P(m)ère et m(p)ère tu honoreras (ou pas)

La semaine dernière, après avoir lu le texte de Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin publié dans Le Monde, « Non à un monde sans sexes ! », une amie s’est indignée sur un réseau de la bêtise et de la violence du propos : « Dieu que c’est con », a-t-elle posté, « Non mais c’est con, mais c’est con, mais c’est con », ajoutant à destination de quelques-unes : « Prenez, lisez et fulminez-nous donc une bulle vengeresse ». J’ai répondu que les sorties crépusculaires de Jean-Pierre Winter me lassaient (c’est notre psy-Cassandre en pantalon : contre les mères porteuses, contre le mariage homo, contre l’homoparentalité, etc.), que je ne fulminais plus et que je préférais lire les psys qui savent à peu près de quoi ils parlent quand il s’agit de sexualité, de genre, d’enfants, de parentalité, etc. (voir ci-dessous la petite bibliographie psychanalytique intelligente à propos des questions de genre).

Et puis, quand même, ce truc ne passe pas. Depuis le début, le conservatisme, le réductionnisme doctrinaire, l’archaïsme, et la violence haineuse des psys qui ont pignon sur presse, ça ne passait pas, mais il y avait eu la belle déclaration d’Elisabeth Roudinesco, « Indigne psychologie de bazar » dans Libération, la Pétition « Des psychanalystes face à l’égalité des droits et au mariage pour tous » lancée par Laurence Croix et Olivier Douville et relayée dans les grands médias, les prises de position de Serge Hefez, et puis ces derniers jours un nouveau texte de soutien, « Mariage pour tous : le 16 décembre, manifestons-nous ! »avec des signatures de psychanalystes comme Michel Tort, Sabine Prokhoris, Catherine Giard, Gilles Desroches (mais au 15 décembre, seuls quatre psys dans la centaine de signatures). Et puis il y a vous Alain, et vous Françoise, et toi Éric, et les autres analystes avec lesquels il est possible de discuter sans se faire envoyer le phallus et le nom-du-père à la figure. Et vous tou.te.s, les analysant.e.s.

Mais dans ce texte du Monde, une limite a été franchie, celle de la décence du propos et du respect de l’humain par cette menace de destruction de l’ordre normal et naturel du monde, proférée sur un ton prophétique et illuminé, à partir de commentaires lexicaux fantaisistes, fallacieux et manipulateurs, et d’une référence religieuse qui se dissimule à peine. Je ne sais pas si j’écris une « bulle vengeresse », mais en tout cas je trouve qu’il ne faut pas laisser parler ce texte sans lui répondre. Et puis j’emboîte le pas des « professeurs d’université qui mettent en garde contre la lecture du Figaro » en étudiant Le Monde

Les malveillants jeux sur les mots de la rhétorique catastrophiste

Les mots ne disent pas n’importe quoi, contrairement à ce que pensent Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin, qui auraient bien besoin de quelques cours de linguistique, et d’éthique. Tout est faux dans leur texte, qui est une reformulation malveillante de l' »Avant-projet de loi visant à ouvrir le mariage et l’adoption aux couples de même sexe ». Extraits :

– « Les mots de père et mère vont être supprimés du code civil » : c’est faux. Ils ne vont pas être « supprimés », mais remplacés par un terme plus général qui englobe les deux parents en évitant de sexualiser les référents, de manière à ce que le terme puisse désigner, en droit, des individus de même sexe. En termes linguistiques, ça s’appelle un hypéronyme (un terme englobant), ou un synonyme (une reformulation avec sens analogue). Rien n’est « supprimé ». Les termes qui sont proposés (voir le texte de l’Avant-projet ») sont exactement les suivants : parents pour père et mère, aïeuls pour aïeules et aïeules, époux pour mari et femme, eux pour père et mère, beaux-parents pour beau-père et belle-mère. Sur ce point lexical, court actuellement une rumeur « parent A » et « parent B » que cette petite vidéo de Libération annule efficacement.

– « Le coup de balai idéologique capable de renverser des siècles d’usage et de supprimer les mots auxquels nous devons la transmission de la vie » (les liens sur les tableaux de conjugaison sont d’origine, ne me demandez pas pourquoi, je ne comprends pas) : j’ai peur que nos Cassandre ne confondent les mots et les choses : si les mots faisaient des enfants, et avaient donc des organes sexuels, on le saurait. Il me semble que c’est à des ovules et des spermatozoïdes (moi je mets des liens explicites) que l’on doit la transmission de la vie.

– « Ce déni de la différence, « une femme est un homme » » : personne n’a jamais affirmé qu’une femme était un homme, l’inverse non plus d’ailleurs, et, si Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin lisaient un peu d’ouvrages sur le genre, et avaient surtout un peu d’honnêteté intellectuelle, il n’écriraient pas ce genre d’affirmation qui, si elle n’allait pas dans le sens du poil des conservateurs, serait tout simplement ridicule. Ce que dit la théorie du genre, c’est que le féminin et le masculin ne sont pas des réalités purement biologiques, ne constituent pas des ontologies indépassables, et ne forment pas une alternative unique : chaque individu élabore son rapport au genre à partir de ses déterminismes, de son expérience, de son rapport au monde et à l’autre, de ses choix, de la place qu’il se ménage dans la complexité du monde, et le genre est plus une palette aux mille nuances qu’une paire binaire en distribution complémentaire (c’est du jargon linguistique : ça veut dire que que le fait d’être un homme empêche d’être une femme et vice versa).

– « Que signifie que le mariage déserté soit réinvesti en étant parodié ? » : ça, c’est d’une rare violence et d’un exceptionnel mépris. « Parodié », c’est une attaque ignoble qui concentre tout ce que les auteurs pensent de l’homosexualité, l’homoparentalité et tous les composés en homo– : employer ce terme, « parodié », ça veut dire qu’il s’agirait d’un faux mariage, et en plus, sur le mode comique, un mariage pour faire rire, donc. Ce qui est dit ici, c’est que seul le modèle hétéronormatif est « vrai », le reste est « faux », c’est pour rire. Là, je fulmine, oui.

– « Que les gouvernements sachent ce qu’ils font : on ne fait pas la loi au langage ou alors il se venge. Faut-il que les mots d’homme et de femme disparaissent aussi ? » : Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin, qui décidément ne connaissent pas grand chose à la langue, pensent qu’elle est une entité autonome, vivante et transcendante. C’est une vieille idée, celle des grammairiens normatifs et des puristes, et nous sommes plusieurs à avoir écrit des tonnes de trucs là-dessus. Bien sûr que si, on fait la loi au langage, le langage est une production humaine, c’est une réalité entièrement sociale, créée par les humains qui sont toujours intervenus sur elle ; c’est la vie normale du langage : on invente des mots, on en transforme, on propose des définitions, on réforme, en un mot on fait vivre la langue. Et non, elle ne se venge pas, la langue, c’est un anthropomorphisme idiot : de même que les mots n’ont pas d’organes sexuels, la langue n’est pas un individu animé de sentiments. Quant à la disparition évoquée des mots homme et femme, c’est précisément un amalgame, une analogie arbitraire et non fondée, un jeu sur les mots, encore : ce ne sont pas ces mots qui sont en cause dans la future éventuelle loi sur le mariage entre personnes de même sexe, et il est juste question d’adapter un discours juridique, non de légiférer sur l’ensemble des désignations sexuées de la langue.

Je m’arrête là, car tout le texte pourrait être commenté de la sorte, et en particulier le vocabulaire apocalyptique digne des pamphlets les plus violents de l’entre-deux-guerre : « violence déflagratrice », « terrorisme », « « éthique » de la haine et de la confusion », « destructions symboliques », « haine et destructivité »… Je passe aux fondements idéologiques de l’affaire.

L’argument de l’ordre naturel puisé dans la vérité biblique

J’ai fait deux trois recherches sur Monette Vacquin, dont je n’avais jamais entendu parler. D’abord le titre du livre qui est indiqué, Main basse sur les vivants, se situe bien dans cette tradition du discours sur la décadence, déclinisme, catastrophisme, pamphlet crépusculaire, déploration des temps présents et futurs, que l’on connaît bien, en particulier grâce à La parole pamphlétaire, de Marc Angenot, que je cite souvent, mais aussi, entre autres, à ce numéro de Mots et bien d’autres recherches encore. C’est un ouvrage qui critique violemment toutes les procédures d’intervention biologique sur la procréation : PMA, mères porteuses, congélation, d’embryons, insémination post-mortem, etc. L’argument du livre est que la science, et surtout la bioéthique, ne peut répondre à la question de l’humain. L’auteure fait entre autres appel aux récits de la Genèse, auxquels elle consacre un chapitre entier. Nous y voilà. Les modifications des modèles traditionnels de la famille et de la naissance apportées par la biologie et la reconnaissnace des sexualités multiples dérange l’ordre de la Genèse. D’ailleurs, une brève biographie sur le Huffington post nous apprend qu’elle est « membre de la Commission d’Ethique bio-médicale du Consistoire Israëlite de Paris ». Et cet article écrit avec Jacques Tarnero, « Arrêtez le progrès, je veux descendre !« , dont le titre a le mérite d’être clair, contient des références explicites aux normes, commandements et interdits religieux, ainsi que des naïvetés tellement étonnantes sur la réception de l’homosexualité qu’on se demande s’il ne s’agit pas, de nouveau, d’une manipulation sophistique. Mini-florilège, au fil de l’article (mais allez le lire, vraiment, si vous n’êtes pas encore lassé de cette obscure et vitupérante rhétorique) :

– « Y a-t-il en France des violences ou des discriminations homophobes telles que le Parlement doive se saisir d’un projet de loi supposé élargir le champ des libertés et des droits de l’homme ? Le PACS ne suffisait-il pas à garantir ces droits ?« . Alors je vais faire semblant de prendre cette question au sérieux et je vais répondre par ça, ça (surtout le paragraphe « agressions ») et ça. Et puis ça, surtout (oui, Monette, meurtre, vous avez bien lu, meurtre). Des chiffres, des enquêtes.

«  »Tu honoreras ton père et ta mère » nous dit le Décalogue. Est-il si réactionnaire ce commandement ? Est-il si opposé à ce que l’anthropologie a mis à jour dans les règles que les sociétés humaines se sont données dans l’histoire? En quoi considérer que ce texte fondateur de l’idée d’humanité, pour une grande partie de celle ci, est bon à jeter aux oubliettes de l’histoire au profit d’un dispositif qui met en cause les termes de la parentalité constitue-t-il un « progrès » pour l’idée d’humanité ? Le Décalogue et la Loi ou plutôt l’idée même d’une Loi nécessaire, contraignante, signifiant le partage entre le permis et l’interdit n’est elle pas plutôt la marque de l’Humain ? Si tout est permis, où se trouvera la marque qui sépare l’idée du Bien de l’idée du Mal ? En quoi l’effacement des « genres » constitue-t-elle un progrès permettant de penser plus finement le statut de l’humain ? En abolissant la distinction des genres au nom des avancées de la biologie et de la génétique, le progrès supposé, dont le « mariage pour tous » n’est que partiellement l’effet juridique direct, ajoute à la confusion. Il donne un crédit de droit au « il est interdit d’interdire » de mai 68 et son corollaire programmatique : « jouir sans entraves » qui constituait déjà le premier ferment destructeur de l’idée de la Loi. » Voilà, on est bien dans la Loi avec un grand L, celle de Dieu avec un grand D, telle qu’elle est écrite dans le Décalogue avec un grand D. C’est la Vérité en majuscule. Donc peu discutable, non argumentable, et je n’argumente pas d’ailleurs, je présente juste le propos.

Freud, qui s’est déjà tellement retourné dans sa tombe qu’il doit en être tout contusionné, à encore dû faire un bond, lui qui a tant écrit sur les religions comme besoin infantile d’apaiser la détresse et l’angoisse, comme illusion nécessaire car consolatrice, comme « névrose obsessionnelle de l’humanité », comme « narcotique », etc. (plusieurs citations importantes ici).

Le texte de l’Avant-projet n’est certes pas parfait et contient encore des zones imprécises, comme l’a noté Dominique Baudis, défenseur des droits, le magazine Têtu lui-même et comme le notent certains juristes. Mais il mérite bien autre chose que cette extraordinaire violence pamphlétaire à substrat religieux déployée dans le texte que Le Monde a accepté de publier.

Parent : le plus impossible métier du monde

Je fais partie des gens, qui engagent d’ailleurs souvent des analyses parfois longues, toujours douloureuses, et qui, je l’espère, n’ont jamais rencontré et ne rencontreront jamais des psychanalystes comme Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin, qui ont parfois regretté d’avoir des parents. L’enfant que j’ai été et qui revient souvent me visiter sait, de manière définitive, qu’être parent a peu à voir avec l’hétérosexualité, l’homosexualité, ou quelque sexualité que ce soit, ou même avec l’idée de couple et la manière dont il est constitué ; qu’être parent est la chose la plus impossible et la plus dangereuse qui soit ; que ce qu’on appelle le « désir d’enfant », sous cette formule figée qui est presque devenue un nom composé, recouvre un nombre important de motivations, dont certaines assez éloignées du « bien de l’enfant », qui sont également partagées par tous les humains, qu’ils soient de sages hétérosexuels ou d’affreux marginaux homosexuels ; qu’être parent est une aventure sans cadre à priori, sans compétence préalable, sans prévision ni programme, qui autorise les plus belles réussites et les échecs les plus lamentables ; qu’être parent n’a rien à voir avec Dieu, Moïse ou toutes les mythologies religieuses du monde. Qu’on ne naît pas parent, et qu’il n’est pas sûr qu’on parvienne à le devenir.

Être parent aurait plutôt quelque chose à voir avec le savoir, profond et intime, d’un nombre assez limité de choses : que les enfants ne sont pas des morceaux de parents mais des individus autonomes ; que les enfants ne sont pas des moyens, et pas non plus des fins ; que les enfants ne sont pas des objets, des signes extérieurs ni des biens mobiliers ; que la famille est une chose bien peu prévisible que chacun invente comme il veut, comme il peut, et que l’économie du « masculin » et du « féminin » y est bien inattendue et même hasardeuse. Que ce sont les enfants qui apprennent à leurs parents à être parents, et que le métier d’enfant est bien lourd à exercer. Qu’enfin, on ne « commande » pas aux enfants, à coups de tablettes de pierre.

Références

Un peu de psychanalyse intelligente et laïque pour penser le genre, les sexualités, en dehors de la doctrine calcifiée du phallus et de la pas-toute, et de la perte des re-pères, etc. (petite liste idicative, et d’autres références sont bienvenues en commentaire), et en attendant que certains psychanalystes hostiles aux positions wintériano-vacquiniennes décident de parler publiquement (Alain, cette gentille pique est pour vous) :

CIFPR : Un dossier complet et régulièrement mis à jour sur les différents discours des psychanalystes à propos de la future loi.
Sophie Mendelsohn : ses publications sur Cairn.info
Sabine Prokhoris, 2000, Le sexe prescrit. La différence sexuelle en question, Paris, Aubier et ses publications sur Cairn.info
Javier Saez,  2005, Théorie queer et psychanalyse, Paris, EPEL
Michel Tort, 2007, La fin du dogme paternel, Paris Champs Flammarion, et ses publications sur Cairn.info

Crédits

Illustration : « Keep calm and two mothers », « Keep calm and nurture your parents », « Keep calm and two fathers », « Keep calm and bury stone tablets », parodies de « Keep calm and Carry On », 1939, produites avec l’outil Keep calm-o-matic.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 15 décembre 2012, “P(m)ère et m(p)ère tu honoreras (ou pas)“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11414, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

34 réponses

  1. frans tassigny dit :

    Avant de commenter cette problématique, je préfère en guise de présentation me situer vis à vis du micro collectif que forme votre ensemble de réflexions, si j’ai extrait une phrase de ces commentaires, c’est parce qu’elle m’interpelle, d’autant plus que j’ignore totalement où vous l’avez trouvée.Pas de références, strictement rien, vous vous autorisez donc a utilisez les idées d’autrui pour votre argumentaire alors que moi, je m’explique, je pose mes jalons sans avoir besoin de prothèses

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je pense que la discussion entre vous peut se terminer ici, je ne publierai pas de suite si vous permettez – merci d’avoir commenté mon billet !

  2. frans tassigny dit :

     » Mais si Lacan, par exemple, n’a peut-être pas franchi la ligne jaune en affirmant que la langue serait transcendante et donc de l’ordre de la loi intouchable, nombre de ses disciples l’ont franchie. » C’est d’ailleurs ma proposition : Mes ateliers universitaires proposent des outils (sites,forum,débats) pour repérer, identifier, apprivoiser et s’approprier les exigences à l’œuvre dans la rédaction d’ articles psychanalytiques, exercice d’autant plus redouté qu’il se transmet dans une langue étrangère à sa langue maternelle (lalangue), mystérieuse, souvent récemment adoptée comme expression des travaux lacaniens.
    Car dès les premières expériences dans l’autre langue surgit une autre question : cet article que l’on a choisi d’écrire en français ne doit-elle pas aussi être pensé en français ?
    Et c’est ici le début d’une grande aventure, aussi périlleuse qu’exaltante et d’un immense labeur où l’auteur est contraint de déplacer ses objets de recherche, de les repenser . Si comme l’affirme Pascal « un même sens change selon les paroles qui l’expriment », comment soutenir ce passage, cette épreuve que François Jullien, philosophe et sinologue appelle « dépaysement de la pensée »
    c’est l’étude des textes qui sera la pierre angulaire du « Comment savoir poser une problème » et à lui donner une solution argumentée, raisonnée, en évitant toutefois d’être trop conceptuelle.

    Que proposera-t-on à ces enseignants, avant tout une méthode car cet enseignement n’est pas une entreprise de formation où le collectif accouchera d’apprentis sorciers.

    Le professeur de psychanalyse commencera la lecture d’une oeuvre freudienne(ou lacanienne). Mais renouer avec l’héritage freudien (ou lacanien)ne reviendra pas à se prendre soi-même pour cette figure originaire de la pensée psychanalytique, mais à devenir ce passeur d’idées consistant à comprendre et à faire comprendre leur traversée à ce siècle tumultueux.
    Un bémol
    L’article doit être écrit dans un style vif et accrocheur; le message doit être clair et la structure transparente. Sa lecture ne doit pas être trop ardue pour le grand public. Le jargon technique et le ton d’indignation exacerbé sont donc à proscrire sauf pour la psychanalyse clinique.
    Des garanties
    Pour assurer la qualité et le sérieux de l’entreprise, le comité de rédaction (à former) s’engage à ne publier, que des articles ayant préalablement reçu l’aval de deux membres d’un comité de lecture .Cela vaut également pour les articles que les membres du comité de rédaction peuvent faire paraître dans la revue.
    Frans Tassigny
    Ps : L’ensemble des travaux de l’université et des savoirs rencontrés dans leur diversité, doivent faire l’objet d’une capitalisation vivante et accessible sur différents médias.

    Suivez nous sur : https://twitter.com/TassignyF
    http://paper.li/f-1354940655 comme hebdo, prière de s’abonner pour recevoir nos articles ainsi qu’une présence sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Une-universit%C3%A9-de-la-psychanalyse/39176081552

    • Doctor Feelgood dit :

      Vraiment, je trouve assez lamentable de venir pourrir le débat en venant ici faire votre publicité. Vous extrayez une phrase de mon commentaire, vous ajoutez juste ensuite « C’est d’ailleurs ma proposition : … » pour ensuite refourguer votre camelote en faisant un copié-collé de votre argumentaire de vente qui n’a STRICTEMENT AUCUN RAPPORT avec la problématique évoquée ici. Pitoyable.

  3. Michele dit :

    Pour indication, voilà les résultats du « dictionnaire des associations verbales du français à l’entrée « mariage » (consultable ici http://dictaverf.nsu.ru/ )
    mariage union 110 ; divorce 50 ; amour 44 ; blanc 30 ; alliance 21 ; fête 16 ; engagement 15 ; bonheur, robe 14 ; enterrement 13 ; couple 12 ; fiançailles 8 ; noces 6 ; cérémonie, enfant, femme, heureux, joie 5 ; anneau, anneaux, bague, église, enfants, famille, contrat, inutile, lien, liens, mari, noce 3 ; amoureux, civil, corde, d’amour, demande, épouser, fiancé, fleurs, forcé, mairie, PACS, prison, rêve, vie, vœux 2 ; affection, aïe, aimer, arrêt, association, autel, baptême, beau, beurk, blanche, cauchemar, champagne, choix, cliché, connerie, contrainte, décès, désespoir, deux, échange, enfermement, époux, erreur, espoir, éternel, étrange, événement, excédance, festivité, fin, foutaise, frères, froufrous, gâteau, gay, gros problème, homosexuel, hypocrisie, jeune, liaison, loi, mariage, Marie, merveilleux, obligation, osmose, oui, pacs, paix, papier, peut-être, pièce montée, pluvieux, mariage heureux, promesse, raté, relation, riz, roi, sacre, sacrement, serment, trésor, unis 1 (516, 108, 3, 63)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      excellent ! et sur le dictionnaire des synonymes du crisco (http://www.crisco.unicaen.fr/des/) :
      mariage : accord, accordailles, alliance, amadouage, amour, assemblage, association, assortiment, bénédiction, bésigue, billet, brisque, célébration, cérémonie, chaîne, combinaison, conjungo, cortège, couple, engagement, épousailles, établissement, harmonisation, hymen, hyménée, lit, mélange, ménage, noce, réunion, sacrement, union, union légitime.

      « assemblage » et « combinaison » : c’est pas beau, ça ?

  4. Michele dit :

    Laissons de côté les psys – ce n’est pas vraiment mon rayon ni le meilleur souvenir de ma vie, revenons à la linguistique: quand je parle de ce sujet avec mes étudiants (russophones) nous constatons que l’un des problèmes principaux est que tout le monde ne s’entend pas sur le sens du mot « mariage ». Et que ce sens peut changer. Un exemple assez frappant parce qu’il a eu lieu sous mes yeux, en 35 ans de vie en Russie. Depuis la création de l’Union soviétique, les gens se mariaient devant l’équivalent de monsieur le Maire, c’était donc un mariage civil (гражданский брак). Beaucoup ne le faisaient pas – les moeurs du début de l’URSS furent un temps assez libres – et rares étaient ceux qui faisaient bénir cette union à l’église (венчались в церкве) les temps étaient à l’athéisme. Maintenant on parle de « mariage » tout court (à l’église et/ou au palais des mariages) et l’expression « mariage civil » est comprise par tous (pas seulement par deux trois étudiants, j’en ai parlé à des linguistes à des colloques et il y a des publications) comme « union libre ». Du coup, dans la presse russe, c’est généralement comme ça qu’on traduit le PACS (entre nous soit dit, ceux qui l’ont nommé ainsi ne s’étaient sûrement pas posé la question de savoir comment « les autres » allaient traduire ça…). Tout ceci pour dire qu’il me semble qu’au fond des discussions passionnées autour du mariage pour tous il y a aussi une question de sémantique.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui je suis d’accord, c’est même plus large en fait je pense, c’est toute la conception de la langue qui est en jeu : tous les adversaires du « mariage pour tous » que j’ai lus présentent la langue comme une loi d’airain que l’on ne pourrait modifier sans commettre une trangression majeure – or nous savons bien que l’ordre de la langue n’est pas celle du monde, qu’il n’y a pas de correspondance directe entre les mots et les référents, etc., etc. sur cette histoire de mariage, bien sûr que les mots peuvent changer de sens, et eis actes institutionnels aussi : ces gens oublient que le mariage a été créé par les humains, comme toutes les institutions et les lois (y compris les pires)

  5. ASTEGIANO dit :

    tous ces religieux qui interviennent au 1er ou au 2eme degré feraient bien de balayer devant leur porte car ils acceptent sans broncher le créationnisme et pour beaucoup la genèse. Hors si on résume il y a Adam et Eve, ils ont 2 fils pour que ça continue ils font quoi? Hé oui, ils sont obligés de coucher avec leur mère, pas terrible comme début de l’humanité!
    Plus tard: Dieu dit à Abraham:tu sais ce qui me ferait plaisir ? C’est que tu me sacrifies ton fils» Abraham se dit : « il va voir si je ne suis pas cap et si je vais me dégonfler!» Et c’est moins une, à l’ultime instant où il va égorger son fils, Dieu lui dit : « arrête, je déconne.» (Pour être précis il sous-traite, en envoyant un ange télégraphiste).
    PS : le minot ce n’est plus un bébé. Dans le récit, il y a même un moment au Abraham il lui fait porter les fagots de son futur bûcher : Dans ce temps, on savait au moins éduquer les gosses !

    et quelques siècles après on retrouve des gus gus de cet engeance qui veulent donner des leçons d’éducation il vaut mieux pour eux que l’on n’ouvre pas les livres saints qu’ils brandissent

    • Marie-Anne Paveau dit :

      votre vision comique et coléreuse de la bible est rafraîchissante, merci !

      • Doctor Feelgood dit :

        Mais le récit du mythe d’Abraham démontre aussi que la loi de Dieu n’est PAS la loi sociale : elle en est même l’inverse : celle que l’on n’élabore pas, que l’on ne comprend pas, et à laquelle il faut obéir aveuglément pour être « élu ». Loi sociale ou Loi de Dieu, il faut choisir. Et on voit bien généralement de quelle Loi on parle quand on parle de La-Loi en psychanalyse…

  6. Denton dit :

    Je ne comprends toujours pas pourquoi une MàJ juridique pacs + statut du beau-parent ne suffirait pas à régler ce qu’il est nécessaire de régler. Que demande-ton d’autre à la loi que cela ? Un statut du beau-parent pour définir précisément les droits et les devoirs du parent non biologique face au parent biologique, une mise à jour du pacs pour compléter les droits et devoirs du conjoint. Qu’y a-t-il d’autre à demander qui ne soit pas compris là-dedans ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      non, effectivement, vous ne comprenez pas – en revanche vous comprenez bien qu’une des plus importantes institutions de la société soit refusée à une partie de ses membres, de leurs enfants et de leur famille

  7. lapindebois dit :

    Alors ça c’est du grand art : les mots de père et mère ne seront pas « supprimés » du code civil, mais « remplacés » par autre chose… Je ne sais pas comment ça se passe dans la langue des psys, mais en français courant comme en langue juridique, remplacer signifie bel et bien supprimer puis mettre autre chose à la place. Donc supprimer. Donc plus de père et de mère dans le code civil
    Pour le reste, libre à vous de dénier au mots et aux mythes toute influence sur le développement d’un être humain. Mais cette attitude me paraît très légère.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      puisque vous semblez posséder « bel et bien » un savoir incontestable sur l’usage des mots, je me garde bien de vous apporter une de mes légères réponses

  8. Doctor Feelgood dit :

    De même, dans le genre « Dieu que c’est con, non mais c’est con, mais c’est con, mais c’est con”, il y a aussi ça, c’est tout chaud, ça vient de sortir :

    http://danielsibony.typepad.fr/danielsibony/2012/12/mariage-homosexuel.html

    Et c’est issu de la même nébuleuse.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci, enfin façon de parler ;=))) : ça me fait trois fois mal : comme citoyenne, comme linguiste et comme analyste – c’est insupportable, je ne suis même pas parvenue à écouter ce truc jusqu’au bout – le passage sur les deux maris belges est à vomir – et encore un qui croit que les mots sont à ce point ontologiquement droits dans leurs bottes qu’on peut les tordre – bon, mais on continue quand même la veille… re-merci

  9. sylvainj dit :

    Quel honneur d’être ici 🙂

  10. William Himself dit :

    Le psychanalysme est un judaisme.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je dirais plutôt que la psychanalyse de winter et vacquin est un psychanalysme, et que ce psychanalysme est une sorte de judaïsme – les psychanalystes n’ont pas tous ce défaut-là, et « la » psychanalyse non plus

      • Doctor Feelgood dit :

        Toutefois, beaucoup de ses conceptions fondamentales : toute-puissance de la fonction symbolique, loi comprise comme aiguillon du désir, nom-du-père… ont une origine religieuse évidente – quand elles ne sont pas de pures euphémisations de croyances religieuses qui, exprimées telles quelles, feraient mauvais effet.

        Je pense que la psychanalyse est inavouablement fondée sur l’idée que le langage n’est pas un fait physique, humain, social, mais un fait spirituel immatériel, divin (idée religieuse s’il en fut). Et que ce fondement explique nombre de ses dérives.

        • Marie-Anne Paveau dit :

          pour le fondement religieux, il me semble plutôt que c’est l’idée de loi ou de structure, ou de complexe, qui s’est chargée de religieux : vraiment on ne peut pas du tout dire que l’invention freudienne est religieuse – je pense que quelqu’un comme sibony, et bien d’autres, ne savent pas faire la différence entre une structure et une transcendance – et pour le langage, je ne suis pas complètement d’accord non plus, je pense que c’est la même dérive (je suis d’accord avec cette notion de dérive que vous employez, et pourtant je n’aime pas beaucoup ce mot qui est souvent un argument déploratoire) : l’idée ordinaire que la langue est transcendante et donc de l’ordre de la loi intouchable – il n’y a ça ni chez freud, ni chez lacan, ni chez mélanie klein, ni chez bion, winnicott, autrement dit les « grands » – il y a ça chez les intellectuels mondains qui décident qu’ils sont analystes – de mon point de vue, ils ne le sont pas : ce n’est pas n’importe quoi, d’être analyste, il y faut de l’éthique, de la bienveillance, et la possibilité d’affronter le réel (de l’inconscient)

          • Doctor Feelgood dit :

            Je suis d’accord avec vous, j’aurais pu nuancer un peu plus. Mais si Lacan, par exemple, n’a peut-être pas franchi la ligne jaune en affirmant que la langue serait transcendante et donc de l’ordre de la loi intouchable, nombre de ses disciples l’ont franchie. Voir à ce sujet, outre les noms déjà cités, ceux de Gérard Haddad, Avram Cohen, Gérard Pommier, Franklin Rausky, Gérard Huber… pour ne rien dire d’Alain Didier-Weil que l’on peut entendre ici :

            http://www.akadem.org/public/Audio/860_F2_DIDIER-WEIL-son.mp3

            Il y aurait tout un travail historique et sociologique à faire pour montrer que dans l’entourage de Lacan, on a colonisé sa pensée (et celle de Freud) pour en faire un rabbinat psy.

            Car la découverte freudienne est elle-même l’objet d’une lutte politique. Freud a toujours choisi la raison (cf. « L’avenir d’une illusion »), récusé la (et sa) religion, s’est pensé comme un homme des Lumières, et pensait que la psychanalyse aurait pu être une science au sens que les Lumières donnaient à ce mot. Or, que s’est-il passé ? Nombre d’héritiers de Lacan ont (re)judaïsé Freud, le trahissant totalement.

            Le judaïsme n’est pas seul concerné. Si maintenant nous prenons l’un des plus grands noms de la psychanalyse en France, Françoise Dolto, nous avons encore une tentative de réinjecter du religieux dans le laïcisme de Freud, mais cette fois du religieux chrétien.

            Finalement, il s’agit de rétablir ce que Freud voulait à tout prix éviter : la transformation de son discours scientifique en discours religieux, la transformation de l’éthique analytique en morale !

            Et je me demande : cette trahison totale, n’est-elle pas justement la forme la plus actuelle de RÉSISTANCE LA PLUS FORTE à la découverte freudienne ? C’est trop facile d’aller chercher les méchants du côté des comportementalistes ou d’Onfray (dont tout esprit sérieux se moque). Et si l’ennemi principal de la découverte freudienne était à l’intérieur même de la pratique analytique aujourd’hui ? Et si tout cela pouvait s’expliquer par l’Histoire, avant un grand H, celle dans laquelle nous sommes, celle de l’après-Auschwitz, celle où l’on ne peut plus tolérer une éthique sans Dieu, où l’on ne peut plus accepter de prendre pour ce qu’elle est l’élaboration freudienne de la pulsion ?

  11. Michèle Debrenne dit :

    merci Marie-Anne pour cette analyse revigorante. Dommage que l’année universitaire touche à sa fin je n’aurais pas le temps de travailler sur ces textes ce semestre, mais je les mets sous le boisseau pour entamer le deuxième…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci michèle de ton commentaire – j’ai envie de rassembler les textes qui ont été publiés sur la question pour faire un petit corpus justement – si j’ai le temps je ferai un dossier scoopit, si j’ai le temps… j’aimerais bien qu’il y ait un mémoire quelque part sur ce corpus, ça serait bien !

  12. frans tassigny dit :

    Avec votre accord j’ai inséré vos info sur mon micro dossier :

    http://fr.calameo.com/books/001343388ce5beeff1003

    Cordial
    ft

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci, vous me permettez de découvrir le papier de jacques arnaudies qui m’avait échappé – très intéressant – la liste des psychanalystes non apocalyptiques s’allonge heureusement !

  13. Prose dit :

    Je vous remercie pour cet article, à la fois parce que je suis bisexuelle et parce que j’étudie la psychologie (et m’intéresse à la linguistique et à l’anthropologie). Je suis épuisée par les attaques qui me sont faites à cause de mon orientation sexuelle, d’autant plus lorsqu’elles reposent sur une utilisation très contestable des disciplines qui me sont chères.
    Il est agréable d’entendre un autre son de cloche, et de découvrir à cette occasion qu’un de mes anciens professeurs a initiée cette pétition.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je suis touchée par votre commentaire, merci – le psychanalyste est celui qui doit écouter nos souffrances et nos peurs, et nous aider à nous faire un chemin dans la vie, il n’est pas celui qui doit diviser l’humanité en deux, les gens acceptables et les autres – winter et vacquin font du mal à la fois à tous ceux qui n’entrent pas dans les cadres archaïques de l’hétérosexualité biblique (et ça concerne un nombre important de gens, au-delà des lgbt d’ailleurs), mais aussi à la psychanalyse ; je crois d’ailleurs qu’elle n’en sortira pas indemne, et qu’elle sera perdante sur ce terrain – et j’en suis vraiment malheureuse, je travaille tant pour elle et avec elle

  1. 16/12/2012

    […] La semaine dernière, après avoir lu le texte de Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin publié dans Le Monde, "Non à un mon…  […]

  2. 16/12/2012

    […] Marie-Anne Paveau, universitaire, convoque linguistique, rhétorique, psychanalyse… pour déconstruire point par point l’argumentation fallacieuse d’un article du Monde signé des psychanalystes Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin, opposés au mariage pour tous. A lire sur l’excellent site La Pensée du discours. […]

  3. 16/12/2012

    […] Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 15 décembre 2012, “P(m)ère et m(p)ère tu honoreras (ou pas)“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11414, consulté le…  Imprimer ce billet […]

  4. 23/12/2012

    […] La semaine dernière, après avoir lu le texte de Jean-Pierre Winter et Monette Vacquin publié dans Le Monde, “Non à un monde sans sexes !”, une amie s’est indignée sur un réseau de la bêtise et de la violence du propos : “Dieu que c’est con”, a-t-elle posté, “Non mais c’est con, mais c’est con, mais c’est con”, ajoutant à destination de quelques-unes : “Prenez, lisez et fulminez-nous donc une bulle vengeresse”. J’ai répondu que les sorties crépusculaires de Jean-Pierre Winter me lassaient (c’est notre psy-Cassandre en pantalon : contre les mères porteuses, contre le mariage homo, contre l’homoparentalité, etc.), que je ne fulminais plus et que je préférais lire les psys qui savent à peu près de quoi ils parlent quand il s’agit de sexualité, de genre, d’enfants, de parentalité, etc. (voir ci-dessous la petite bibliographie psychanalytique intelligente à propos des questions de genre)…  […]