Dame, elles ne sont pas seulement nues et inscrites, mais hurlantes, et elles font même sonner les cloches : c’est une dimension insuffisamment notée, les seins obnubilant tous les journalistes, hommes ou femmes d’ailleurs. Mais ces seins-là ont aussi des voix, et les cris participent du dispositif de transgression de l’ordre du discours.

La réception des manifestations témoigne du mode de perception de cet ensemble : la réduction dévalorisante aux seins mentionnée plus haut distingue par exemple une partie du corps en soi et ne l’englobe pas dans le système sémiotique d’ensemble, ne l’intégrant pas au discours, et vice versa. Cela confirme bien à quel point les productions de discours, de corps-discours en l’occurrence, sont contextualisées, et ne peuvent être reçues que selon les environnements et les cadres culturels et cognitifs des récepteurs.

Capture d’écran 2013-03-02 à 22.48.02

Le choix de la non-vertu discursive

Cette contrainte est particulièrement importante pour expliquer les effets produits par les corps-discours des Femen et le statut qu’ils possèdent dans l’ensemble des discours sociaux. Ces effets, qu’ils soient bien ou mal reçus, ont toujours à voir avec la transgression, et déclenchent en général des événements discursifs moraux, c’est-à-dire la production de discours qui formulent une indignation, un rejet, une critique d’ordre moral, faisant appel à des notions comme la correction, la décence, voire les bonnes mœurs, souvent articulées avec des valeurs esthétiques. La performance à Notre-Dame de Paris déclenche des discours particulièrement marqués par une axiologie forte, en particulier sur l’axe moral. Dans un pamphlet publié sur Le plus (rédaction web du Nouvel Observateur), le journaliste politique Bruno Roger-Petit déclare qu’elle a permis de “lever l’hypothèque qui pesait sur la vertu démocratique de ce groupuscule”, mentionne les “méthodes d’expression politique outrancière” de ce “groupuscule”, et déclare : “Là est l’erreur, la faute même, des Femen”. Plus loin, il écrit des lignes particulièrement chargées d’axiologie morale :

En exhibant leur pauvre et pathétique vulgarité, leur triste et agressive nudité, leur affligeante et terrifiante indignité, leur terrible et abyssale inculture au sein de Notre-Dame de Paris, elles n’ont pas seulement injurié le pape, à l’institution catholique, elles s’en sont pris, aussi et surtout, à la spiritualité française, aux forces de l’esprit pourrait-on dire, qui habitent ces vieilles pierres taillées et sculptées par des inconnus il y a dix siècles pour la beauté du geste. […] 

Elles se sont comportées en dérisoires descendantes des sans-culottes et représentants de la Commune de Paris qui, en 1793, se livraient au pire débauches (pauvres amatrices de ce point de vue que les Femen, car à côté d’un Chaumette ou d’un Hébert, elles font un peu coincées dans le rapport aux choses du sexe) dans une Notre-Dame rebaptisée “Temple de la raison”, ce que Robespierre, du reste, (rendons lui justice sur ce point) désapprouvait, car il détestait l’athéisme sauvage et désordonné qui s’en prenait aux lieux de spiritualités [graphies conservées].

Philippe Moreau-Chevrolet, dans sa réponse à ce texte, ne s’y trompe d’ailleurs pas, qui commence son article par : “Faut-il brûler les Femen ?”, s’appuyant implicitement sur la figure de la sorcière. On est bien dans une condamnation morale qui convoque la mémoire discursive du sacrilège, du blasphème et de leur sanctions. Du côté des politiques, Manuel Valls confie “sa consternation” et condamne ”une provocation inutile”. Bertrand Delanoe émet pour sa part un jugement esthétique : ”Je réprouve un acte qui caricature le beau combat pour l’égalité femmes-hommes” (mais on peut se demander ce que le maire de Paris entend ici par “beau”). Le terme de provocation revient souvent dans l’ensemble des réactions au happening de Notre-Dame, et il contient une dimension normative forte puisqu’il désigne dans ce contexte un acte, un comportement répréhensible au regard de la loi ou de la morale.

Si ces discours d’indignation se tiennent, c’est qu’il existe dans les cadres individuels et collectifs une conception normative des discours, que j’appelle vertu discursive. Je la définis comme une disposition des agents-locuteurs (énonciateur et co-énonciateur dans un même processus) à produire des énoncés ajustés aux valeurs admises qui sous-tendent les jugements normatifs, dans un état donné de l’histoire d’une société selon les trois axes suivants : un ajustement à la décence discursive concernant les relations entre les agents ; un ajustement à la vérité du monde concernant la manière de dire l’état du monde ; un ajustement à la mémoire discursive dans laquelle se tissent les discours d’une société (Paveau 2012, 2013a à par.). Ce que disent les discours d’indignation, c’est que ceux des Femen sont particulièrement inajustés aux normes de décence discursive : les énoncés “Pope no more”, “Bye bye Benoît”, “Pope game over”, “Saved by the bell”, mais également les tenues dénudées dans une enceinte considérée comme sacrée, les cris et hurlements, les gestes “guerriers”. Ce que disent les Femen avec leur corps-discours ne se dit pas et ne doit pas se dire.

Les sextrémistes choisissent délibérément pour leurs performances des lieux où cet inajustement est maximal, et il me semble que c’est précisément cela qui caractérise leur discours. Le corps-discours des Femen est particulièrement non vertueux : ce sont des femmes de petite vertu discursive.

Références

Butler J., 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
Guillon C., 2008, Je chante le corps critique : les usages politiques du corps, Paris, H&O.
Paveau M.-A., 2012, « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, p. 95-115.
Paveau M.-A., 2013 (à par.), Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Sauvage M., 2012, Guerrières ! À la rencontre du sexe fort, Arles, Actes Sud.
Toepfer KE, 1996, Nudity and Textuality in Postmodern Performance,  Performing Arts Journal 54, 18.3, p. 76-91.

Crédits
1. “Femen à Paris 31 mars 2012″, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
2. “We don’t want Euro 2012″, Femen Women’s movement, 2012, galerie du groupe sur Flickr, CC
3. “7 May 2010 FEMEN activists washed off Zoya Kosmodemyanskaya Monument to pay tribute to the women participated in the World War II“, FlickrWashed Zoya – tribute to Victory Day, 2010, Wikimedia commons, CC
4. “Femen Paris”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
5. “Femen protest”, Joseph Paris, 2012, Wikimedia commons, CC
6. “GOGBOT 2012 – FEMEN Pussy Riot Tribute Night, foto: Roy te Lintelo”, PLANETART, 2012, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
7. “Les Femen à la manifestation pour le mariage pour tous, à Paris, le 16 Décembre 2012″, Vassil, 2012, Wikimedia commons, CC
8. “God saves.d Femen!”, chilipeppered, 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
***
Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 3 mars 2013, “Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11603, consulté le…

 Prochain billet : Ces corps qui parlent 3. Slutwalks. Salopes et fières de le dire


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 10. Hiver 2012. Ces corps qui parlent, Théorie du discours, Éthique du discours, Pensées féministes, Promenades sémiotiques

12 commentaires pour “ Ces corps qui parlent 2. La petite vertu discursive des Femen ”

  1. […] des comparants méprisants ou des adverbes de négation. En ce moment, je travaille sur les corps-discours protestataires ou (ré)habilitants des femmes, et je ne vois pas comment je pourrais ignorer les émotions que […]

  2. Google | lesfemensurleweb le 27/11/2013 à 16:33

    […] « Ces corps qui parlent. La petite vertu discursive des Femen » de M.A. Paveau 2 « Femen, une nouvelle forme de militantisme » de G. Timmerman 3 le livre « Femen. […]

  3. lesfemensurleweb le 27/11/2013 à 10:21

    […] s’intéressait à la question du genre féminin, celui-ci est plus centré sur le discours. Ce corps qui parle 2. La petite vertu discursive des Femen  a été publié par Marie-Anne Paveau, professeure en sciences du langage à l’université […]

  4. Tania le 12/03/2013 à 19:46

    Merci pour cette présentation complète et éclairante. J’ai regardé le documentaire “Nos seins, nos armes” pour essayer de mieux comprendre cette nouvelle forme du combat féministe (on y montre des Femen au physique différent des plus photogéniques – moins nombreuses à se dénuder ou moins attirantes pour les photographes ? me suis-je demandé). Le reportage permet de mieux comprendre la cohérence de leur discours verbal et non verbal. Votre analyse y contribue autrement.
    L’objectif d’une forte médiatisation est atteint, mais cela fait-il vraiment avancer les droits des femmes ? Il me semble en tout cas que les Femen provoquent une prise de conscience chez les jeunes d’aujourd’hui qui n’ont pas connu les réunions de groupes, les revues, les manifestations féministes des années 70. Leur façon de faire paraît en phase avec une société qui porte beaucoup d’attention au corps.
    Faut-il pour autant rentrer dans les églises ? Pour dénoncer le sexisme des religions, cela me paraît contre-productif, le manque de respect n’engendre pas le respect – manifester devant un édifice religieux quel qu’il soit suffirait à produire le même effet.

  5. Serge LEFORT le 06/03/2013 à 00:48

    Claude Guillon est cité ici à contresens si j’ai bien compris ce texte : “Quel usage politique de la nudité ? …en passant par les Pussy Riot et les Femen” http://claudeguillon.internetdown.org/article.php3?id_article=377
    Extrait :
    Inna Schevchenko et les Femen ne se contentent pas de vendre des tee-shirts (source de financement militant très classique), ni de toucher (on ne sait de qui) un « salaire » d’« environ 600 euros par mois » (ainsi que 3 autres Femen). Inna vend une « image », la sienne, celle de son corps dénudé et porteur s’inscriptions (lisibles sur la photo publiée par Libération : « Liberté » , « Nude is Freedom », « New Feminism », « No Religion », « … Peace, Terre [ ?] »). Une militante, même si elle utilise la dénudation dans ses actions politiques, n’a aucune raison de poser nue pour un entretien. Sauf s’il s’agit de son « image de marque ».

    Au risque de paraître pudibond à certain(e)s (j’aime surprendre !), je dirai ceci : je n’ai pas à voir le corps nu de cette jeune femme, j’objecte à ce spectacle, et d’autant moins qu’elle tient à me le montrer (ce qui n’est pas le cas de la baigneuse de la plage naturiste). Se mettre nu(e) est en effet une liberté, qu’il m’arrive de prendre, et que j’encourage par principe. J’ai accordé une attention toute spéciale aux manifestant(e)s qui utilisent, de mille manières, leurs corps dévoilés dans des actions militantes. C’est un usage politique du corps, de sa fragilité affichée, qui me touche et me concerne. Lorsque je suis en face de la photo d’Inna, dont je ne m’aventurerai certainement pas à confier si je la trouve « jolie » ou non, j’éprouve le même agacement que devant n’importe quelle exhibition publicitaire, qu’il s’agisse d’une jeune espoir de la variété ou d’une pub pour un mélange de sucre, de caféine et d’eau gazeuse.

    Que cette jeune femme de 22 ans ait dû fuir son pays après une provocation fort courageuse en soutien aux Pussy Riot (découpage à la tronçonneuse d’une croix orthodoxe), qu’elle semble partager un certain nombre d’idées qui me sont chères, contre toute religion et pour l’égalité des droits entre hommes et femmes, n’y change rien : le « pop féminisme » dont elle se réclame a un goût de chewing-gum.

    En décembre 2012, les Femen (Inna et une autre) font la une des Inrockuptibles. L’image de marque se peaufine. À l’intérieur du magazine, une photo de groupe : huit jeunes femmes. Toutes très jeunes ; toutes minces ; aucune forte poitrine. Il ne s’agit pas, bien entendu, de reprocher à ces filles d’avoir l’air de descendre d’une publicité Calvin Klein (je serais étonné que cette publication n’ait pas suscité quelques démarches de photographes et d’agences de mannequin), il s’agit de constater, une fois de plus, l’image de marque que les Femen ont choisi d’offrir au public (de vendre au magazine ?).

    […]

    J’ajoute que, sous réserve de contre-exemple que je me ferai un devoir et un plaisir de signaler, on ne connaît des Femen aucun texte, pas même un tract. Le maximum d’élaboration syntaxique tient dans un slogan de quatre mots (accessoirement, en anglais deux fois sur trois). J’aimerais me tromper, mais je crains qu’il s’agisse – davantage que d’inculture – d’une stratégie marketing : on sait que le temps de cerveau disponible est limité, donc 1) on attire l’attention (avec les tétons), 2) on imprime le slogan sur la rétine. Tout cela est en effet – désespérément – moderne et marchand…

    • Marie-Anne Paveau le 06/03/2013 à 14:37

      second commentaire, seconde critique : si pour le troisième, vous envisagez une discussion constructive sur les 95% de mon texte dont vous ne parlez pas, vous êtes le bienvenu…
      “à contresens”, dites-vous – non, pas vraiment – je me réfère à guillon pour sa catégorie du “nu manifeste”, je connais le texte que vous citez et je le trouve très faible : peu d’argumentation, des jugements de valeur, de l’ironie facile – guillon ne semble pas bien connaître ni le féminisme, ni les femen, ni les énoncés syntaxiques courts d’ailleurs, qu’il dévalorise de manière inexacte – mais je garde sa catégorie de “nu manifeste”, je la trouve excellente et, en désaccord avec lui, je la conserve pour les femen : c’est ça, la pensée, une fois produite, elle vous échappe

  6. Serge LEFORT le 05/03/2013 à 23:37

    Je suis assez sceptique sur un slogan du type “Nos seins nos armes”, illustré par une jeune femme aux seins photogéniques.
    Femen est très médiatisé parce que ce groupe renforce l’idéologie du corps féminin jeune et désirable. Il en serait autrement si des femmes s’affichaient nues avec des seins tombants, des ventres vergeturés, etc.
    Le corps-discours des Femen est celui des publicités qui ont phagocytés les slogans soixante-huitards.

    • Marie-Anne Paveau le 06/03/2013 à 14:30

      c’est une critique très fréquente est les femen y répondent régulièrement, je vous laisse consulter leurs réponses – elle n’est pas tout à fait exacte d’ailleurs, et de moins en moins, et je vous invite à consulter le compte flickr du groupe pour voir des photos de femmes bien éloignées des standards – mais je pense surtout que vous n’avez pas saisi le processus de resignification, de retournement du stigmate qui est celui de certaines féministes et de nombreuses minorités opprimées – les seins, beaux et jeunes, ainsi que les corps qui vont avec, sont d’ordinaire la cible des sexualisations ambiantes de la publicité en particulier, mais aussi des discours et comportements sexistes si nombreux des hommes au comportement machiste (voir la dernière une de l’express) – les femen retournent ce stigmate et transforment leurs “appas” en armes – il ne semble donc pas incohérent que ces armes aient les qualités esthétiques qui attirent justement les comportements dominateurs

  7. Michèle Debrenne le 05/03/2013 à 07:56

    chère Marie-Anne,
    je suis très étonnée que PERSONNE n’ait pour l’instant commenté ce billet. J’aimerais beaucoup le faire, parce que j’apprécie beaucoup ce regard sémiotique sur ce sujet, et je me sens toujours frustrée en lisant ces contributions – j’aurais voulu y avoir pensé… quant à commenter de manière plus intelligente – je ne me sens pas assez calée pour le faire…

    • Marie-Anne Paveau le 05/03/2013 à 09:09

      il semble que les commentaires de blog décroissent en ce moment, concurrencés par les réseaux sociaux : et effectivement j’ai eu quelques retours sur twitter et facebook – c’est vrai qu’il faut du temps pour commenter, et moi-même je ne le fais plus assez – de plus, je crois que le sujet est très affectif, et se prête mal à l’analyse finalement – et enfin, comme je l’entends dire de plus en plus souvent, la linguistique, c’est abscons et compliqué… ;=))) – en tout cas merci de ton métacommentaire ! et à bientôt sur le prochain billet…

      • Michèle Debrenne le 05/03/2013 à 09:16

        telle que tu la présentes – sûrement pas absconse!!!
        Allons donc voir sur Facebook, je ne suis pas sectaire…

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche