« Pussy », mot politique

Le 17 août, trois des jeunes femmes du groupe punk russe Pussy Riot, Nadezhda Tolokonnikova, Maria Alekhina et Yekaterina Samutsevich, ont été condamnées à deux ans de camp pour une cascade de crimes aussi archaïques les uns que les autres. Officiellement le motif de la condamnation est le « hooliganisme », plus précisément le « vandalisme motivé par la haine religieuse ». Mais au cours de l’interminable verdict lu par la juge Marina Syrova, on a appris qu’elle s’étaient également rendues coupables de « propagande homosexuelle », « d’irrespect » envers les fidèles de la religion orthodoxe, de « tenue irrespectueuse » dans une église. Elles sont supposées avoir fait des « victimes », c’est-à-dire des citoyens profondément choqués par leur comportement, et qui l’ont formulé dans les témoignages allégués par la juge. Elles ont fait l’objet d’expertises « psychologiques et linguistiques », c’est-à-dire sur leur comportement et leurs textes, qui ont révélé de « graves dysfonctionnements » rappelés par la juge (mais, ont souligné les avocats, sans rapports d’expertise fournis).

La presse étrangère (à peu près) unanime, parle d’Inquisition, de procès surréaliste ; on évoque la figure de la sorcière (celles de Salem étaient trois elles aussi), de la prophétesse, on insiste sur leurs ardeurs révolutionnaires (« riot »), leur poing levé, leur sourires ironiques pendant cet incroyable procès, leur force étonnante. Je trouve tout cela parfaitement exact et pourtant, dans tous ces discours entendus, que j’ai souvent relayés, quelque chose manque. Je suis allée à la manifestation organisée pendant le verdict vendredi 17 août après-midi place Stravinsky à Paris, pour soutenir les trois chanteuses. En regardant la fontaine de Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, dont les belles créatures dansaient tranquillement dans l’eau, j’avais l’impression, comme pendant d’autres manifestations féministes au même endroit, que l’artiste nous parlait, à travers cette grande bouche rouge et sensuelle qui s’ouvre et se ferme à intervalles réguliers, et qui est baptisée « L’amour ». Et qu’elle nous parlait de féminité, de féminisme, de sexe, de sexe féminin, de ce pussy un peu tu, un peu tué dans la parole publique.

Dans « Pussy Riot » il y a « pussy »

Dans cette affaire, les analystes des droits de l’homme et les intellectuels de cabinet parlent beaucoup de « riot » mais assez peu de « pussy ». Certaines critiques ont d’ailleurs fusé pendant la manifestation de vendredi et on a râlé contre la récupération par les « mouvements féministes conservateurs ». J’entendais : « Mais c’est pas ça les Pussy Riot, c’est pas tous ces discours, c’est de l’action ! », et j’étais d’accord. Il est est vrai que certains discours étaient ennuyeux à mourir, peu informés, sans véritable pertinence.

Les Pussy Riot s’inscrivent dans la lignée des Riot Grrrl, et c’est le style musical (punk rock et rock alternatif) qui semble dominer dans l’appellation. Mais les jeunes Russes ont bien choisi d’intégrer Pussy dans leur nom, et on les appelle parfois d’ailleurs les Pussy girls. Ce nom de pussy, dans tout son déploiement familier de nom du sexe de la femme, d’emploi parfaitement courant, même en français, dans la culture porn, le queer porn, l’alt porn et le porno féministe, toutes cultures militantes, mérite bien mieux que cette discrétion : il mérite même d’être mis au centre de ce qui se passe à propos de ces jeunes femmes. Et ce n’est pas la jolie silhouette souriante de Judy Minx, soudain surgie devant moi ce vendredi place Stravinsky, avec un étincelant rouge à lèvres aussi coloré que les collants des prisonnières russes, sorte de double vivant des lèvres d’eau de Niki de Saint-Phalle, qui me fera penser autrement.

Il est assez remarquable que le nom du groupe ne soit pas traduit dans les discours en russe (à l’écrit comme à l’oral), comme nous le signale Ben Zimmer sur Language log dans un passionnant billet sur le nom du groupe, qui donne de nombreux exemples du nom en caractères latins au sein de phrases en cyrillique (1). Il est parfois translittéré, mais rarement. Il n’est pas non plus traduit dans les autres langues, malgré quelques tentatives et décisions encyclopédistes en français, qui donnent des résultats assez croquignolets il faut bien le dire. Le film d’Émilie Jouvet dans lequel joue justement Judy Minx, avec d’autres performeuses tout aussi énergiques et joyeuses (Wendy Delorme en particulier), s’appelle Too Much Pussy et a été distribué en France et dans d’autres pays sous ce nom. Je crois que personne n’aurait eu l’idée de le traduire, ni la seconde version d’ailleurs, Much More Pussy. Le pussy, c’est bien, en argot, la chatte, le minou, la moule, la friandise, le bonbon ; et en standard, en français comme en anglais, le vagin/vagina, la vulve/vulva… Le mot a trois sens en anglais : « chat », « sexe féminin » et désigne aussi, par cette analogie lexicale dévalorisante qui attribue les mots des femmes à tout ce qui est bas, faible et méprisable, quelqu’un d’efféminé, « donc » lâche. Il faut aller lire les 162 définitions de l’Urban Dictionary pour rire et sourire mais aussi comprendre le sens du mot dans la culture anglophone. Soutenir que le terme pussy reste ambigu dans Pussy Riot, et fait plutôt allusion au gentil petit animal n’a pas de sens : pussy fait partie de l’alphabet féministe, c’est un mot politique. Je reviendrai à la fin du billet sur les emplois des équivalents français de pussy, mais je continue sur le mot anglais et surtout son rôle dans la culture féministe et pornographique alternative qui nous vient des féministes pro-sexe américaines à partir de la toute fin des années 1970.

Le parler frais des lèvres rouges

C’est que le pussy a désormais une assez longue histoire, politique, sociale, culturelle mais surtout profondément humaine. Une partie de cette histoire est racontée dans Mutantes, le documentaire de Virginie Despentes. C’est bien sûr le nom d’Annie Sprinkle qui vient tout de suite à l’esprit, et son film Sluts and Goddesses. Ensuite, comment ne pas penser à Betty Dodson, à Candida Royalle et à Scarlot Harlot, l’inventeuse du mot post-porn ? Ces femmes ont libéré la sexualité féminine, appris aux femmes à jouir, déclaré qu’il existait une culture sexuelle, que cette culture s’enseignait et s’apprenait, et qu’il fallait l’enseigner. Elles ont maintenant la soixantaine et continuent inlassablement leurs enseignements : Annie Sprinkle invente constamment de nouveaux ateliers (le prochain sera écolo-sexuel…), Betty Dodson propose des stages, Scarlot Harlot des performances aussi ludiques que didactiques, Candida Royalle a créé « Femmes Productions ». Elles ont fait des filles et des petites-filles un peu partout, que la filiation soit sue ou non, et les Pussy Riot, qui ne formulent pas de propos directement sexuel et n’ont pas de manifeste pornographique, en font cependant partie, comme la joyeuse bande des Too Much Pussy, comme les militant.e.s féministes queer porn de tous les pays, comme les réalisatrice-teur-s des films produits par Puzzy Power, filiale de Zentropa, la société de production de Lars von Trier. Et comme ces deux très jeunes femmes du groupe de rap Orties, qui ont déboulé pour un concert à la fin de la manif, en hurlant des cris de plaisir et des « fuck me » à tire-larigot, avant d’interpréter leur chanson « Plus Putes que toutes les Putes » : elles étaient réjouissantes, ont ramené le sourire chez les manifestants ; sur fond de la sinistre lecture du tribunal russe, on a enfin enfin entendu les paroles du pussy. Les lèvres rouges de Niki de Saint-Phalle ont parlé, pendant que les parleuses de l’autre côté de l’Europe étaient réduites au silence par un verdict aux allures torquemadiennes.

Des lèvres qui parlent, me direz-vous, à double sens, petites et grandes, ce n’est pas nouveau et il en est un certain qui, au 18e siècle, faisait parler les bijoux des femmes de dessous leurs jupes. Oui, bien sûr, et le très célèbre conte érotique de Diderot possède quelques accents politiques. Des accents, oui, l’idée de l’autonomie du plaisir féminin, un peu également, mais pas le mot d’ordre, pas le puissant signifiant de ce pussy qui est en train de faire bouger bien plus de choses que les cultures légitimes et dominantes ne l’imaginent. Même les Monologues du vagin (1996) n’ont pas eu cet impact politique : c’est un texte littéraire, théâtral, qui relève de la culture installée, rien à voir avec nos punks à cagoules aux lèvres rouges, rien de « riot ». Ce mot de vagin est peut-être encore trop sérieux, trop anatomique, pas assez libertaire. L’association Osez le féminisme a bien lancé le « clito » l’an dernier, qui aurait pu peut-être acquérir l’énergie politique du pussy. Il n’en a rien été semble-t-il, le mouvement restant finalement assez sage, et le mot clitoris, même abrégé familièrement en clito, restant lui aussi anatomiquement correct.

Je ne sais pas ce que vont devenir les Pussy Riot et j’espère qu’elle sortiront un jour, à la fois de leur camp et de Russie, si ce pays choisit de rester aux confins de la liberté d’expression et de jouissance. En tout cas, la brèche est ouverte, et leurs cagoules et collants colorés, leurs chants et leurs performances ont parlé. Les Femen sont là aussi, en soutien logistique, utilisant leurs seins comme discours politique, la scie électrique à la main, ne lâchant rien. Elles font des émules, et les vadias brésiliennes, version latino-américaine des sluts, se mettent aussi à peindre leurs seins et leur ventre de slogans libertaires et anti-machistes.

Dirigeants, censeurs et popes, qui regardez les seins des femmes comme des objets de désir, à posséder ou à châtier, et qui ignorez les mots sortis des lèvres parlantes des chanteuses, des putes et des déesses, méfiez-vous (2). Ce sont des armes puissantes que vous avez sous les yeux, de celles qui font les révolutions : « The cost of taking part in creating history is always staggeringly high for people. But that taking part is the very spice of human life » (Nadya Tolokonnikova).

(1) Quelques heures après la publication de ce billet, Arnold Zwicky publie « The pussy patrol« , un intéressant billet sur les usages du mot pussy en américain, sous l’angle du « taboo avoidance » et en comparaison avec l’emploi de cryptages comme A-Word ou C-Word, qui ne sont pas apparus souligne-t-il pour les Pussy Riot (note du 20 août 2012).

(2) Note du 29 août 2012. La chanteuse française Jeanne Cherhal soutient le groupe russe par une chanson intitulée : « Tant qu’il y aura des pussy« .

Crédits

  1. Fontaine Stravinsky, Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, 1983, photo colorisée extraite du site Bac arts plastiques SOS !
  2. Affiche du film Too Much Pussy !
  3. Les Pussy Riot pendant le procès, capture d’écran d’un article du journaliste Yuri Timofeyev dans Svoboda News, 19 août 2012, photo du journaliste.

Pour citer ce billet

Paveau M.-A., août 2012 « Pussy, mot politique », La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10466, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Jerome dit :

    J’aime beaucoup le travail d’Emilie Jouvet et de ses amies (Despentes, Minx, etc.) à un niveau artistique. Par contre, j’ai beaucoup de mal à comprendre l’aspect militant et politique de leurs oeuvres. J’ai l’impression qu’elles brassent surtout de l’air. Sous prétexte d’être réunies en bande avec des slogans contenant plein de mots en -istes, elles semblent être fières de combattre quelque chose mais je n’ai jamais vraiment saisi quoi. Il y a des tabous sociaux concernant la sexualité féminine mais leur univers volontairement underground limite énormément le public. Et j’ai donc l’impression qu’elles prêchent à des convaincus (hommes et femmes).

    Ce qui est plus intéressant, c’est que les « pussy riots » sont arrivées à placer le mot « pussy » dans tous les médias. Mais le prix à payer est assez lourd.

    Pour finir, je ne suis pas sûr que l’on ait bien saisi le mouvement de ces jeunes femmes. Tout le monde est indigné, tout le monde offre son soutien mais parce que la sanction est sévère et que ce sont des femmes et que personne n’aime Poutine.
    Les pussy riots elles-mêmes n’apprécient pas vraiment ces mouvements de sympathie où chacun en profite pour promouvoir une bonne cause :

    “We’re flattered, of course, that Madonna and Björk have offered to perform with us. But the only performances we’ll participate in are illegal ones. We refuse to perform as part of the capitalist system, at concerts where they sell tickets.”

    (On trouve ça dans le wikipedia anglais qui, comme souvent, contient 10 fois plus d’informations que la version française)

    Plutôt que de féminisme ou de politique, il est plus question ici d’anarchisme. Plutôt que de parler de chatte ou de vagin, il est plus question de foutre le bordel dans une église et de dire merde aux dirigeants du pays. Si une chose pareille se passait en France, est-ce qu’il y aurait les mêmes soutiens ?

    Hormis cela, il y aurait une recherche intéressante à faire sur la linguistique pornographique et notamment les différences entre l’anglais et le français. Connue pour être une langue très riche, j’ai l’impression que le français est très pauvre en termes pornographiques. Au contraire l’anglais dispose de termes pour désigner à peu près tout.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je vous remercie d’avoir passé autant de temps à rédiger ce commentaire qui conteste à peu près tout dans mon texte, à partir de bases assez difficiles à déterminer cependant
      pour comprendre la dimension féministe et politique de ces militantes et de leurs « mots en -istes », il faut peut-êre les lire : les textes de wendy delorme, d’émilie jouvet pour la france, mais également des théoriciennes et activistes du post porn, du queer porn et de l’alt porn américain, qui travaillent depuis les années 1980, pourraient peut-être vous permettre d’affiner votre lecture ce que vous appelez de manière globale les « tabous sociaux concernant la sexualité féminine » – cela fait malgré tout environ trente ans de textes, déclarations, commentaires et interviews, donc un peu plus que « l’air » à brasser
      vous semblez contester la dimension féministe du combat des pussy riot à partir d’un extrait issu de wikipedia – là aussi je pense qu’une observation attentive des soutiens qui leur sont apportés, au-delà de madonna et bjork, vous permettrait d’avoir une vision intéressante, à moins que vous ne pensiez que les femen, qui soutiennent le groupe de punk russe en prenant des risques importants, n’aient pas non plus compris les sens de leur combat
      sur les formes langagières, en particulier lexicale et discursive du discours pornographique, vous pouvez peut-être consulter les billets qui ont été publiés sur ce même carnet : http://bit.ly/Ova7Fc et vous serez heureux d’apprendre qu’un livre sur le sujet va sortir dans les prochains mois – il faut toujours se méfier des impressions de richesse et de pauvreté sur les langues, elles ne font souvent qu’exprimer notre propre savoir : le français est, comme l’anglais et bien d’autres langues, assez bien équipé pour parler de pornographie

      • Jerome dit :

        D’une part, je n’ai jamais vraiment compris ce qu’est le féminisme.

        D’autre part, j’ai l’impression qu’on le mélange à d’autres choses. Quand les pussy riots disent qu’elles sont prêtes à faire plein de trucs, pourvu que ce soit illégal, est-ce du féminisme ? Quand elles disent qu’elles sont anticapitalistes, est-ce du féminisme ? Bref, chaque soutien apporté l’est pour une raison différente, ce qui à mon goût, donne au final un grand barnum.

        J’avoue que je n’ai jamais rien lu d’Emilie Jouvet ou de Wendy Delorme, mais simplement vu les films Too much pussy et Mutantes. Je ne remets pas en cause les propos que l’on trouve dans ces films mais leur impact tout relatif.

        La plus célèbre de ces activistes est certainement Virginie Despentes mais je crois qu’elle n’a jamais vraiment été comprise, notamment avec son film « Baise-moi ». Son dernier film, Blondie, semble d’ailleurs terriblement daté. Comme un combat qui n’a plus lieu d’être.
        Vous parlez de queer porn, d’alt porn américain, de Wendy Delorme et d’Emilie Jouvet. Mais qui, en France, connaît ces gens ou même ces termes ? Leur discours sont à destination des amateurs de la scène underground (d’ailleurs Emilie Jouvet le dit elle-même sur son site). Je ne suis pas sûr que ce soit ce public qui ait besoin de remettre en question leur point de vue sur la sexualité.
        C’est ce qui m’intrigue le plus, cette incohérence entre un activisme politique et une volonté de se cantonner à une scène underground. En d’autres termes : ne peut-on pas remettre en question la sexualité autrement que par des performances trash dans les caves d’un club berlinois ?

        Bien reçu pour la richesse/pauvreté d’une langue. Ce commentaire est effectivement lié à mon propre savoir. A titre d’exemple, j’aimerais beaucoup trouver des équivalents français aux termes anglais : footjob, hairjob, heeljob, shoejob, boobjob.

  2. Moshé Tabachnick dit :

    Madame Paveau, j’ai lu avec un grand intérêt votre article qui examine du point de vue philologique le procès actuel à Moscou. Du premier regard, c’est un procès absurde qui vient de se dérouler dans la capitale d’un pays connu depuis longtemps comme royaume de l’absurdité inhumaine. Pays où les services secrets aux racines staliniennes se positionnent comme pouvoir législative après avoir réussi plusieurs fois la falsification des résultats des élections nationales. Votre article analyse très bien l’un des phénomènes culturels de la Rusie actuelle que le pouvoir actuel a apprécié comme dangereux pour le régime autoritaire de Poutine qui fait semblant d’être « démocratique ».
    Or si exact que soit votre analyse, je ne pense pas que la situation actuelle favorise les recherches de ce type. L’impression est que le destin dramatique de ces jeunes femmes ne vous intéresse pas trop. Arrêtées contre toutes les lois juridiques, détachées de leurs enfants dans les « meilleures » traditions sadiques du régime soviétique,elles sont condamnées sur la base des traditions religieuses du moyen âge (et le verdict les cite sans vergogne).
    C’est une situation dangereuses non seulement pour la Russie pseudo- religieuse, mais pour la civilisation européene en general.
    Mon avis est que l’Occident n’a pas encore compris les conséquences néfastes de cet événement dangereux pour le monde entier. Il s’agit au fond du retour de l’obscurantisme religieux pourvu qu’il soit au service du pouvpit illégitime. Il s’agit de la tragédie personnelle et de la tragédie d’un pays qui peut revenir dans son passé odieux. Autrement dit, il ne s’agit point d’un phénomène social isolé apte pour une analyse abstraite! Il s’agit d’un danger réel non seulement pour la Russie, mais également pour la civilisation européenne.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      monsieur tabachnik, je vous remercie de l’intérêt, bien qu’indigné, que vous portez à mon texte – je ne sais pas si vous attendez une réponse mais en tout cas elle est bien difficile à faire : votre commentaire est de l’ordre du jugement de valeur et de savoir, et non de la discussion scientifique – vous semblez estimer qu’un chercheur doit s’interdire d’analyser certains objets lourds d’enjeux dans la réalité sociale et politique – c’est une position que je ne partage pas du tout et je me permets de vous rappeler, vous qui appartenez au groupe adarr, que toute l’analyse du discours quelle que soit sa théorie et sa méthode, s’affronte justement aux réalités de l’histoire, bien loin de l’abstraction dont vous affectez mon texte – je n’avais encore jamais eu de commentaire qui me reproche l’existence même d’un billet, vous ajoutez cette catégorie à ma petite typologie…

  1. 19/08/2012

    […] Une analyse lexicale et discursive d'un mot aussi sexuel que politique  […]

  2. 19/08/2012

    […] lire quelque chose de plus intéressant sur l’éternel Pussy, aller ici: http://penseedudiscours.hypotheses.org/10466 Share this:PrintEmailRedditTwitterPlusFacebookTumblrDiggJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à […]

  3. 24/08/2012

    […] in Russland. Die Verurteilung der drei jungen Frauen des russischen Punk-Kollektivs Pussy Riot aber erregt weltweit Empörung. Menschen fühlen sich angesprochen, weil die Musik auch ihre eigene ist, das macht das Urteil für […]