Discours de place 2. Genres

12 octobre 2012
Par

Le genre est sans doute l’une des assignations de place les plus violentes. On aimerait croire (je parle à partir du cas français), à une évolution de la situation, à un impact des discours qui soulignent les effets stigmatisants et surtout paralysants des stéréotypes, comme le fameux plafond de verre, à une utilité sociale des travaux qui se multiplient ces dernières années sur la question, aux effets de l’éducation. Mais en matière de genre, la distribution des places semble être inscrite dans un marbre bien dur : violence envers les femmes, inégalités salariales, sexisme médiatique et scolaire, bêtise commerciale, violence des représentations, phallocentrisme scientifique, et, je regrette d’avoir à le dire, pauvreté doctrinaire de la psychanalyse.

Pourtant, nous savons bien, pour le vivre au quotidien, à quel point la place du genre est instable, inquiète, toujours remise en jeu. Masculin féminin, féminin masculin, les deux, ni l’un ni l’autre, autre chose, toujours singulièrement. Deux voix me parlent avec force de la place toujours déplacée et déplaçable du genre : Virginie Despentes, et la robustesse de son désir, qui pulvérise à peu près tout dans King Kong théorie, et en particulier les frontières du genre ; Judith Butler, qui, dans un texte peut-être moins lu que Trouble dans le genre, Ces corps qui comptent (Bodies that Matter), propose une analyse “déplaçante” du genre à travers le nom dans une nouvelle de Willa Cather. Les deux disent à quel point les définitions sociales et culturelles du masculin et du féminin, qui nous enferment dans les armures de la prescription et de la doxa, sont éloignées de nos vies, nos vies qui comptent. Voici des extraits de ces deux textes ; je les laisse se mettre en dialogue.

“Plutôt King Kong que Kate Moss”. Virginie Despentes

“Je préfère ceux qui n’y arrivent pas pour la bonne raison que je n’y arrive pas très bien, moi-même. Et que dans l’ensemble l’humour et l’inventivité se situent plutôt de notre côté. Quand on n’a pas ce qu’il faut pour se la péter, on est souvent plus créatifs. Je suis plutôt King Kong que Kate Moss, comme fille. Je suis ce genre de femme qu’on n’épouse pas, avec qui on ne fait pas d’enfant, je parle de ma place de femme toujours trop tout ce qu’elle est, trop agressive, trop bruyante, trop grosse, trop brutale, trop hirsute, toujours trop virile, me dit-on. Ce sont pourtant mes qualités viriles qui font de moi autre chose qu’un cas social parmi les autres. Tout ce que j’aime de ma vie, tout ce qui m’a sauvée, je le dois à ma virilité. C’est donc ici en tant que femme inapte à attirer l’attention masculine, à satisfaire le désir masculin, et à me satisfaire d’une place à l’ombre que j’écris. C’est d’ici que j’écris, en tant que femme non séduisante, mais ambitieuse, attirée par l’argent que je gagne moi-même, attirée par le pouvoir, de faire et de refuser, attirée par la ville plutôt que par l’intérieur, toujours excitée par les expériences et incapable de me satisfaire du récit qu’on m’en fera. Je m’en tape de mettre la gaule à des hommes qui ne me font pas rêver. Il ne m’est jamais paru flagrant que les filles séduisantes s’éclataient tant que cela. Je me suis toujours sentie moche, je m’en accommode d’autant mieux que ça m’a sauvée d’une vie de merde à me coltiner des mecs gentils qui ne m’auraient jamais emmenée plus loin que la ligne bleue des Vosges” (p. 10-11).

Dangerous crossings. Les noms masculins de Willa Cather”. Judith Butler

Références

Despentes V., 2006, King Kong théorie, Paris, Le livre de poche.

Butler J., 2009 [1993], Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du “sexe”, Paris, Éditions Amsterdam (extrait cité : p. 158-159).

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 12 octobre 2012, “Discours de place 1. Genres“, La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet. Discours de place 3. Impostures


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 09. Automne 2012. Discours de place, Lectures subjectives, Pensées féministes

Les commentaires sont fermés.

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche