Discours de place 1. Origines

À la fin de Penser avec, Penser contre, il y a ce morceau d’autobiographie intellectuelle de Gérard Noiriel, dont j’ai déjà parlé à propos des émotions scientifiques dans un billet rédigé pour L’infusoir. C’est une postface intitulée « Un désir de vérité ». Une phrase de Michelet est placée en exergue : « La difficulté n’est pas de monter, mais en montant de rester soi ». Gérard Noiriel y écrit, à la première page :

« En mettant en lumière les rapports entre mon expérience vécue et mon travail d’historien, je voudrais convaincre les lecteurs que la diversité des origines et des trajectoires sociales est nécessaire au développement intellectuel d’une nation. Ceux qui ont emprunté les chemins de traverse, qui ont résisté aux logiques académiques et aux habitudes de pensée qu’elles secrètent, possèdent un savoir précieux qui ne s’apprend pas dans les livres, mais au contact de la vie » (p. 249).

Je me souviens très bien de mon émotion à la lecture de ce texte, j’étais dans le métro, je pourrais dire sur quelle ligne et dans quel sens. Quelques années plus tard, j’ai croisé Noiriel dans un colloque, et je lui ai dit à quel point son texte m’avait touchée, et sans doute autorisée moi-même à l’autobiographie intellectuelle. Il a été curieusement absent, presque désagréable, et m’a à peine répondu. Je n’ai pas cherché d’explication à cette réaction ; j’ai peut-être dérangé un dispositif où la place du scripteur de l’intime ne rencontre pas celle du chercheur public ; et j’ai dû être sans doute la énième personne à dire pour la énième fois la même chose. C’est peut-être mieux comme ça, le souvenir de ce texte est ainsi resté intact. Il appartient pleinement à ce que j’appelle un discours de place. Je propose ici l’un des passages qui m’ont été le plus parlant, le plus traversant, celui du franchissement du seuil, selon la métaphore spatiale employée par Noiriel lui-même, qui est très précisément un changement de place : de la place de « rejeton des milieux populaires », devant lequel tous les obstacles sont dressés, à celle du militant, militant politique, mais également militant du savoir.

« Franchir le seuil de la cité savante »

J’ai retrouvé une partie de cette émotion en lisant Retour à Reims de Didier Éribon. Une partie seulement, car le discours de place d’Éribon est moins émotif, plus analytique, déjà passé par le prisme sociologique. Je pense aussi qu’il y a entre ces deux voix la différence de la psychanalyse : Noiriel mentionne son expérience analytique ; Éribon l’absence de la sienne. La parole de Noiriel a, à mon oreille en tout cas, une épaisseur douloureuse que celle d’Éribon n’a pas. Mais la lecture est aussi un transfert, donc cette impression est assurément née de ce qui, dans la voix de Noiriel, a rencontrée la mienne.

« Ramener mes désirs au niveau de mes possibilités sociales »

Au début de Retour à Reims, il y a un texte sur la permanence de l’origine qui correspond exactement à mon sentiment ( p. 14-15) : 

Plus loin, un passage sur les déterminismes qui ont écrasé son père est proprement un discours de place, où le terme est d’ailleurs employé (p. 35) :

Les deux textes parlent des origines, origines d’où les deux chercheurs se sont arrachés, par la culture, la lecture, la pensée. Origines qu’ils ont pu mettre de côté ou oublier pendant un temps, mais que tous deux, environ au même âge d’ailleurs (53 ans pour Noiriel, 56 ans pour Éribon), et à l’occasion ou juste après le même événement (la mort du père), ont éprouvé le besoin de se rappeler et de décrire publiquement comme un élément constitutif de leur parcours de chercheur. Ces deux enfances sont différentes mais elles ont ce point extrêmement puissant en commun : le point des places que l’on quitte pour en occuper d’autres, chèrement acquises par d’austères études et de coûteux rejets. Places qui, dans ces deux cas, suivent des itinéraires socialement « montants », et géographiquement analogues : de la province, Reims pour Éribon, et une « bourgade vosgienne », puis alsacienne pour Noiriel, on « monte » à Paris, jusqu’aux lieux de reconnaissance universitaire, en particulier l’EHESS, où enseigne Noiriel et où Éribon a animé un séminaire important de 1998 à 2004.

Noiriel ne dit pas grand chose des réactions de son milieu d’origine à cette extraction par le haut. Il parle de ses deux frères ouvriers mais ne décrit pas le regard qu’ils portent sur lui. En revanche, Éribon souligne à plusieurs reprises la violence de sa mère par rapport à sa vie de parisien et d’intellectuel, l’incompréhension silencieuse de ses frères.

Les places ont une mémoire. Elles se rappellent qu’on les a quittées, elles gardent l’empreinte des êtres qui les ont occupées. Elles ne se laissent pas abandonner aussi facilement ; tout départ leur est une trahison. Quant à celles que nous avons prises et que, parfois, nous savons tenir, elles savent aussi d’où leur viennent leurs occupants. Autant tenir compte de la mémoire et du savoir des places.

Références

Éribon D., 2009, Retour à Reims, Paris, Champs Essais.
Noiriel G., 2003, Penser avec, penser contre. Itinéraires d’un historien, Paris, Belin.

Crédit : « Sous les pieds II », Fontainebleau, octobre 2010, M.-A. Paveau

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 5 octobre 2012, « Discours de place 1. Origines« , La pensée du discours [Carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet : Discours de place 2. Genres


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...