Des crocodiles sur internet. Panique morale et loi de la pesanteur

3 décembre 2012
Par

"Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ! ", Michel Serres, 2007

J'aime bien Jamel Debbouze. Ce type me plaît, surtout dans l'acuité que contiennent certaines de ses sorties. Le coup du bol breton est définitivement intégré dans mon magasin personnel de citations et phrases-cultes, entre Peirce et Arendt (hé oui). "L'intégration, c'est quand t'as ton nom sur le bol breton". Et le bol breton a encore quelques belles bolées de cidre fabrication française devant lui. Mais j'avais été aussi frappée par cette remarque au détour d'une interview : "Vous savez, quand on ne connaît pas, on crache dessus, on cogne quoi, c'est comme ça" (de mémoire). Ce n'est pas tant le contenu qui avait retenu mon attention que la manière évidente et explicite de formuler ce qui reste souvent implicite et même dissimulé derrière des arguments aux apparences plus rationnelles.

Sur OWNI, dans un billet intitulé "Peur sur le web", Laurent Chemla a une jolie expression à laquelle je souscris entièrement pour décrire l'internet tel que je le vois, que je le pratique, tel que je l'habite et tel que je l'aime : "J'ai toujours vécu internet comme un désir".

Mais cette approche désirante, et donc créative, n'est vraiment pas la plus répandue. Ces dernières semaines j'ai rencontré plusieurs réactions négatives au numérique ou à l'internet, et j'ai à chaque fois pensé à Jamel Debbouze. Dans une formation doctorale que j'assurais, la partie sur le doctorant 2.0 a provoqué des réticences fortes d'une jeune femme, réticences qui embrassaient sans distance les discours technophobes bien connus de la dégradation de la langue ("Ah mais moi je ne pourrais pas écrire comme ça, aussi rapidement, sans relire, sans corriger, j'ai besoin de revenir sur mon texte, que ça soit parfait, rien que d'y penser ça me donne des frissons"), ou de la solitude pathologique du geek ("ah mais, à ce compte-là, on ne sort plus, on ne voit plus personne, le virtuel, ça coupe de la réalité"). Je précise bien "jeune femme", pour enfoncer le clou de la non-pertinence de cette notion de "digital native" derrière laquelle nombre de rejets irrationnels se tapissent. La récente chronique d'Antoine Compagnon dans le Huffington post va exactement dans ce sens, tout en prétendant le contraire : il faut lire ce morceau de purisme le plus anachronique et le plus élitiste, dans lequel il n'est pas du tout question de numérique, mais de correction de la langue, à coup de subjonctifs et de subordonnées complexes, comme si l'internet était un papier comme un autre, sans contexte, sans dispositif, sans écosystème, sans technologie, sans univers en un mot. Répondant à la critique d'un lecteur qui l'accusait d'écrire de manière "débraillée" (toujours cette métaphore du corps de la langue), c'est-à-dire "numérique", Antoine Compagnon rate une belle occasion d'expliquer que l'écriture numérique est, fondamentalement… une écriture, ni plus ni moins "débraillée" qu'une autre. Mais au lieu de cela, il réduit le "numérique" au bon usage, comme dans une antique chronique "Le bon français" du Figaro

Dans une communauté savante d'un pays lointain, un responsable a déposé un unique exemplaire papier d'un document collectif dans un scriptorium fermé, que les moines et moniales du groupe, censément levés pour mâtines et supposés consacrer tout leur temps aux joies sereines du recopiage, étaient invités à aller lire manuellement, si je puis dire. À l'ère de la dématérialisation des dossiers de toute sorte, il lui a été suggéré une forme un tout petit plus numérique, qu'il a refusée au nom du "risque électronique". Le "risque électronique". Je connaissais le risque sismique, nucléaire, chimique, professionnel, mais électronique, je découvre. Cette réponse médiévale (pardon aux médiévistes, oui je sais que cette période n'est pas aussi obscure que le dit le stéréotype, mais là, tout de suite, j'ai besoin du stéréotype, vous savez, genre Le nom de la rose), cette réponse médiévale donc, m'a rappelé une autre anecdote. On m'avait rapporté la réponse d'une vieille dame, dans les années 1970, à Calais, à un médecin qui lui conseillait d'emmener ses petits-enfants au bord de la mer pour qu'ils se baignent et soient donc moins sédentaires : "Ah, mais non, pour que les crocodiles y m'les mangent ?"

Des crocodiles, c'est ça, c'est exactement ça. Chacun a ses crocodiles personnels, chacun a son imaginaire du danger et de la sauvagerie, et pour certains, il y a des crocodiles sur internet, qui dévorent la langue, l'écriture, la sociabilité, la fiabilité et les documents.

Il existe depuis longtemps des réflexions sur cette "phobie" de l'internet et de la technologie en général, et on a pris l'habitude d'en parler comme d'une "panique morale", comme le fait Xavier de La Porte dans un billet récent sur le site InternetActu : "Le vrai problème de ceux qui répandent la panique, explique-t-il, est leur conviction que toute ère technologique révolue était l’âge d’or de la civilité et de la contemplation. Or, c’est faux". Cette dimension fantasmatique est également à verser au dossier anthropologique des "numériquement incapables", dont parle très bien Pierre Marige dans "Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation". Il y montre clairement comment le sujet fabrique ses propres rejets en les attribuant à l'extérieur, et élabore sa propre stigmatisation en l'intériorisant. Dans mon vocabulaire, et avec des références proches de la psychanalyse, c'est un mécanisme de projection (Mélanie Klein) : j'attribue aux autres l'origine de mes rejets, de mes angoisses, de l'ensemble de mes sentiments négatifs (le prochain billet de la série "Discours de place" y sera d'ailleurs consacré). Avec un soupçon de dispositif "cheveux de Münchhausen" (Paul Waztlawick) : pour traverser une rivière, le baron se tire vers le haut avec ses propres cheveux ; ou comment fabriquer soi-même les causes des conséquences dont on se plaint.

Je ne peux terminer ce billet sans mentionner le débat actuel sur la dangerosité des jeux vidéo, enfin, "débat", si l'on veut, à partir d'un article crépusculaire de Claire Gallois dans Le Point, intitulé "Permis de tuer", auquel Yann Leroux a répondu de manière percutante par l'ouverture d'un réjouissant Tumblr Jouer n'est pas tuer, où il se met en scène façon dedipix. Le collectif Merlanfrit.net vient de publier une excellente synthèse de la question, et il faut lire cet intelligent billet d'urgence. On voit donc quel puissant réservoir imaginaire constituent l'internet et la technologie informatique, numérique et électronique en général, et également quelle puissante structure : Anciens vs Modernes, Réel vs Virtuel, jeux éducatifs hors ligne vs Jeux vidéo en ligne, autant de paires binaires qui organisent les discours sociaux et permettent aux individus de produire des argumentations pour justifier leurs positions, surtout quand elles ne peuvent pas être argumentées, justement. Que le monde se diversifie, que les univers se multiplient, que les possibilités humaines s'amplifient, et voilà que le rappel à une humanité circonscrite dans le cercle de sa propre pesanteur se transforme en terreur anthropologique.

Vous qui prenez en ce moment même le risque électronique inouï de parcourir les dangereux espaces de l'internet, et même parfois d'y construire des villas, d'y engager des relations et d'y déposer vos trésors, d'y flâner, d'y jouer et d'y voyager, faites attention à vous, et regardez bien où vous marchez. Qui sait, vous pourriez y laisser vos jambes, et votre réalité. À moins que, peut-être, les crocodiles de l'internet, comme celui d'Hérodote en illustration, ne vous transforment en brosse à dents, dans un élan de symbiose… électronique ?

Références
Chemla L., 29 novembre 2012, "Peur sur le web", OWNI [site], http://owni.fr/, consulté le 3 décembre 2012
Compagnon A., 24 novembre 2012, "Écrire numérique", Le Huffington post [quotidien en ligne], consulté le 1er décembre 2012
Klein M., 1968 [1955], "L'identification", dans Envie et gratitude et autres essais, Paris, Gallimard, 139-185
La Porte X. (de), 26 novembre 2012, "Les règles de la panique morale technologique", InternetACTU.net, [blog], consulté le 26 novembre 2012
Marige P., "Numériquement incapables : stigmatisation et acculturation", aka Reup [carnet de recherche], http://akareup.hypotheses.org/, consulté le 1er décembre 2012
Watzlawick P., 2000, Les cheveux du Baron de Münchhausen. Psychothérapie et réalité, Paris, Seuil.

Crédit : "Nile crocodile getting teeth cleaned by symbiotic Spur-winged Plover", Henry Scherren, 1909, Popular, natural, History, Wikimedia Commons.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 3 décembre 2012, "Des crocodiles sur internet", La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/, consulté le…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Lectures subjectives

8 commentaires pour “ Des crocodiles sur internet. Panique morale et loi de la pesanteur ”

  1. [...] "Les nouvelles technologies nous ont condamnés à devenir intelligents ! ", Michel Serres, 2007 J'aime bien Jamel Debbouze. Ce...  [...]

  2. Laura Goudet le 07/12/2012 à 00:14

    Ah, ces sacrés crocodiles...! Effarée je fus en lisant les copies de mes étudiants, qui pensent que "la vraie vie est là, pas besoin de réseaux sociaux sur lesquels on peut rencontrer des psychopathes".

    ...Car justement, je les avais fait travailler sur cet article du Daily Mail (qui est un peu "toile-à-matelas"; je ne suis pas certaine que ne pas avoir de page FB = un signe qu'on a une vie sociale peu étendue, voire que l'on est un sociopathe en puissance : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2184658/Is-joining-Facebook-sign-youre-psychopath-Some-employers-psychologists-say-suspicious.html )

    Maintenant, à la vue de contenus anxiogènes au possible, comme les reportages larmoyants sur les gens qui se font berner sur les sites de rencontre, ou des histoires comme celle d'Amanda Todd cette réticence au numérique pris comme "un tout informe" ne m'étonne pas.

    En revanche, ce qui me choque, c'est l'absence d'éducation réelle à internet : la charte dont parle François ne vise pas à l'évaluation du média intelligente et éclairée, mais à faire attention à on-ne-sait-quoi-qui-lurkerait-sur-la-toile-et-menace-de-violer-le-français-et-de-démembrer-des-enfants.

    Ca me donnerait presque envie d'écrire un message là-dessus... Mais je suis peut-être trop débraillée pour ça.

    • Marie-Anne Paveau le 07/12/2012 à 05:52

      merci laura de votre commentaire - intéressant cet article du DM - je viens de lire "le monde avec internet" de soudoplatoff (http://bit.ly/VABHcd) et ça serait une bonne entrée pour l'éducation au numérique - une bonne présentation générale, engagée et documentée - oui c'est un problème cet illettrisme numérique qu'on ne sait pas bien comment résoudre faute de dispositifs de formation - ça se met en place tout doucement mais de manière informelle je crois, comme les ateliers R et python (je crois ?) que vous montez - vous citez la charte de françois mais il y a aussi ce livre blanc (http://bit.ly/TG4Mxl), que j'ai ouvert avec intérêt en me disant même que j'allais commenter - quelle déception : verbiage, bonnes intentions, généralités, rien de concret et une mauvaise connaissance des réalités de terrain - bref, évangélisons à partir des pratiques… hors des projets gouvernementaux pour le moment

  3. frans tassigny le 05/12/2012 à 05:06

    Avec votre accord,j'ai inséré vos info sur mon micro dossier :

    http://fr.calameo.com/books/001343388b344712ce044

    Cordial

    ft

  4. François le 04/12/2012 à 00:31

    Merci pour ce billet écrit en un si bon français.
    Cela me fait penser à une collègue travaillant avec ses élèves une charte informatique intitulée "charte des dangers d'internet" (sic)... En lui posant la question sur ce choix, j'ai compris que la cristallisation (cf. ZRC David HEBERT !) entre le rôle d'une charte et les dangers des TUIC avait commencé. Q'est-ce qui est dangereux ? le médias, l'usage ou l'utilisateur ? Où se cache le crocodile ?
    Peut-on encore aller sur une plage sans une pelle (pour se défendre des crocodiles !) ?

    • Marie-Anne Paveau le 04/12/2012 à 09:24

      merci de votre commentaire - vous pourriez suggérer à votre collègue d'établir également une charte des "dangers de la vie"… ;=)

  5. ALiCe__M le 03/12/2012 à 15:27

    Qu'est-ce que ce "bon français" dont on parle tant ? celui de quel siècle ? je m'interroge. Un billet qui remet très bien les pendules à l'heure numérique. Et une illustration toute aussi excellente.

    • Marie-Anne Paveau le 03/12/2012 à 18:06

      merci alice de ton commentaire - je crois que le "bon français" est sans âge ni lieu, il est intemporel et sans contenu réel : pas de doute, c'est bien un fantasme…

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche