Discours de place 3. Impostures

20 octobre 2012
Par

L’imposture, c’est profondément une affaire de place, la sienne propre. Dans les cultures à identités inscrites et à placement social fixe (pour aller vite, ce que l’on appelle “le monde occidental”), le sémantisme du mot imposture est lesté de négatif : prendre la place d’un autre, qu’il s’agisse de son identité ou de son rôle social, et que cet autre existe réellement ou ne soit que le fantasme de soi-même, n’est pas acceptable, socialement ni moralement. Si ça l’est, d’autres mots sont alors disponibles : échange, déguisement, substitution. Le droit enregistre le phénomène et le délit dans son vocabulaire : usurpation. Dans les cultures sans papiers ou avec moins de papiers, sans places fixes ou moins fixes, la chose est un peu différente : si l’identité est moins fixée, sa saisie est plus fluide. Mais cette fluidité n’empêchera sans doute pas que se pose la question de l’imposture intérieure. Ce que j’appelle l’imposture intérieure, c’est ce que Pauline Clance a appelé le syndrome de l’imposteur (vous pouvez faire un test ici) : l’imposture comme sentiment, comme rapport à soi, qui n’engage rien de concret ou d’actif dans la réalité, pas de faux papiers, pas de masques ni teintures, postiches ou déguisements, bien que cet attirail objectif puisse accompagner le sentiment subjectif. Il existe en effet au moins deux impostures, une extérieure, “réelle”, et une intérieure, “imaginaire”, les deux étant liées bien sûr, mais cependant différentes.

“Une certaine terreur”

L’histoire est pleine de ces impostures réelles qui, une fois révélées, fascinent et horrifient en même temps. Les grands imposteurs sont souvent mis en fiction, littéraire ou cinématographique, et viennent enrichir l’imaginaire des places et des identités : Romain Gary, Jean-Claude Roman, Stéphane Bourdin. Dans le cas de Yasmina Khadra, on a une mise en littérature par l’auteur lui-même, qui fait le récit de sa propre imposture. L’imposture est par ailleurs un grand thème littéraire : du Tartuffe de Molière, à Thomas l’imposteur de Cocteau, en passant par L’imposture de Bernanos et le Héros très discret de J.-F. Deniau, on ne compte plus les récits de ce déplacement de l’identité, du rôle et parfois de l’être. Mais que se passe-t-il d’aussi grave et fascinant dans ce phénomène d’imposture pour qu’elle ait tant de succès ?

La psychanalyste Andrée Bauduin propose plusieurs pistes autour d’une faille d’identification. L’imposteur ne sait pas être soi, souvent empêché par des premières figures qui ne lui ont pas ménagé d’espace où se construire une place, une place à soi. Elle relève un trait intéressant autour d’une impossibilité à connaître, “l’anti-connaissance”. L’imposteur occupant la place de l’autre, ou d’un autre, il n’entre pas dans l’altérité qui est le fondement de la connaissance : le désir épistémophilique est en effet un appel vers l’autre, vers l’inconnu, l’étranger. En ce sens, la place de l’imposture est un peu celle de l’ignorance, ce que W. R. Bion appelle la “connaissance négative”. Voici un extrait de l’ouvrage d’Andrée Bauduin, Psychanalyse de l’imposture, à la fin de son analyse de “L’imposture Gary-Ajar” (p. 84-85). Elle y cite en particulier une intéressante remarque d’Oscar Wilde pointant la terreur dans laquelle baigne l’imposteur, terreur de l’impossible vérité, et donc de soi-même, qui l’amène parfois au suicide :

“Je suis devenu blanc”

Comme le montre bien le texte précédent, l’imposture comme réalisation et l’imposture comme sentiment sont profondément appariées, notamment parce qu’elles constituent des discours de place, qu’ils soient verbaux ou non. Un roman de Boris Vian, paru d’ailleurs en 1947 sous le nom de Vernon O’Sullivan, Les morts ont tous la même peau, met en scène de manière particulièremet fine et complexe cette inséparabilité de l’imposture réelle et imaginiare. Dan est noir et se fait passer pour blanc : quoi de plus “réel” que cette imposture apparemment biologique. Mais à la fin du roman, l’être-blanc et l’être-noir n’ont plus rien de naturalisé, mais sont constitués en objets de fantasme. Dan apprend qu’il est blanc, qu’il a toujours été blanc et qu’il y a des “papiers” qui le prouvent. Son imposture se révèle alors être une sorte de spirale infernale : acteur de sa propre imposture, il aurait été le jouet d’une autre imposture, celle qui l’aurait fait passer pour noir, le poussant au meurtre. Et, comme pour vérifier l’analyse d’André Bauduin via d’Oscar Wilde, l’imposteur ne trouve finalement sa vraie place que dans la mort. Voici les deux derniers chapitres du livre :

XXX

Je ne pouvais pas bouger. Ce flic est entré et je suis resté derrière mon rideau. Il aurait fait un pas vers moi, j’étais forcé de lui tirer dessus et je n’avais pas envie de lui tirer dessus. Attendre seulement.

Peut-être qu’ils s’en iraient sans me trouver. Sheïla paraissait effrayée. Elle a dû s’accrocher au bras de ce flic, comme elle s’accrochait à mon bras au début. Je voulais la voir. J’aurais donné n’importe quoi pour la voir. Maintenant qu’il était là, qu’elle n’était plus seule, j’aurais osé écarter le rideau, mais c’était un flic et il me cherchait. Ils devaient cerner la maison – ça recommençait. Partout où j’irais, maintenant, ils me cerneraient et me guetteraient comme un chat sauvage sur un arbre.

Je n’écoutais pas ce qu’ils disaient, j’entendais juste des voix, et puis, les mots de ce flic qui me sont entrés dans la tête comme des lames d’acier rougi et il a dit que j’étais blanc. Alors, je n’ai plus rien vu du tout et j’ai su ce que j’avais fait. J’ai eu peur si longtemps, j’ai cru qu’ils me poursuivaient. Je leur ai tapé sur la gueule pendant des années – jusqu’à m’en dégoûter. Je m’étonnais de me trouver bien avec eux, de me sentir pareil à eux. Je me suis souvenu de ce qu’un camarade noir m’avait répondu un jour, à l’école. J’étais fier d’être blanc. Je lui ai dit : « Quel effet ça fait, d’être noir ? » Je sais, il a eu l’air étonné et un peu honteux, et un peu meurtri. Il a failli pleurer et il a dit : « Ça ne fait pas d’effet, Dan, tu le sais bien » et je l’ai frappé, sa lèvre saignait, et il ouvrait ses yeux sans comprendre. J’ai eu tellement peur, au début, quand ils ont commencé à me traiter comme un Blanc. J’avais fait un coup d’audace, aussi, en allant travailler là – et ils ne m’ont rien demandé – et ça s’est fait petit à petit – et je voulais tout de même me venger d’eux – ils ont une odeur, disent les Blancs – et j’étais fier, parce que je n’avais pas d’odeur. Mais on ne sent pas sa propre odeur. Ils m’ont respecté parce que j’étais fort – et j’étais fier d’être fort comme j’étais fier d’être blanc. Mais Richard est venu – j’ai passé mon enfance avec lui – c’était vraiment mon frère – à ce moment, je le croyais – et je l’ai tué. Et je croyais qu’il était mon frère quand je l’ai tué. Sheïla le croyait aussi, sans doute. J’ai eu tant d’orgueil, lorsque j’ai épousé Sheïla, c’était une revanche, et, lorsque je la possédais, c’était une revanche et, petit à petit je suis devenu blanc – il a fallu des années pour que s’efface la marque – et il a suffi que Richard revienne, et j’ai cru de nouveau que j’étais un Noir. Ces deux filles, Ann et Sally, mais je ne serais pas devenu impuissant si je n’avais pas cru que j’avais du sang noir, et il fallait tuer Richard. Et si j’avais prévenu la police, ils auraient retrouvé les papiers, et ils auraient prouvé que j’étais blanc, et Richard serait reparti.

J’ai tué Richard pour rien. Ses os ont craqué sous mes mains. Et j’ai tué la fille d’un seul coup de poing. Et le prêteur sur gages est mort – pour rien aussi – bêtement – il doit être mort brûlé. Et je les ai tués pour rien. Et j’ai perdu Sheïla. Ils cernent l’hôtel.

Il a dit que ça faciliterait les choses. Il y a d’autres moyens de faciliter les choses.

XXXI

Dan parut sortir d’un rêve. D’un geste lent, inexorable, il enjamba le rebord de la fenêtre et se courba pour passer sous le châssis. Il aperçut, en bas, loin sur la chaussée, un groupe compact et, instinctivement, se contracta pour les éviter. Son corps tourna en l’air comme une grenouille maladroite et s’écrasa sur le dur revêtement de la rue.

L’assistant photographe Max Klein eut le temps de prendre la photo de sa carrière avant que la police n’emmène le cadavre. Elle parut dans Life quelques jours plus tard. C’était une excellente photo.

Références

Bauduin A., 2007, Psychanalyse de l’imposture, Paris, PUF.
Bion W.R., 1975, Éléments de psychanalyse, Paris, PUF.
Vian B. (O’Sullivan), 1947, Les morts ont tous la même peau, Paris, Le livre de poche.

Crédits. Série “Goudrons mouillés II“, M.-A. Paveau, 2011, blog photo Saparis Photo.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 12 octobre 2012, “Discours de place 3. Impostures“, La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet : Discours de place 4. Itinéraires


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 09. Automne 2012. Discours de place, Lectures subjectives, Paroles pensantes

3 commentaires pour “ Discours de place 3. Impostures ”

  1. ALiCe__M le 20/10/2012 à 12:55

    Tout d’abord, merci pour ce billet qui touche, comme souvent, aux zones sensibles, à la complexité du monde.
    “L’imposteur ne sait pas être soi” : on constate pourtant cette injonction à “être soi-même” un peu partout, y compris dans une pub pour… l’armée de Terre http://www.docnews.fr/data/classes/actualite/actu_4731_vignette.jpg. C’est vrai, dans le monde occidental,où les places sociales sont bien fixes, l’important est de correspondre à sa place inscrite dans la pierre bien robuste, genre granit. C’est à dire correspondre au cadre imaginé et/ou lu par les autres. D’où, à mon sens, cette injonction permanente à “être soi” (une injonction qui peut paraître étrange, car comment faire autrement que d’être soi?)qui correspond à un besoin de se soustraire à ce regard étiquetant.
    L’imposteur essaie de correspondre à une place de granit déjà creusée pour lui. Le test proposé en début de billet montre bien l’importance de ce regard des autres : chaque question ne parle que de ça, en creux “serai-je à la hauteur de ce regard qui attend tant de moi” ?

    • Marie-Anne Paveau le 21/10/2012 à 18:00

      merci alice de ton commentaire – il me semble que l’injonction à être soi n’est pas incompatible avec l’impossibilité ou la difficulté d’être soi, ou même, selon la formulation d’alain ehrenberg qui nomme ainsi la dépression, “la fatigue d’être soi” – je ne pense pas que l’imposture soit une réponse à cette injonction, il me semble que les deux phénomènes sont d’ordre différent – l’imposteur est dans une situation d’extrême fragilité, et il résout ce problème par ses masques et déguisements, qui le protègent de la vérité d’une identité qui pourrait être difficile voire mortifère pour lui – nous avons tous autour de nous ou nous en sommes nous-mêmes, d’ailleurs, des gens qui jouent constamment un rôle, des “quelqu’un qui” comme la bianca des “premières personnes”, qui passent beaucoup de temps à se définir, à construire des légitimités, des habillages, à produire des discours de place, qui sont tous faux – en ce sens je ne pense pas qu’on puisse ne pas “faire autrement que d’être soi” – je pense même plutôt le contraire, en tout cas c’est ce que me disent mes observations, l’écoute des patients et sans doute mes propres épreuves du “soi”

      • ALiCe__M le 21/10/2012 à 22:00

        Merci pour ta réponse, qui m’a fait réfléchir.
        Quand tu dis que les discours de place “sont tous faux”, je me demande comment démêler le faux du vrai, quand on parle de quelqu’un d’autre que soi.
        Ainsi, la “vérité d’une identité”, qui peut la dire ?
        Quand je dis qu’on ne peut pas faire autrement que d’être soi, je veux dire que pour moi, les masques, pseudos, déguisements, font *aussi* partie de l’identité, et donc qu’on ne peut pas échapper à soi-même, on ne “s’échappe” pas.

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche