Les cheveux rebelles de Christian Grey. Cinquante nuances de mom porn

10 novembre 2012
Par

Les genres et les catégories sont des objets centraux pour l'analyse du discours. La publicité importante qui a accompagné la parution de Fifty Shades of Grey en français début octobre, sous le titre Cinquante nuances de Grey, a mis l'accent sur un sous-genre particulier : le mom porn ou mommy porn. Une désignation intéressante car elle définit le genre à partir d'un lectorat, à moins qu'il ne s'agisse de son auteure, dont on souligne souvent le statut de mère de famille traditionnelle. Mais à quoi correspond exactement cette appellation ? et ce mom porn est-il plutôt du porn, ou plutôt du mom ?

L'étiquette mom porn : "titillating literature for females"

Mom porn est la version familière de mummy porn, expression qui naît avec le roman de E.L. James, pour désigner ce qu'elle-même appelle adult romance ou erotic romance. Le terme vient d'être intégré au dictionnaire Collins en ligne avec la définition suivante: "(informal, derogatory) a genre of erotic fiction designed to appeal to women", elle-même issue des propositions jugées les plus pertinentes des internautes, comme celle-ci : "Titillating literature for females. Made famous by the success of books such as "50 shades of grey" and ebooks readable only on devices such as kindles".

L'auteure réfute le trait pornographique de sa trilogie et parle pour sa part de love story dans toutes ses interviews. Mommy porn est donc une appellation médiatique, qui définit le genre par les lectrices, identifiées comme des mères de famille autour de la quarantaine, comme l'auteure. En français, plusieurs traductions coexistent, ce qui signale l'instabilité néologique du terme : on trouve le plus souvent porno de maman ou porno pour maman et porno pour ménagères ; mais il existe aussi quelques occurrences de porno pour grand-mères, ou même porno sentimental. L'appellation est péjorative voire sexiste : si l'expression porno de ou à papa existe, elle désigne plutôt une pornographie vintage, si l'on peut dire, une forme traditionnelle, alors que porno de maman décrit une forme faible ou dégradée. Ce que disent les termes porno pour maman ou porno pour ménagères, parfois au bord de la crise de nerfs, c'est le faible coefficient excitant de la narration, qui ne proposerait qu'une forme soft de mise en scène de la sexualité, au contraire de la "vraie" pornographie, qui serait plus intense voire violente. C'est la position de Marc Dorcel, le célèbre producteur de films X dans une interview au nouvel Observateur (1er novembre 2012) : "Il est clair que le roman s'adresse d'abord à un public féminin qui n'a jamais pratiqué ce genre de lecture. C'est un hymne à la jouissance pour femmes frustrées, dirons-nous. Une sorte de conte de fées vaguement sadomaso, qui invite à se familiariser avec certaines pratiques sexuelles. […] Un porno, ça doit être beaucoup plus pervers". Dans de nombreux commentaires, on trouve une qualification "érotique" du livre, qui serait plus pertinente que "pornographique", selon une distinction ancienne et classique (voir mon billet "Plaisirs à lire" dans la série d'été 2011).

Les lois du genre

Je ne pense pas que cette distinction entre érotisme et pornographie soit bien fonctionnelle, et, sur cette question, je suis du même avis que Jean-Jacques Pauvert qui a toujours ironiquement contesté la différence : "Mais c'est la même chose !", affirme-t-il depuis longtemps (Pauvert 1980). En revanche, pour qu'un récit soit pornographique, c'est-à-dire pour qu'il accomplisse sa fonction première qui est d'exciter le lecteur et de provoquer sa jouissance, il faut qu'il soit doté d'un certain nombre de traits. Dominique Maingueneau en a proposé une liste dans son ouvrage La littérature pornographique (Armand Colin, 2007), et ils sont tous à peu près présents dans Cinquante nuances de Grey. Le dispositif énonciatif par exemple, qui doit assurer une forte subjectivité de manière à permettre l'identification du lecteur, est présent : à la narration en première personne par l'héroïne Anastasia, s'ajoutent des passages de monologue intérieur en italique, souvent très marqué par l'émotion ou l'excitation du personnage (du type : "Putainil va m'embrasser" - "Ben merde alors" - "Ça alors. Il tient vraiment à le savoir" - "Oh la vache ! je ne peux plus bouger les bras !").

Mais ces énoncés sont tellement stéréotypés qu'on a du mal à les rapporter à un personnage incarné : on a plutôt l'impression de lire des formules standardisées. C'est ce que j'entends par "à peu près", et cet "à peu près" fait la différence, non pas entre un texte pornographique et une love story ou autre chose, mais entre un texte réussi et un texte qui a un peu manqué sa cible, ce qui est le cas de Cinquante nuances : en effet, le texte est souvent, comme l'ont déjà largement relevé plusieurs critiques, naïf et stéréotypé, d'une assez grande pauvreté langagière (comme le montrent les exemples en italique, l'expression d'Anastasia relève presque d'un code restreint, et elle a été qualifiée de "pire narratrice au monde") ; les personnages n'ont ni histoire, ni épaisseur psychologique, ni contexte, ils sont réduits à leur relation ; les scènes de sexe sont formatées, et décrites dans une syntaxe répétitive et un vocabulaire courant sans invention particulière (pénétrer, pistonner et défoncer sont les trois verbes qui reviennent constamment). Il existe déjà des florilèges de citations ridicules et je ne vais pas ajouter le mien, mais j'ai été amusée par un leitmotiv du roman : les "cheveux rebelles" de Christian Grey, qui fascinent et émoustillent fortement la jeune femme. Avant le début de la relation, p. 47, la narratrice trouve la chevelure de Christian Grey extrêmement "sexy" : "Ses cheveux rebelles sont encore humides". À la page 145, on peut lire cette extraordinaire notation : "Le brushing post-coïtal lui va bien, à lui, tout comme la barbe d'un jour". Vers le milieu du roman, p. 263, alors que la relation est bien engagée, formulation et effet sont les mêmes : "Il est sexy, avec ses boucles foncé en bataille".

Alors, d'où vient ce gigantesque succès (40 millions d'exemplaires vendus dans le monde au 1er novembre 2012) ? Les lectrices "mommies" sont-elles vraiment des femmes frustrées avides de nouveautés poivrées ?

Cravates, cravaches et kindles

L'univers de Twilight. Au départ, E.L. James écrit son histoire sur le site de fanfiction de Twilight, sous le titre Master of the Universe, ce qui vaut au roman le nom de "Twilight porno". Le principe de la fanfiction est l'écriture par un fan d'une version personnelle ou parodique de sa série ou saga préférée. Puis, elle transfère ce texte sur son blog pour en faire un récit autonome et le manuscrit est ensuite publié par Vintage Books. Au commencement, il y a donc une saga à succès, tant en littérature qu'au cinéma : on peut penser qu'une trame narrative efficace est présente dans les prédiscours des lecteurs, et que Cinquante nuances de Grey en permet la réactivation. L'effet de reconnaissance d'un univers et de cadres familiers, si important dans la lecture, fonctionne bien.

Il est d'ailleurs intéressant de regarder les très nombreuses parodies qui existent déjà de Fifty Shades, déjà rassemblées en anthologie, et qui confirment que le roman est véritablement un produit de la récriture. On pourrait dire d'ailleurs que l'écriture de cette saga n'est, fondamentalement, qu'une récriture. Il s'agit souvent de vidéos, qui sont de deux types : soit le roman lui-même est parodié, et les films mettent en scène de respectables mères de famille surprises le livre à la main dans des situations de masturbation toutes plus loufoques les unes que les autres ; soit le schéma Fifty Shades est transposé dans d'autres univers : Fifty Shades of Grey Karaoke, Fifty Shades of Greyhound, Fifty Shades of Chicken (parodie culinaire particulièrement succulente). Et plusieurs comptes Twitter parodiques ont été ouverts qui produisent des répliques dignes de la narratrice Anastasia.

L'ingrédient BDSM. Dans son ouvrage La littérature pornographique, Dominique Maigueneau distingue trois catégories : la pornographie "canonique" (hétérosexuelle classique), la pornographie “tolérée“, qui n’est pas non plus illicite mais qui montre des pratiques jugées “anormales”, et qui est structurée par des “réseaux, des tribus, des communautés que leur marginalité soude” (p. 35) et la pornographie "interdite" qui peut mettre en scène par exemple des relations zoophiles, des viols, etc. Dans le livre de E.L. James, des pratiques sexuelles jugées anormales et sulfureuses par les dispositifs normatifs actuels, relevant donc de la catégorie "tolérée", se trouvent décrites et explicitées dans un format grand public, et acquièrent de ce fait une certaine "normalité". Cette sortie du bois du BDSM, ou plus exactement de l'imaginaire BDSM de l'auteure (tel qu'il apparaît ici sur son blog) est sans doute une des grandes raisons du succès du roman : à la curiosité envers des pratiques en général dissimulées et confidentielles, s'ajoute pour les lecteurs l'intérêt de cette normalisation, qui peut autoriser leur propre pratique d'une sexualité "épicée" (en fait de BDSM, il faut quand même préciser que Cinquante nuances de Grey est plutôt soft, ne dépassant guère les cravates et cravaches). Ces deux éléments constituent de puissants moteurs de lecture.

Le support électronique. Si l'on admet que le texte lu ne doit pas seulement son succès ou son échec à son contenu, mais que la technologie de lecture fait intrinsèquement partie de l'acte de lecture, alors il faut prendre en compte le support électronique. La diffusion des liseuses a augmenté le succès de Cinquante nuances, comme de la littérature érotique/pornographique en général. Au nombre des objets de plaisir que la saga met en valeur, il y a donc aussi le kindle.

L'excitation sexuelle. Dans sa chronique du roman sur Le Nouvel observateur-Le plus, Gaëlle-Marie Zimmermann (@LaPesteestime que Cinquante nuances de Grey est un "excellent mauvais roman porno",  mal écrit, mal construit, avec des personnages inintéressants et une intrigue maigrelette, mais qui remplit bien la fonction de base de la pornographie : exciter le lecteur. "Fifty Shades m'a tout simplement fait bander, écrit-elle, et c'est délicieux. Ai-je honte d'avoir dévoré ce roman inepte ? Absolument pas, n'en déplaise aux journalistes qui prennent de haut les femmes que ce genre de prose excite". La saga "pour mamans" appartiendrait donc bien aux "livres qui ne se lisent que d'une main", selon le titre désormais classique de l'ouvrage de Jean-Marie Goulemot et mettrait bien le lecteur/la lectrice dans un “état de tension et de manque, dont il lui faudra se libérer par un recours extralittéraire” (1994 : 127).

Références

Goulemot J.-M. 1994, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Paris, Minerve.
Maingueneau D., 2007, La littérature pornographique, Paris, Armand Colin.
Pauvert J.-J., 1980, Anthologie des lectures érotiques. De Félix Gouin à Emmanuelle, Paris, Éditions Ramsay-Jean-Jacques Pauvert.
Paveau M.-A., 20 août 2011, "Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire. La littérature pornographique", La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/6640, consulté le 10 novembre 2012.

Crédits :
1. Couvertures française, américaine et anglaise, portugaise et brésilienne, et italienne du tome 1 de la saga.
2. Illustration extraite du Tumblr Some ecards.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Lectures subjectives, Théorie du discours

7 commentaires pour “ Les cheveux rebelles de Christian Grey. Cinquante nuances de mom porn ”

  1. [...] établir cette définition, je suis redevable du site urban dictionnary  et du site la pensée du discours dont je vous recommande chaudement l’article passionnant sur le [...]

  2. [...] Les genres et les catégories sont des objets centraux pour l’analyse du discours. La publicité importante qui a accompagné la parution de Fifty Shades of Grey en français début octobre, sous le titre Cinquante nuances de Grey, a mis l’accent sur un sous-genre particulier : le mom porn ou mommy porn. Une désignation intéressante car elle définit le genre à partir d’un lectorat, à moins qu’il ne s’agisse de son auteure, dont on souligne souvent le statut de mère de famille traditionnelle. Mais à quoi correspond exactement cette appellation ? et ce mom porn est-il plutôt du porn, ou plutôt du mom ?  [...]

  3. François Perea le 12/11/2012 à 09:58

    Chère Marie-Anne,
    On attendait une réaction devant l'occupation de l'agenda médiatique par ce bouquin. Merci pour ton analyse à laquelle je souscris totalement.
    J'ouvre cependant une discussion : ne peut-on pas faire une distinction érotisme / pornographie, qui ne soit pas morale (l'un bon l'autre mauvais), qui serait certes arbitraire, mouvante, mais pratique sur le plan de la technique narrative : il semble que Maingueneau évoque des "pseudo-récits", et il est vrai que le développement narratif n'est pas le fort du porno, qui se concentre sur d'autres aspects (là l'intérêt : il y des pôles différenciés dans le continuum de l'interpellation médiatique). Cela me semble aller aussi dans ton sens (encore une fois si la distinction n'est pas morale) et permettre d'entendre le commentaire de Gaëlle-Marie Zimmermann.
    Merci encore, je suis entièrement d'accord avec Michèle Debrenne : tes posts sont revigorants.

  4. [...] Carnet de recherche "La pensée du discours"   Les genres et les catégories sont des objets centraux pour l’analyse du discours. La publicité importante qui a accompagné la parution de Fifty Shades of Grey en français début octobre, sous le titre Cinquante nuances de Grey, a mis l’accent sur un sous-genre particulier : le mom porn ou mommy porn. Une désignation intéressante car elle définit le genre à partir d’un lectorat, à moins qu’il ne s’agisse de son auteure, dont on souligne souvent le statut de mère de famille traditionnelle. Mais à quoi correspond exactement cette appellation ? et ce mom porn est-il plutôt du porn, ou plutôt du mom ?  [...]

  5. Michèle Debrenne le 11/11/2012 à 11:26

    Chère Marie-Anne
    Merci pour cette analyse à laquelle je souscris entièrement. Récente abonnée de ce blog je n'en avais pas lu toutes les pages et j'ai profité de ce message pour lire la série "Signes, sexe and linguistique" - j'ai passé un excellent dimanche! Dommage qu'à aucun moment vous n'y parliez de cet étrange objet que sont les "blasons".
    Tout ceci m'a réconciliée avec la recherche, un peu au point mort de mon côté actuellement. La thématique revigorante m'a également réjouie, moi qui opère dans un pays, la Russie, où les linguistes sont restés foncièrement "bien-pensant" (les "50 nuances" y ayant été, par ailleurs, traduites encore plus vite qu'en français). Merci et au plaisir de vous lire!

    • Marie-Anne Paveau le 11/11/2012 à 13:40

      merci michèle de votre très sympathique commentaire, je suis très fière d'être lue en sibérie ! je n'ai pas compris votre mention des blasons, à part la forme poétique je ne vois pas de quoi il s'agit : vous pouvez m'éclairer svp ?
      j'ai eu des contacts avec la linguistique russe par une cotutelle avec iekaterinbourg il y a quelques années et effectivement je me suis rendu compte des aspects normatifs d'une pratique linguistique encore bien philologique - il faudrait favoriser des dialogues et de collaborations, mais évidemment, la barrière de la langue est compacte ! merci encore et à bientôt

      • Michele le 13/11/2012 à 08:06

        Bonjour Marie-Anne, nous avions correspondu il y a quelques années au sujet de la linguistique naïve, je continue à travailler dans ce domaine ou plutôt à servir d'intermédiaire: j'écris des revues des publications françaises pour mes collègues russes et vice-versa!
        Dommage que les commentaires aux autres artciles soient fermés... En lisant la série sur les prénoms je me suis souvenue avoir connu il y a quelques années un collègue roumain travaillant en France et qui s'appelle Marian... C'était très amusant de voir la tête des gens qui entendaient son prénom pour la première fois!
        Pour les blasons c'est bien à la forme poétique que je pensais, pour rebondir sur l'idée que n'importe quel mot peut désigner un organe sexuel (avec un peu d'imagination), de même que tout mot peut devenir une injure, placé dans l'acte du discours correspondant...

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.