« Ennemis de la Nation ». Des implicites d’un vieux slogan haineux

Sur LCP, le 16 décembre dernier, Frédéric Encel a qualifié Edwy Plenel, Pascal Boniface et Alain Badiou d’ennemis de la Nation ; c’est en tout cas le discours qui a largement circulé dans les médias, au sein d’un petit événement discursif socio-politico-moral. Ce petit événement pourrait n’être qu’un petit buzz dans la grande chambre d’échos de la presse et des réseaux en ligne, mais il apparaît comme un élément de plus dans une doxa qui se construit continûment depuis plusieurs années : l’islam comme menace pour la France.

***

De ennemis de l’intérieur à ennemis de la Nation

Si on écoute/lit bien le verbatim, on se rend compte que cette expression est suggérée par le journaliste Frédéric Haziza qui prononce d’abord la suite ennemis de l’intérieur, la suggérant explicitement à son interlocuteur :

Frédéric Encel : Il faut absolument indiquer que ces gens-là, les islamistes disposent, malheureusement, de soutiens ici, c’est la menace intérieure. C’est ce qu’on appelle les idiots utiles. Et je constate…

Frédéric Haziza : Qui sont ces idiots utiles ?

Frédéric Encel : Malheureusement, une partie de la gauche, qui précisément a abandonné la Nation qui auparavant était de gauche, et qui appartient à tout le monde, gauche droite peu importe. Et que, et qu’ils ont laissée en quelque sorte, ou qu’ils ont rejetée à l’extrême droite, ce qui n’a strictement aucun sens. Et ces idiots utiles, qui vont d’un certain nombre de trotskystes à des tiers-mondistes à des gens extraordinairement proches du Qatar sinon directement financés par [inaudible] et l’Arabie saoudite…

Frédéric Haziza : Alors on va préciser les choses vous pensez à qui ?

Frédéric Encel : Eh bien vous avez, deux…, monsieur Plenel qui se considère lui-même comme un trotskyste et qui ose affirmer que Manuel Valls, c’est pire que Marine Le Pen, et qui a écrit un livre en faveur des musulmans, considérant que aujourd’hui les musulmans sont dans la situation des juifs des années trente, ce qui relève d’un véritable scandale [plan sur Yves Lacoste qui acquiesce], au soutien Khmer rouge Alain Badiou, au repris de justice Pascal Boniface, et toute une série de gens de ce type-là. Je trouve que c’est extraordinairement dangereux. Ces soutiens-là, aux islamistes, en tout cas des gens qui sont complaisants vis-à-vis des islamistes plus ou moins radicaux.

Frédéric Haziza : Alors vous dites ces gens-là sont des ennemis de l’intérieur ?

Frédéric Encel : Ce sont des ennemis de la Nation, ça c’est une certitude.

Frédéric Haziza : Tous ces gens-là, tous les gens que vous venez de citer, là…

Frédéric Encel : Absolument. Encore une fois, je suis de ceux qui considèrent et qui prônent une nation ouverte, une nation généreuse, une nation qui a permis d’intégrer, je le répète, des millions de gens, qui en a fait de véritables citoyens, et une nation républicaine. Ma nation n’est pas organique, elle n’est pas racialiste, elle n’est pas religieuse, c’est avant tout une idée, un sentiment collectif, intégrateur et non pas excluant.

Frédéric Haziza est un journaliste qui a été pris plusieurs fois dans sa carrière dans des polémiques  sur l’éthique journalistique, engageant notamment Pascal Boniface, et il faudrait donc tenir compte de ce contexte, qui constitue une mémoire discursive à l’œuvre dans ce petit extrait (voir exemple ici, et sur la page Wikipédia du journaliste). Je ne le ferai pas faute de place dans ce bref billet consacré aux modalités discursives  d’apparition de l’expression ennemis de la Nation.

Le journaliste fait dire, au sens propre du terme, dans un explicite phénomène d’énonciation ventriloque (« alors vous dites »), l’expression ennemis de l’intérieur à Frédéric Encel, qui ne la conteste, ni ne la commente car lui-même vient de mentionner celle de « menace intérieure », qui peut être considérée comme l’appui associatif d’ennemis de l’intérieur. Il la reprend partiellement, dans une sorte d’anaphore, en la reformulant en ennemis de la Nation, ce qui est une expression ni tout à fait pareille ni tout à fait une autre. Et il y ajoute un renforcement de l’ordre de la croyance justifiée, donc d’une certaine vérité : « ça c’est une certitude ». On a donc une sorte de circuit en marabout de ficelle (si l’on peut dire…) : menace intérieure => ennemis de l’intérieur => ennemis de la Nation

3046693314_fde03e224c_z

Un « désignant de contraste ? » Menace sur l’identité collective

Ennemi de la nation est une expression chargée d’une longue mémoire discursive que ne peut ignorer Frédéric Encel, universitaire à priori lettré, enseignant par définition cultivé, expert médiatique reconnu comme le montrent ses nombreuses interventions dans la presse écrite et audiovisuelle. Frédéric Encel est en effet selon sa page Wikipédia « un essayiste et géopolitologue français. Il est professeur de relations internationales à la PSB Paris School of Business, habilité à diriger des recherches (HDR) et maître de conférences à Sciences Po Paris. Directeur de séminaire à l’Institut français de géopolitique, il est également intervenant à l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) ».

Ennemi de la Nation s’inscrit dans une lignée discursive qui court depuis la Révolution française et le fameux texte de Robespierre « Sur les ennemis de la nation« , écrit deux mois avant sa mort. L’expression désigne ses ennemis à l’intérieur de la Convention, dantonistes notamment, qui finiront par le faire guillotiner, comme les « tyrans » contre-révolutionnaires. L’expression assure plus largement la désignation de groupes qui, à travers l’histoire, sont considérés comme des menaces pour la cohésion de l’entité « Nation », dans un contexte d’extrême violence politique voire de guerre civile. Dans les lettres qu’il écrit au CSA, puis à l’Assemblée nationale (la chaîne parlementaire ne relevant pas de la compétence du CSA ; on peut lire les deux ici), Edwy Plenel retrace très bien la sombre généalogie de cette expression :

Vous n’êtes pas sans savoir que ces formules – « ennemi de la nation », « ennemi de l’intérieur » – ont toujours été le refrain des forces les plus obscures de notre histoire nationale, lors de toutes les grandes crises morales qui ont ébranlé la République, que ce soit pendant l’affaire Dreyfus, l’entre-deux guerres ou la guerre d’Algérie.

Ce fut notamment le langage tenu par l’Action Française et son chef, Charles Maurras, et, plus généralement, par l’extrême droite xénophobe et raciste, à l’adresse de diverses personnalités politiques, parlementaires et ministres.

On trouve aussi les expressions quasi-synonymes ennemi de la France, ennemi du Peuple. Le paradigme [Ennemi + X] pour désigner ceux qui menacent l’État tant de l’intérieur que de l’extérieur est donc assez large, et bien installé dans le discours politique.

Dans un article sur le fonctionnement du terme ennemi dans L’Ami du Peuple, journal de Marat, Agnès Steuckardt explique que ces termes en [ennemi + X] sont des « désignants de contraste », c’est-à-dire des mots qui contribuent à construire une identité collective, à un moment où le mot révolutionnaires n’existe pas encore. Toutes proportions gardées, on peut se dire que l’emploi contemporain de ce type d’expression par des locuteurs qui en principe savent ce que parler veut dire signale une inquiétude de l’ordre de l’identité : Pascal Boniface, Edwy Plenel et Alain Badiou, présentés comme soutiens des musulmans/islamistes (je reviens plus loin sur cette assimilation) apparaissent comme ces « factions » et ces « traîtres » (termes de Robespierre) qui pourraient briser une identité nationale idéale et désirée, explicitement et lyriquement décrite par Frédéric Encel lui-même à la fin de l’extrait.

l_ami_du_peuple-2

Les marqueurs de l’évidence

Mais ce qui me semble le plus intéressant dans ces emplois, et c’est sans doute la raison de ce billet plus que l’expression elle-même, ce sont tous les marqueurs de doxa qui font de ce discours un énoncé normal, c’est-à-dire évident, incontesté, présenté comme une vérité préalable :

– dans les segments « c’est la menace intérieure », « ce sont des ennemis de la Nation », « c’est avant tout une idée », la tournure [c’est + X] sert à la définition ou au constat général ;

– la tournure « c’est ce qu’on appelle » contient l’autorité de la loi lexicographique : le on indéfini incarne la loi de la langue et l’utilisateur de cette expression signale, dans une boucle métadiscursive, qu’il connaît et maîtrise cette loi ; ce segment de métadiscours porte sur une des scies lexicales de des débats sur l’islam actuellement, l’expression idiots utiles, porteuse d’un jugement de valeur parfaitement subjectif mais convertie en élément de langage objectif (au point de figurer dans le titre d’un récent colloque) ;

– le glissement du mot islamistes à musulmans et retour à islamistes sans commentaire ni indice particulier, construit une équivalence banalisée, naturalisée, présentée comme évidente ;

– enfin la caractérisation des noms sur leur gauche établit des catégorisations présentées comme existantes et reconnues : dire « le soutien Khmer rouge Alain Badiou » ou « le repris de justice Pascal Boniface », c’est employer des formes analogues à « la professeure Unetelle » ou « la ministre Unetelle ». Soutien Khmer rouge et repris de justice deviennent alors des états permanents, voire des traits structurants.

On aura reconnu tous les marqueurs de l’idéologie qu’Althusser, bon candidat sans doute au rôle d’ennemi de l’intérieur, de la Nation, de la France et sans doute aussi du Peuple, avait si bien souligné grâce à la notion d’interpellation. On sait que, dans le cadre du « matérialisme de l’imaginaire », il définit l’idéologie comme le rapport imaginaire aux conditions d’existence, rapport inscrit dans la matérialité des appareils notamment (l’idéologie n’est pas, pour Althusser, un faux reflet ou une illusion, mais bien une matérialité). Dans cette attaque dénonciative, l’imaginaire bat son plein en effet : la « Nation » serait menacée et la cohésion nationale mise en péril, au sein d’un scénario de guerre civile et/ou de révolution formulé dans les termes de la réalité factuelle.

Et, évidemment, ça marche, c’est bien le problème : ça marche auprès d’Yves Lacoste qui soutient cette sortie d’un hochement de tête chargé de son autorité de grand géographe, et ça marche auprès de la chaîne qui fait de cette punchline un efficace outil de communication, comme le montre ce tweet qui a beaucoup tourné :

Dans son courrier au CSA, Edwy Plenel  insiste sur la qualité d’universitaire de Pascal Boniface et d’Alain Badiou, et c’est aussi ce qui me frappe. On sait que la violence intellectuelle peut prendre des tours extrêmes, comme l’a si bien montré le collectif dirigé en 2009 par Vincent Azoulay et Patrick Boucheron, Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’antiquité à nos jours. Mais il me semble que cette attaque, sur une chaîne parlementaire qui n’est pas une arène habituelle de violence médiatique, marque l’entrée dans un autre ordre de violence du discours. Cet appel décomplexé à la haine de la part d’un universitaire (et quand même, cette personne enseigne à Sciences Po, on peut difficilement l’ignorer) contre d’autres universitaires m’effraie parce qu’il ne connaît aucun contrepoids, et parce qu’il s’appuie sur ce qui est en train de devenir une solide doxa : la naturalisation de l’assimilation entre musulmans et islamistes, déjà effectuée cet été lors des débats sur le burkini, prolongée à longueur de titres médiatiques et de reportages qui stigmatisent les musulmans, réitérée par la dénonciation répétitive des manifestations de l’antiracisme politique.

Si être un ennemi de la Nation, c’est écrire un livre « en faveur » des musulmans, lutter contre leur stigmatisation continuelle, dénoncer le racisme d’état et les exclusions de l’antiracisme moral, alors nous devons être quelques-un.e.s à en être aussi. « Nous sommes tous des ennemis de la nation », un nouveau mot d’ordre contre la naturalisation de l’islamophobie ?

Références

  • Althusser l., 1974, Éléments d’autocritique, Paris, Hachette.
  • Azoulay Vincent, Boucheron Patrick, 2009 (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’antiquité à nos jours, Paris, Champ Vallon.
  • Steuckardt Agnès, 2002, « Les ennemis selon L’Ami du peuple, ou la catégorisation identitaire par contraste », Mots. Les langages du politique, 69, URL : http://mots.revues.org/10023 ; DOI : 10.4000/mots.10023

    Crédit : sophie & cie, ENNEMI, 2008, Flickr, CC

    Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 29/12/2016, "« Ennemis de la Nation ». Des implicites d’un vieux slogan haineux," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/1087, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...