Discours de place 5. Plaintes

17 novembre 2012
Par

Nous avons tous autour de nous des plaintifs, qui occupent une part de leur discours à la plainte. Nous sommes tous, peu ou prou, plus ou moins, à certains moments de notre vie, ces locuteurs plaintifs, qui tiennent mordicus à la place que leur donne la plainte : la place de l'autre, la place de l'être reconnu par sa souffrance, son malaise, la place de la victime, en un mot. C'est une des meilleures places au monde, celle qui nous garantit d'être toujours au centre, d'être toujours considéré et soigné et surtout de maintenir cette autre catégorie nécessaire au dispositif de la plainte : le bourreau, ou le persécuteur.

Pratiques du thrène

Pour se plaindre, il faut parler. Et la plainte est un genre de discours dans lequel nous excellons, car nous avons une vieille tradition sur laquelle nous appuyer. Le thrène ou lamentation est un genre littéraire antique, dont les récitants occupent de véritables places sociales, aèdes, poètes, vocératrices. Les Lamentations de Jérémie et l'Iliade sont les modèles du genre de la plainte, qui dessinent, dans l'ordre du discours, la place de la plainte pour les siècles ultérieurs : "Car mes soupirs sont nombreux, et mon cœur est souffrant" (fin du chapitre 1). Le Livre des Lamentations de l'Ancien Testament est une longue déploration de la destruction de Jérusalem qui a inspiré des mises en musique célèbres, dont celle de Tallis :

Dans l'Iliade, ce sont les morts de Patrocle et d'Hector qui sont les objets des thrènes décrits par le texte de l'épopée :

Ils ramenèrent le héros dans sa noble demeure
Et le placèrent sur un lit sculpté. À ses côtés
Vinrent se mettre des chanteurs de thrènes, qui poussèrent
Leurs chants plaintifs, ponctués par les longs sanglots des femmes1. » (Chant 24, mort d'Hector). 

Mais le thrène et son interprétation musicale survivent à l'époque moderne puisqu'un Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima est composé en 1960 :

Et les formats de discours contemporains, ceux qu'offrent le web par exemple, sont également mobilisés par l'expression de la plainte : sur Twitter, on trouve des comptes particulièrement "plaintifs", la forme brève autorisant une plainte brève, poétique ou poétisante, sûre de trouver son écho parmi les centaines ou milliers d'abonnés, et donc au moins un retour consolant. Le plaintif ne sait pas, ne veut pas savoir, que "notre besoin de consolation est impossible à rassasier", et l'ignorer est même la condition du maintien de sa place. Il est vrai que celui qui l'a su, et l'a écrit, en est mort. Renoncer à la plainte est dangereux.

Voici donc un discours qui tient une place continue dans l'expression poétique et musicale depuis l'Antiquité, place si importante qu'elle fait l'objet d'une réflexion juridique : dans Les Lois, Platon propose de légiférer sur les chants funèbres, comme le montre cet intéressant article de David Bouvier. Mais quelle est donc exactement la nature de cette place qu'occupe le plaintif plaignant, l'aède de la plainte, le récitant du thrène, le twittos lamentateur  ?

"Le vide de l'intérêt pour soi"

Dans La fin de la plainte, François Roustang livre une analyse particulièrement précise de la plainte, dans le contexte analytique, en la reliant au narcissisme et à la nostalgie (p. 28) :

La plainte est articulée à l'enfance perdue, paradis précieusement entretenu qui nous évite de franchir les étapes vers l'adulte et de recontrer l'altérité sous une autre forme que celle du soin ou de la persécution. La plainte maintient l'insatisfaction, qui elle-même maintient la plainte, et ce cycle nourrit le plaintif (p. 12) :

Dépression, le mot est lâché. Pontalis avait magnifiquement défini la dépression comme le refus du deuil, et cette approche s'accorde bien avec celle de la plainte selon François Roustang. Mais si, enfin, le plaintif dépressif décidait de sortir de la plainte, et, enfin, de considérer l'autre autrement que comme un médecin ou un persécuteur (figures qui sont d'ailleurs parfois associées dans la même personne, mais c'est une autre histoire), comment devrait-il s'y prendre ? "En ne supportant plus que la plainte excède la peine", écrit François Roustang, de manière à "inventer une place" (p. 13) :

"En exigeant du dire l'exactitude la plus fine" : exigence du discours, et du sujet de ce discours, sujet d'une parole destinée, si elle doit devenir vivante, à affronter le silence de l'invention de soi.

Références

Bouvier D., 2008, « Peut-on légiférer sur les émotions ? Platon et l’interdiction des chants funèbres », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 2 |  2008, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 18 novembre 2012. URL : http://rhr.revues.org/6093
Dagerman S., 1993 [1953], Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, trad. du suédois P. Bouquet, Arles, Actes Sud.
Penderecki K., 1960, Tren ofiarom Hiroszimy [Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima], Orquesta Sinfónica de la radio nacional polaca, http://www.youtube.com/watch?v=akpE6UgROrU
Roustang F., 2000, La fin de la plainte, Paris, Odile Jacob
Tallis T., Lamentations of Jeremiah I - Lamentations de Jérémie I - Thomas Tallis par le Choeur de May (Suisse), direction Nicolas Wyssmueller Enregistré lors du concert du Vendredi Saint, le 10 avril 2009, à Gruyères (Fribourg, Suisse). Vidéo : A. Champoux et I. Germain, http://www.youtube.com/watch?v=da43Ap7xutI

Crédit : "Tristesses", M.-A. Paveau, 2011

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 12 octobre 2012, "Discours de place 5. Plaintes", La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…



Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 09. Automne 2012. Discours de place, Théorie du discours, Psychanalyse du discours

2 commentaires pour “ Discours de place 5. Plaintes ”

  1. Romane (on twitter) le 19/11/2012 à 21:53

    Bonjour, j'ai associé cet air de Bashung http://www.youtube.com/watch?v=No0Uynp9vOI&feature=related à votre texte Discours de place-5. Plaintes http://penseedudiscours.hypotheses.org/... Sans doute l'idée qu'en grandissant, on apprend à investir d'autres autruis significatifs comme disait Mead (je crois), hors attente des figures du soin ou de la persécution (comme vous le dîtes). Superbe série de textes une fois de plus, merci de la publier!

    • Marie-Anne Paveau le 19/11/2012 à 22:42

      merci romane ! c'est une vraie augmentation de mon billet qui devient de fait un cyberbillet ou un postbillet ! vive le partage collaboratif et l'écriture collective ! inverstir d'autres autruis significatifs, oui, c'est exactement ça

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.