Linguistique et numérique 5. Énonciations collectives et styles multiples

« Si nos tweets sont nos traces, on n’a pas le cul sorti des ronces,

pour la postérité », tweet d’Übrigens, 14.08.2012

« Birthday letter », rosmary, 2011, Flickr, CC


Nos tweets sont effectivement nos traces, entre autres : les univers numériques nous amènent à écrire beaucoup, dans des lieux différents, sous des modalités énonciatives inédites, au sein de genres de discours et avec des styles différents. Après avoir parlé du pseudonymat dans le billet précédent, j’aborde ici trois autres phénomènes qui engagent la figure de l’énonciateur-scripteur numérique : l’hétérogénéité technodiscursive, qui permet à un énoncé, grâce à l’hypertexte en particulier, de se déployer sur des plans différents, l’énonciation collective, c’est-à-dire l’écriture simultanée à deux, voire trois claviers, voire plus, incluant des phénomènes d’augmentation scripturale caractéristique du web 2.0, et les styles et « lectes » multiples qu’un même scripteur peut déployer sur le web, qui lui permettent de s’inscrire de manière fluide dans des genres de discours différents.

L’hétérogénéité technodiscursive. Une double délinéarisation de l’énoncé

Technologie discursive

J’avais proposé dans Les prédiscours en 2006 la notion de « technologie discursive », que j’essaie de développer depuis, pour décrire la nature composite des productions langagières, contre le logo- ou verbocentrisme de la langue « en elle-même » posé aux origines de la linguistique. Il me semble qu’une linguistique symétrique, qui pose une égale prise en considération de la langue et de ce qui n’est pas elle (le monde, autrement dit, les environnements) pourrait rendre des modifications épistémologiques majeures de ces dernières années, en ce qui concerne l’effacement des dualismes en particulier. Il existe déjà des propositions pour penser cet assemblage entre le langage et autre chose que lui-même, mais elles ne semblent pas avoir été entendues à leur juste mesure : le mainstream des sciences du langage reste centré sur l’objet langue, et les perspectives multimodales elles-mêmes restent marginales.

Délinéarisation technolangagière

Et pourtant, sur le web, les formes de discours sont co-constitutives des matérialités technologiques et des dispositifs communicationnels. Le genre de la « demande d’amitié » par exemple, issu de l’écosystème du réseau social Facebook, est par définition composite, techno- et -discursif. Cette demande passe obligatoirement par un bouton (en français : « ajouter »), sur lequel il faut cliquer, en accompagnant (ou pas) ce clic d’un message scriptural. La demande d’amitié est donc une forme discursive constitutivement technodiscursive, dont il ne me semble guère possible de faire une analyse au sein d’une approche logocentrée : elle est délinéarisée, au sens où sa linéarité langagière est rompue et métissée de technique. C’est pour cette raison qu’il me semble de mauvaise méthode d’étudier les énoncés des réseaux sociaux après extraction et présentation traditionnelle en liste d’énoncés, comme on le voit encore presque systématiquement dans les travaux en sciences du langage, y compris dans les revues en ligne : il me semble qu’il faudrait travailler avec des captures d’écran, de manière à rendre compte au mieux des environnements des énoncés.

La délinéarisation concerne également de nombreuses formes discursives en ligne, à commencer par les liens hypertextes évidemment : la profondeur qu’apporte le lien comme forme clicable ouvrant sur un autre texte délinéarise l’énoncé. J’ai plusieurs fois parlé du tweet ici, qui est l’énoncé délinéarisé par excellence, puisqu’il contient des formes technolangagières (formes pour lesquelles la nature langagière est structurellement métissée de matière technique) : des technomots comme le hashtag (précédé de #) et le pseudo (précédé de @) et des liens (qui peuvent être doublement technolangagiers dans la mesure où ils peuvent être raccourcis par des applications dédiées). Les tweets, comme d’autres énoncés en ligne (forums, salons de conversation) ou sur appareils (téléphones) peuvent également contenir des émoticones, formes anciennes et désormais bien connues mais également d’autres types de symbole, comme des notes de musique, des étoiles, des soleils, et des formes graphiques issues de l’Art ASCII :

Délinéarisation syntagmatique et énonciative

Cette délinéarisation est double : technodiscursive, on vient de le voir, l’énoncé étant constamment traversé par ses possibilités hypertextuelles, mais également syntagmatique, puisque, dans le cas du tweet en tout cas, plusieurs énonciateurs peuvent se voir dans un tweet sans qu’il y ait forcément de marqueur de frontières énonciatives. Seule la connaissance contextuelle des interactions permettrait en effet, et encore, de démêler les voix des scripteurs dans les exemples suivants (de fait, la perte du contexte immédiat de la conversation rend cette identification quasi impossible) :


La scripturalité technolangagière présente donc une hétérogénéité technodiscursive permise par la double délinéarisation.

Le scripteur collectif : un singulier pluriel

Mais, en ligne, se manifeste également une collectivité  assumée par plusieurs scripteurs, et qui se manifeste à l’œil comme telle. Alors qu’hors ligne, sur les surfaces imprimées, les écrits produits de manière collaborative sont homogénéisés et linéarisés (ce qui permet d’ailleurs bien des asymétries entre scripteurs, voire des camouflages, mais c’est un autre problème), en ligne ou sur écran, les différents scripteurs peuvent apparaître. Je dis « peuvent », car il faut pour cela utiliser des outils adéquats, comme le pad.

Les outils d’écriture collaborative (l’exemple des pads)

Il existe plusieurs outils pour écrire à plusieurs, mais Etherpad est sans doute l’un des mieux connus et des plus maniables. Il met en couleur les différents scripteurs, et la collaborations est dont matériellement visible. Il y a un an, trois carnetier.e.s d’Hypothèses ont réalisé un expérience collaborative avec un autre outil, Pirate pad, expérience qui a été décrite et racontée en détail par deux d’entre elles, Stéphanie Messal, sur son carnet Misanthropologue et Mélodie Faury sur son carnet L’infusoir. On peut cliquer sur les passages images et voir de près ce que donne une écriture à trois, avec l’identification des segments de chacun.e (une image dans le billet d’Infusoir) :

Google documents permet également de manière très simple, mais sans marquage de couleur, de modifier des fichiers. Ces outils ont en commun de ne pas nécessiter de sauvegarde, ce qui apporte une dimension technoscripturle de plus : le geste de conservation de « l’auteur » est assumé par la machine. sauf à effacer, le scripteur n’a pas le choix, si l’on peut dire, de la conservation de son texte.

Les commentaires

En dehors de l’utilisation du pad, l’absence d’anonymat sur l’internet rend de toute façon l’identification des origines scripturales obligatoire, même sous pseudo. Le cas désormais bien connu du commentaire de blog ou de statut de réseau social constitue également une modalité d’écriture via celle d‘augmentation. La notion d’augmentation, d’abord utilisée pour décrire une intensification des perceptions de la réalité par des système informatiques » (réalité augmentée), s’est appliquée à différents domaines, dont, désormais, l’écriture, la textualité et la littérature.

On peut citer par exemple l’expérience pionnière et singulière du livre d’Emma Reel, Ah. Il s’agit là d’une « vraie » littérature augmentée, par de l’hypertexte, de l’image et du son. Mais les commentaires constituent également une forme d’augmentation de la « réalité » textuelle et cette question de l’augmentation atteint d’ailleurs d’autres domaines, permettant d’interroger la notion même de textualité en ligne : si l’on veut par exemple reprendre un billet pour le rebloguer, l’integrer dans un dossier ou un recueil collectif, que fait-on des commentaires et des réponses des blogueurs ? On les intègre, tels quels, ou après les avoir triés ? et sur quel critères ? comment traiter les spams et le trollage ? quelle est donc, finalement, l’unité « texte » du billet de blog ? S’il est repris avec les commentaires, quelle est la valeur de la signature individuelle ? N’est-elle pas un peu différente de celle du texte hors ligne signé ? C’est par tous ces ricochets la question de l’auctorialité qui se trouve posée, et l’on sait à quel point elle est interrogée et modifiée par les univers discursifs numériques. La question du commentaire vaudrait vraiment la peine d’être posée sérieusement par les spécialistes des linguistiques TDI (texte, discours, interaction) : des outils de gestion en ligne, comme Disqus, leur sont entièrement consacrés, posant de fait une légitimité textuelle du commentaire en tant que tel. Textualité et généricité du commentaire ?

Écritures fluides : la défaite de l’idiolecte

Dernier phénomène qui affecte la figure du scripteur-énonciateur : la fluidité des choix de style et de genre sur le web. En linguistique, on parle d’idiolecte pour désigner la langue (au sens très large) d’un individu (ses « façons de parler », ses tournures, son parler, ses usages lexicaux, syntaxiques, etc.), et la notion est souvent appliquée aux écrivains : il y aurait un idiolecte balzacien, camusien, proustien, etc. Cela veut dire qu’on reconnaît aux modalités d’écritures d’un auteur des constantes, identifiables par des récurrenes. Sur le web, ce peut être le cas comme ce peut être exactement le contraire : les possibilités d’inscrire son écriture dans des lieux multiples, sous des noms diférents, permettent un sorte de « polylecte » : le scripteur manie plusieurs styles, plusieurs genres de discours, plusieurs répertoires langagiers. Si son identité de chair et d’os est stable (mais qui la connaît ?), il exploite au maximum la distinction posée par Oswald Ducrot dans les années 1970 : le  « sujet parlant » (l’être dans le monde), est différent de l’énonciateur (celui qui prend la parole, qui inscrit son dire dans une énonciation). Si cette distinction n’est pas spécifique car elle est évidemment à l’œuvre dans les univers discursifs hors ligne, elle est particulièrement disponible en ligne : le web est un dispositif technique qui fournit des affordances pour cela, c’est-à-dire qu’il fournit les possibilités énonciatives. On peut dire que les univers discursifs numériques affordent des possibilités scripturales multiples.

Le schéma ci-dessous, proposé par Frédéric Cavazza sur le blog Médias Sociaux, est intéressant dans la mesure où il est le produit d’une évolution des schémas antérieurs qui ont beaucoup circulé à partir de 2008 :

Il est de plus en plus supplanté par des « schémas » qui partent des individus plus que du réseau de réseaux. L’heure semble en effet être à la synthèse des technologies du soi, et les outils se multiplient actuellement pour rassembler ces productions verbales diverses, qu’on peut approcher sous la notion plus englobante (c’est-à-dire non proprement discursive) d’identité numérique. C’est ce que montre par exemple l’outil Tiki’mee, qui permet de fabriquer des infographies de soi, comme celle-ci (qui constitue sur le site un exemple de page pour la catégorie « artiste ») :

D’autres outils, comme Aliaz, permettent ce type de page et on y trouve par exemple celles de chercheurs comme Louise Merzeau ou  Julien Hering.

Plus que la collectivité finalement, c’est la fluidité qui me semble le trait le plus saillant de nos scripturalités et de nos discursivités en ligne. Le web est un univers liquide, où le collectif, le multiple et l’hétérogène est facilité par le dispositif technique. cela ne veut pas dire que ces traits sont absents des univers hors logne, et cela ne veut pas dire non plus que le web est sans frontières ni contraintes : les prétendues « sauvagerie » (version obscure) et « liberté » (version lumineuse) des univers en ligne restent des fantasmes, et en tant que tels ils sont certainement utiles. Dans les pratiques discursives cependant, les ordres et désordres du discours se configurent différemment en ligne et hors ligne.

***

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 6 septembre 2012, »Linguistique et numérique 5. Énonciations collectives et styles multiples« ,  La pensée du discours [carnet de recherche], consulté le…

Prochain billet : Linguistique et numérique 6. Les défouloirs du web


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 11/09/2012

    […] Mots clefs : affordance, délinéarisation, écriture, énonciation, Facebook, fluidité, genre de discours, hétérogénéité technodiscursive, idiolecte, Linguistique symétrique, pad, scripteur numérique, technologie discursive, …  […]

  2. 13/09/2012

    […] "Si nos tweets sont nos traces, on n'a pas le cul sorti des ronces, pour la postérité", tweet d'Übrigens, 14.08.2012…  […]

  3. 15/09/2012

    […] On peut citer par exemple l'expérience pionnière et singulière du livre d'Emma Reel, Ah. Il s'agit là d'une “vraie” littérature augmentée, par de l'hypertexte, de l'image et du son. Mais les commentaires constituent également …  […]