Les petites collections de mots sur le web : énoncés mémorables, #auvol, milogues

31 décembre 2012
Par

Le web est un magnifique espace de mots, phrases et discours, et les contempteurs des écrans, surtout quand ils sont linguistes (billet à venir sur les crépusculaires propos de mon collègue italien), ne savent vraiment pas ce qu’ils perdent.

En ouvrant ce carnet, j’ai tout de suite inclus une rubrique “Énoncés mémorables” : c’est typiquement une habitude de linguiste du discours d’attraper au vol des bouts de parole à droite à gauche pour en faire du corpus, des exemples de grammaire, ou simplement du plaisir et du rire. Et les archiver en ligne a été un progrès technique, et donc linguistique : avant, ils figuraient sur des bouts de papier perdus ou des pages de carnets oubliés, ou, je dois l’avouer, illisibles.

“Au vol”, c’est d’ailleurs devenu un #hashtag, une balise de ralliement sur Twitter : j’avais l’habitude de tweeter ces petits phrases entendues en marchant dans la rue ou en courant au bois de Vincennes (ah, la richesse dialogale des maîtres et maîtresses de chiens !), Martine Sonnet (@msonnet) partageait ce petit rituel et Marie Ménoret de Brière (@Mariedebriere), qui aimait bien les lire, a suggéré une sorte d’archivage. Outre-Atlantique, René Audet (@reneaudet) s’y est mis aussi, enrichissant la cueillette de variantes québécoises. Ainsi est né #auvol, dont voici un échantillon.

Et puis, ces derniers jours, Marc Jajah (@sobookonline) s’est mis à collectionner des milogues ; j’avais interprété milogue comme l’abrégé de mini-dialogue et finalement il m’explique qu’il s’agit de la traduction de halfalogue, qui avait fait l’objet en 2010 déjà d’un billet sur l’un de mes blogs de linguistes américains préférés. Alors c’est vrai que Marc Jajah a un peu modifié le sens de milogue, puisque pour lui cela désigne des bouts de paroles attrapées au vol en situation. Pour rendre compte du contexte, il invente un dispositif verbo-iconique, et ainsi naît, l’air de rien, un nouveau technogenre discursif. Va donc pour le milogue, que j’ai aussitôt intégré dans mon futur dictionnaire d’analyse du discours numérique.

Comme sur le web tout se tisse et s’entrecroise, au même moment une conversation entre Mélodie Faury (@Infusoir), Laura Goudet (@The Schwatterer) et Stéphanie (@placardobalais) portait sur la manière de faire taire les trolls hors ligne, oui, hors ligne :

 

Laura Goudet expose alors ses méthodes, radicalement drôles, et qui déclenchent une petite conversation agrémentée d’exemples :

Dans les plis des conversations, le milogue se mêle à la méthode #LAbsurdeCEstLaVie et il semble bien que le milogue, aussitôt né, ait déjà été un peu modifié : les moitiés de dialogues sont d’autant plus milogaux qu’ils sont absurdes. Une réflexion sur la synonymie du terme s’est également déployée, Joël Gombin (@joelgombin) appréciant schizologue alors que Laura Goudet défend plutôt semilogue. À mon avis, ce milogue a un bel avenir devant lui et je parie que la #Villa sera un tantinet milogale en 2013. Une milogologie en puissance ?

Et voilà comment, de fil de tweet en aiguille de blog, se trouvent collectionnés ici des énoncés mémorables, une liste de #auvol redocumentable, des milogues soigneusement punaisés sur les tableaux de Pinterest et tout aussi soigneusement diffusés (annotés) sur Twitter. On pourrait y ajouter les groupes Facebook, lieux de nos rencontres et de nos tissages, selon l’heureuse métaphore d’@Infusoir dans son dernier billet : le groupe des Regards unis vers, celui des Vases communicants que nous avons prolongés par notre Table ouverte. Peut-être devrions-nous d’ailleurs ouvrir une page pour la #Villa réflexive.

Ce type de curation est en continuité avec des pratiques anciennes : on ne compte plus en effet les dictionnaires de citations, les recueils de “bons mots”, du type Les vrais mots d’enfant, les brèves de comptoir, les perles de la littérature, etc. Les collections de mots des réseaux, c’est un nouveau monde de signification, bien sûr : des technosignes, pourrait-on dire ; mais c’est aussi une prolongation des mondes discursifs et textuels existants. En ce sens, #auvol, les énoncés mémorables ou les milogues sont autant de pratiques reconfigurées, réinventées dans la richesse technosémiotique du web, des webs, devrait-on dire.

L’intérêt des réseaux, c’est en effet… de les mettre en réseau, de les faire résonner de nos échanges, de nos rires, de nos réflexions, de nos tristesses aussi. Twitter avec les carnets et blogs avec Facebook avec Pinterest avec Flickr avec Scoopit avec Pearltree, etc. Au moment où j’écris ce billet, je reçois un article d’Olivier Ertzscheid dans le Monde : “Choisir le web que nous voulons : l’exploration ou la prison“. Il souligne à juste titre la nature “carcérale” de Facebook :

Facebook, YouTube et tant d’autres sont, chacun à leur manière des projets de nature carcérale, c’est-à-dire qui valorisent et exploitent la complétude de l’entre-soi. Un projet de nature idéologique pour Facebook (faire en sorte que nous soyons tous “amis”), de nature culturelle pour YouTube (faire en sorte que nous aimions tous les mêmes vidéos ”rigolotes”). Tous ont en commun de tendre vers l’abolition du fractal, c’est-à-dire d’une certaine forme d’inépuisable, de diversité.

Je suis assez d’accord : pour certains internautes, le web, c’est Facebook, et l’univers numérique se réduit à ce réseau, qui peut être étendu bien sûr mais dont les possibilités d’invention restent relativement réduites (bien qu’il puisse en exister de très riches usages, en particulier en création littéraire et en recherche). Facebook, c’est seulement un petit aspect du web, une de ses possibilités, un de ses dispositifs. On y tourne un peu en rond et pour ma part, je n’y aurais pas de plaisir à poster des statuts s’ils n’étaient pas reliés à mes autres lieux numériques.

Contre cette conception, dont Olivier Ertzscheid explique qu’elle menace l’ensemble des lieux du web actuellement, il faut défendre l’idée d”une terra incognita pleine de promesses”. C’est dans cette idée d’exploration qu’est la richesse des univers numériques, et, contrairement  à une idée reçue chez ceux qui ont encore peur du grand méchant web, personne ne s’y perd : au contraire, nous nous archivons soigneusement, nous suivons nos traces, si l’on peut dire, comme le montre par exemple le tableau “Mes lieux numériques” cité plus haut auquel fait écho le “Où suis-je ?” d’@Infusoir et bien d’autres lieux de redocumentation de soi. Je propose d’ailleurs une nouvelle idée de mise en réseau pour 2013 : si nous étions plusieurs à faire un tableau “mes lieux numériques”, nous pourrions faire un tableau fractal des tableaux de nos lieux numériques…

Crédit : “Les mots ça m’use…”, ImAges ImprObables Michel Schmid, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 31 décembre 2012, “Les petites collections de mots sur le web : énoncés mémorables, #auvol, milogues“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Promenades sémiotiques

5 commentaires pour “ Les petites collections de mots sur le web : énoncés mémorables, #auvol, milogues ”

  1. [...] Le web est un magnifique espace de mots, phrases et discours, et les contempteurs des écrans, surtout quand ils sont linguistes (billet à venir sur les crépusculaires propos de mon collègue italien), ne savent vraiment pas ce qu’ils perdent…  [...]

  2. ALiCe__M le 31/12/2012 à 19:38

    Ah super ! j’adore ces énoncés mémorables. Je distinguerais les milogues des propos entendus “au vol” : en entendant un “milogue”, on ne peut s’empêcher d’imaginer l’autre partie possible du dialogue, comme la conversation téléphonique de son voisin dans le train ; alors que les propos captés “au vol” peuvent être compris ou interprétés seuls, ils forment un tout cohérent, souvent drôle et/ou absurde. Enfin, cette distinction est peut-être vaine, mais j’aimerais l’avis de notre linguiste ? et des autres aussi évidemment.

    • Marie-Anne Paveau le 01/01/2013 à 21:12

      oui bien sûr, le milogue à la base est vraiment une moitié de conversation puisqu’on n’entend qu’un des deux locuteurs – les énoncés au vol n’ont pas de contraintes énonciatives, si l’on peut dire, c’est tout ce que l’on capte fugitivement, ce sont des petits touts

      • ALiCe__M le 02/01/2013 à 12:02

        Des “petits touts” ! c’est cela, exactement, c’est parfait. On les emmène facilement avec soi,au creux des oreilles, petits paquets de sens. Finalement les mots se diffusent comme le parfum, librement, pour tout le monde.

  3. Mélodie Faury le 31/12/2012 à 16:57

    “Peut-être devrions-nous d’ailleurs ouvrir une page pour la #Villa réflexive. ”
    > bonne idée ! http://www.facebook.com/VillaReflexive

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche