Discours de place 4. Itinéraires

31 octobre 2012
Par

Pour les deux F

Les lignées de Vincennes

Les noms des places ne sont pas forcément à leur place dans la géographie de la réalité. Le nom de l'université de Paris 8, qui est encore officiellement Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis, réveille cette réflexion à chaque fois que je le vois passer dans une information ou une annonce de publication ; car une revue a gardé ce nom, Recherches Linguistiques de Vincennes, comme les presses qui l'éditent, les "Presses Universitaires de Vincennes". Je sais bien sûr d'où vient ce déplacement toponymique, et je connais assez bien, par mes travaux et mes collègues, cette histoire-là. Mais je reste frappée par ce maintien, plus de trente ans après la destruction de la place en question, la place de Vincennes, et son déplacement à Saint-Denis. Je me suis souvent demandé, durant mes courses au bois de Vincennes, où était cette université "de Vincennes". On m'en a un jour vaguement indiqué l'emplacement, et mes yeux traînent parfois sur le sol à la recherche de vestiges illusoires ; illusoires, car la destruction en a été radicale : il n'en est absolument rien resté et la perfection de cette éradication constitue aussi, d'une certaine manière, un discours de place. J'ai fini par me renseigner plus précisément, et je sais maintenant que le Centre expérimental de Vincennes était route de la Tourelle, juste derrière la caserne Carnot, sur (sous ?) l'emplacement de l'actuel club d'équitation de l'UCPA, autrement dit sur l'un de mes itinéraires habituels ; je cours donc juste à côté de la place de Vincennes deux ou trois fois par semaine. Et les ados que je vois se diriger vers le club, en bottes et bombe et veste d'équitation, mettent sans le savoir leurs pas dans ceux de leurs anciens, les étudiants de 1969.

Cette place détruite a gardé son nom, et ce nom, qui n'est plus vraiment un toponyme, est désormais un nom de mémoire. Un nom de mémoire, c'est un lieu sémantique où s'accumulent au fur et à mesure des usages des strates de mémoire ; ces sédiments mémoriels sont des prédiscours qui s'activent à l'énonciation du nom, selon ses contextes d'emploi. J'ai plusieurs fois parlé des noms de mémoire sur ce carnet, parce que la notion de mémoire discursive est centrale dans mes travaux, héritée de Courtine, Lecomte puis Moirand. Les "lignées discursives" que j'ai élaborées dans Les prédiscours en retravaillant la notion à l'aide des outils de la cognition distribuée, formulent des phénomènes comme celui de Vincennes : si le nom de Vincennes n'active que le sens de "ville" ou de "bois" dans certains contextes, dans d'autres, c'est la forme sémantique d'une université expérimentale disparue qui émerge. Vincennes est un curieux cas de mémoire lexicale et sémantique, mais également de résistance à la démémoire : je dois à Régine Robin cette notion de démémoire, à partir de laquelle j'ai proposé celle de démémoire discursive. La démémoire, c'est un ensemble de procédures, portant souvent sur les noms propres, qui a pour objectif ou pour effet de faire disparaître l'une de ces couches prédiscursives, justement. Dans le cas de Vincennes, cette inscription, presque une incrustation du nom dans tous les noms officiels qui nomment Paris 8 et ses publications, semble maintenir dans les sédiments mémoriels, non seulement un segment d'histoire, mais également son lieu, même oublié, même recouvert par les arbres, même reconstruit d'autres bâtiments. Les énoncés qui contiennent "Vincennes - Saint-Denis" ou "Université de Vincennes à Saint-Denis" font donc travailler, grâce à ce puissant levier sémantique, Vincennes, une mémoire discursive contre une démémoire discursive qui déplacerait et débaptiserait sans inscrire dans le passé vivant. Vincennes, nom de mémoire dans un discours de place.

Les trajets de Berlin

Dans Berlin Chantiers, il y a ce passage (merci aux deux F pour leur rappel) où Régine Robin raconte comment, après la réunification, les Berlinois conservèrent pendant quelque temps leurs trajets d'avant la chute du mur. Autre phénomène de résistance à la démémoire, brutalement accomplie à Berlin, à coups de débaptêmes-rebaptêmes de rues et de reconstructions radicales, nous dit l'auteure. Les trajets anciens conservés dans la nouvelle Berlin sont de muets discours de place qui disent l'importance des lieux sous nos pieds, le bouleversement des déplacements et les enjeux des (r)emplacements :

Référence : Robin R., 2001, Berlin chantiers. Essai sur les passés fragiles, Paris, Stock (extrait cité p. 140-141)

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 12 octobre 2012, "Discours de place 4. Itinéraires", La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet : Discours de place 5. Plaintes


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 09. Automne 2012. Discours de place, Lectures subjectives, Paroles pensantes, Promenades sémiotiques

Les commentaires sont fermés.

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche