Coup d’épée dans l’eau bénite

On a beaucoup écrit ces derniers jours que la « Proposition nationale pour une prière des fidèles en la fêtes de l’Assomption 2012 » envoyée à tous les diocèses par Monseigneur Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, à l’initiative du cardinal André Vingt-Trois, était un bon exemple de prose catholique sybilline, contenant des attaques aussi dissimulées que déplacées contre le mariage homosexuel. Je suis d’accord sur ces deux points mais je trouve que c’est faire bien trop d’honneur à ce texte qui présente une caractéristique bien plus forte, effaçant un peu les deux autres : il est d’une pauvreté argumentative et affective absolument réjouissante. Et quand on est le grand chef des évêques de France, qu’on tape la discute avec le patron des cathos du monde, qu’on est quand même un peu en relation avec le vieux barbu là-haut, et qu’on est surtout chargé de faire naître et d’entretenir les ardeurs de la foi chrétienne, c’est quand même un problème de présenter des arguments pauvres comme Job et des affects aussi secs que le désert du Sinaï.

Le texte dégage un sentiment de vide et de superficialité : tout y est prétendu, imaginaire ou mythologique. Rien n’y semble réel, au sens le plus prosaïque et terrien du terme, c’est-à-dire ce qui nous concerne, êtres matériels attachés à la terre par la gravitation, à la vie par la procréation et à la mort par la dissolution. Par conséquent, rien n’y est convaincant, et il ne touchera sans doute que les catholiques les plus obtus sur la question, ceux qui ne pensent pas et se contentent de s’agenouiller. Les autres, même avec un sens critique minimal, et le vieux sait à quel point il peut être étique, leur sens critique, aux catholiques, auraient besoin d’une argumentation un peu plus solide.

Ce texte est d’une pauvreté aussi parfaite et intouchable que la virginité de qui vous savez, ce qui apparaît assez bien dans les emprunts ratés au discours sociologisant et dans la confusion énonciative remarquable du morceau, sans doute établie dans une intention opacifiante, mais qui produit un résultat extrêmement brumeux. Finalement, les seuls éléments à peu près dotés de sens dans ce texte, ce sont les segments religieux et liturgiques, et encore, on verra que le rédacteur ne fait pas bien la différence entre l’Évangile et sa propre énonciation. Un aveu avant de poursuivre : pour vérifier ma culture catholique et ne pas trop faire d’erreurs d’interprétation sur ce texte, j’ai appelé ma mère, qui a rafraîchi mes souvenirs liturgiques, m’a fait une synthèse rapide et efficace sur la Vierge, sa vie, ses œuvres et a retrouvé la citation non signalée issue de l’Évangile de Luc, que je soupçonnais vaguement (la citation, pas Luc), en étant incapable de la retrouver.

Une parodie de lexique sociologisant

La lecture du paragraphe de présentation fait apparaître un curieux mélange entre discours religieux et jargon sociologique, ou socio-journalistique, en tout cas celui de l’analyse grand public des faits sociaux, si souvent épinglés par les rédacteurs d’essais mondains sur la langue. Ce mélange relève assez exactement de l’affectation du parvenu : prétendre à la légitimité d’un discours qu’on ne possède pas pour essayer de grapiller des miettes de pouvoir. Mais c’est tellement mal fait que tout se voit.

On a ainsi cette drôle d’expression, « prise de recul spirituel ». Vu l’accord, c’est le recul qui est spirituel, mais c’est quoi un recul spirituel ? et un recul non spirituel ? J’ai beau faire fonctionner toutes mes connexions neuronales, je ne vois pas (ma mère non plus :  « non, jamais entendu »). Pas assez souvent fourrée à la messe, sans doute (moi, pas ma mère). Ensuite, on a « la gravité de choix sociétaux de portée considérable ». P…este, le double complément en « de », déjà, ça vous pose une lourdeur stylistique, et cet adjectif sociétal : mais qui emploie sociétal ? Je ne suis même pas sûre que les sociologues le fassent. Il y a une différence entre sociétal et de société, pas forcément sur le sens, quoique, mais sur la forme et surtout l’effet produit : sociétal, c’est une dérivation suffixale qui produit un mot plutôt spécialisé, « savant » ; de société, c’est plus simple, moins affecté. Vous me direz, « la gravité de choix de société de portée considérable », ça aurait franchi les murs de la lourdeur. Mais finalement, je me demande si je n’aurais pas préféré la maladresse à l’affectation, au moins la première ne ment pas. Et puis, quand même, conscientiser ; il faut pouvoir le sortir, celui-là. C’est le même procédé que sociétal : une dérivation à partir d’un mot courant, conscience, qui semble un synonyme plus économique que la locution faire prendre conscience. Oui, c’est plus économique, mais l’effet produit, lui, ne l’est pas : c’est celui de l’affectation et de la sophistication, ce qu’on nomme « recherche de marques de prestige » en sociolinguistique.

Tout cela affaiblit le discours, et lui enlève de son sérieux, finalement. La religion est sans doute une affaire trop sérieuse pour la laisser aux cardinaux et aux évêques (je pense que même ma mère pourrait être d’accord avec ça).

Énonciation brumeuse et confusion pronominale

La prière universelle est lue par le prêtre à la fin de la messe et son énonciation est en quatrième personne, nous, ce qui est tout à fait classique du discours liturgique : c’est le nous de la communauté des fidèles, ceux qui s’aiment les uns les autres mais qui n’aiment pas trop les homos, surtout quand ils veulent des mômes. Il y a quatre adresses rituelles dans la prière universelle : à l’Église, au monde, à ceux qui souffrent (sauf les homos qui veulent des mômes), et la paroisse. La prière proposée par le patron Ving-Trois ne respecte pas tout à fait ce schéma puisqu’on a les « concitoyens », les dirigeants du pays, les « familles » puis « les enfants et les jeunes » ». Sur le site Vie liturgique, qui semble, à l’instar de certaines paroisses, montrer une certaine indépendance par rapport à la tête du clergé français, on trouve une prière dont les adresses correspondent bien au schéma.

Le système pronominal de la prière qui m’occupe est louche : on passe du nous au ils sans qu’une cohérence énonciative ne se dégage clairement (en tout cas, moi, je ne la vois pas, toujours ce manque du Christ dans ma vie, sans doute). Au début, le nous est tout à fait cohérent, c’est le nous de la communauté des fidèles qui présente une prière à Dieu. La première adresse, à « nos concitoyens », continue ce schéma ; mais dans la 2e phrase, il y a un passage au ils puis de nouveau au nous : « prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables ». On comprend que celles et ceux qui sont au pouvoir sont irrémédiablement des « autres », des « ils » indécrottables. Ils auraient pu être « nos dirigeants » par exemple, comme le sont « nos concitoyens ». Ça n’est pas le cas. On verra aux prochaines élections.

Le point 2 leur est entièrement dédié d’ailleurs, en troisième personne. On notera que le chef des cathos, qui pense qu’on gouverne avec sa conscience, ferait bien de suivre un stage de mise à niveau sur l’exercice de la politique mais passons pudiquement sur ce point. Le point 3, toujours en sixième personne, concerne les familles. Pas d’intervention du nous non plus, une mise à distance qui est peut être une volonté d’objectivation : les familles sont constituées, en dehors de toute subjectivité, d’« époux » et d’« enfants », et ce qui les tient est la « fidélité » et l’« amour ». Soit. Dans le monde imaginaire d’un idéal aussi étroit qu’irréaliste, ça se passe peut-être comme ça. Dans le monde réel, je ne suis pas sûre que ni l’amour ni la fidélité ne soient les meilleurs ingrédients de la famille (d’ailleurs, c’est quoi, exactement, une famille ? mais là, je sens que je pose la question de trop), et les combinaisons des êtres et des sentiments sont bien plus nombreuses et complexes, et c’est heureux. Retour un peu surprenant au nous au point 4, le point qui contient la célèbre allusion : « Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère ». Le nous des fidèles est donc bien présenté comme un agent actif dans la destinée des « enfants et des jeunes », menacés par les adultes. Ce qui est intéressant, c’est que ces enfants et ces jeunes, et ces adultes, ne sont pas non plus pris dans le nous catholique, apostolique et hétéronormatif : ce sont bien les autres, ces sixièmes personnes, qui seront auteurs et victimes de pratiques pas catholiques du tout. Drôles de système pronominal, quand même.

Parole d’Évangile, en douce

Je termine par le titre, « Marie recueillait ces événements », repris dans l’avant-dernière phrase : « Non seulement la Mère du Christ recueillait les événements en son Cœur, mais aussi elle les méditait et concrétisait sa réponse envers eux ». Je ne comprenais pas du tout ce que voulait dire ce titre, qui, hors contexte, ne veut effectivement rien dire : le verbe recueillir ne s’associe pas avec avec le nom événements, ça produit un effet étrange, comme une mauvaise traduction. Et c’est effectivement le cas puisqu’il s’agit d’une citation, de l’Évangile de Luc, 2, 19 (j’adresse un remerciement universel en première personne à ma mère, tous les diocèses sont priés de le proférer dimanche prochain). Le passage est le suivant, qui survient au moment où les bergers viennent visiter le marmot :

Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche. Et l’ayant vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit de cet enfant ; et tous ceux qui les entendirent furent émerveillés de ce que leur racontaient les bergers. Quant à Marie, elle conservait avec soin tous ces souvenirs et les méditait dans son cœur (traduction de l’École biblique de Jérusalem, Éditions du Cerf, 1956, pas de changement dans l’édition de 1975 ; dans la traduction de Augrain et Tamisier de 1978, je trouve : « Or Marie retenait tout cela et le méditait dans son cœur ». Je ne sais pas si une traduction donne précisément « Marie recueillait ces événements »).

Résultat des courses : d’abord, le texte ne cite pas ses sources, surfant sans doute sur la connivence culturelle des bons catholiques qui connaissent leurs évangiles sur le bout des genoux (je me permets de douter de la culture textuelle du catho du 21e siècle, mais je me trompe peut-être). Ensuite, cette allusion aux initiés de la culture évangélique ressemble à un « ceux qui savent comprendront » plus sectaire que solidaire ; et ce qu’il y a à comprendre n’est pas rien, puisqu’il s’agit de la manière dont naissent les enfants (un peu spéciale, il est vrai, mais ce qui compte pour l’Église, c’est qu’il y ait un père et une mère), et de l’origine de ce qui est appelé la « Sainte Famille ». Enfin, c’est à mon sens cette citation qui délivre le message le plus intéressant, car le plus imaginaire, et par conséquent le plus dérisoire : comme la Vierge, le bon catholique observe les événements et ne dit rien, mais transmet ses demandes à Dieu, « par Jésus, le Christ, Notre Seigneur ». Le lecteur sagace aura noté que le début de la prière rappelle que la France a été placée sous le patronage de la Vierge (par Louis XIII), et que sa fin confie l’avenir du pays à Dieu. Ben oui, au vieux là-haut, carrément.

Plus que la définition exclusive et excluante de la famille, bien présente dans la pauvre allusion à « l’amour d’un père et d’une mère », ce qui me frappe dans ce texte, c’est cette bouillie mystique, ce fantasme de l’autre monde, avec des créatures qui vivent dans le ciel et d’autres qui y montent, d’autres encore qui en descendent. La naïveté maladroite, le style affecté, la confusion énonciative, et même la faute d’accord, tout me semble ridicule. Act-up a bien eu raison de produire cet hilarant pastiche qui n’a aucun esprit de recul spirituel devant les formes du discours allusif. Espérons que ce ne sera pas un coup d’épée dans l’eau croupie des formes les plus rassies du catholicisme français.

Crédit : « [20 jours 20 propositions] J-5 Droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels« , 17 avril 2012, Galerie de François Hollande sur Flickr, CC


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Damien Boquet dit :

    Merci beaucoup pour votre analyse, aussi aiguisée que réjouissante. La pauvreté rhétorique et argumentative de ce texte est presque une énormité, si ce n’est qu’elle est malgré tout bien adaptée au public premier visé (les catholiques très conservateurs) qui reconnaîtront et apprécieront les soubassements idéologiques (nationalisme marial, sacralisation de la famille, ordre « naturel » de la sexualité, etc.). La pauvreté est également l’une des conditions de la diffusion aux médias et à l’espace public, appelant les explications de texte que les cadres ecclésiastiques se font un plaisir de donner, redoublant alors la confusion. Et pendant ce temps, le message circule. Pauvre, affligeant, risible même, mais remarquablement efficace en interne.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ce commentaire et de cet échange de carnet à carnet qui me fait plaisir (nous avons beaucoup relayé sur twitter votre très intéressant billet sur le mariage et j’aime bien emma) – effectivement je crois que la pauvreté de l’argumentation et de l’écriture est finalement le trait principal de ce texte – on en viendrait presque à regretter la belle rhétorique des pires prédicateurs et prosélytes – le problème, comme toujours c’est la crédulité et les préconceptions qui restent des appuis efficaces pour la persuasion

  2. Chat. dit :

    Madame,
    Tout d’abord, je me retrouve complètement dans les remarques faites par Corentin.
    Vous me répondez que vous avez voulu faire un texte ironique, mais il me semble que vous dépassez largement les codes de l’ironie et que vous tombez dans de la moquerie qui tourne au mépris…
    Vous me dites que les catholiques ont d’autres lieux de débat que la messe et la prière! bien sûr, et justement prier n’est pas débattre et ce texte que vous avez pris plaisir à éplucher n’est rien d’autres qu’une prière à l’attention des cathos qui sont allés aux cérémonies du 15 août et qui’en plus, ont souhaité s’associer à cette prière (certains ne l’ont pas fait !) … je vous dis tout cela avec d’autant plus de facilité que moi-même je suis favorable au mariage civil des homosexuels … Je suis gêné comme catholique impliqué dans l’Eglise de certaines positions prises par celle-ci mais en quoi cela est un problème pour quelqu’un qui n’appartient pas à l’Eglise? La religion catholique n’est plus religion d’Etat me semble t-il! Seriez-vous aussi IRONIQUE envers d’autres religions ? C’est un procès d’intention, je vous l’accorde, mais permettez moi d’en douter! L’ironie vis à vis des cathos est un exercice très facile ! En tout cas, un débat, un vrai, me parait nécessaire pour traiter cette question non du mariage mais de l’adoption d’enfants par des couples homos et ceux qui ont des réponses toutes faites et sont sûres de leurs positions (les POUR et les CONTRE) m’impressionnent!! jusqu’à présent j’ai trouvé de bons arguments des deux côtés … et se moquer les uns des autres ne favorise nullement un tel débat … cordialement

  3. Chat. dit :

    Madame,
    Vos propos sont méprisants pour les catholiques et montrent une intolérance et une haine assez consternantes. Vous feignez en plus d’ignorer que cette prière n’est nullement un texte argumentaire. Je suis catholique, et pourtant pour le mariage des homosexuels, mais en complète fraternité avec tous les catholiques et avec l’Eglise de France. La laïcité , la vraie, n’a jamais interdit aux églises de participer aux débats qui concernent notre société… Votre point de vue sur la famille , l’amour, la fidélité est légitime; permettez quand même que l’on puisse penser différemment de vous et surtout qu’on puisse l’exprimer… Quoiqu’il en soit, cette prière du 15 août concerne les cathos qui fréquentent la messe dominicale et visiblement vous n’en faites pas partie… et je constate une fois de plus que si nous avons nous cathos nos intégristes (dont vous avez compris je ne partage absolument pas les idées) les républicains laïcs (dont je suis) ont aussi les leur et visiblement vous en faites partie …

    • Marie-Anne Paveau dit :

      monsieur
      je vous remercie de l’intérêt réel bien qu’hostile que vous portez à mon texte – je passe sur vos jugements de valeur disproportionnés, cela fait partie de la rhétorique pamphlétaire, mais je me permets de suggérer que vous confondez l’ironie et la haine
      vous réclamez le droit pour les catholiques de s’exprimer, mais personne ne le leur a contesté – et j’attends que personne ne conteste le mien à ironiser comme bon me semble sur la religion dont on m’a longtemps imposé la pratique sans me demander mon avis
      puisque vous vous décrivez comme un catholique ouvert, vous pourrez peut-être concevoir qu’insérer des éléments proprement politiques dans une prière, c’est une falsification du genre : si les catholiques veulent débattre, qu’ils le fassent dans des lieux de débat, et ils ne s’en privent pas d’ailleurs – en revanche faire passer des messages politiques dans un texte de foi, tout entier centré autour des affects, cela ne relève pas du tout du débat, et cela me semble même très exactement malhonnête

  4. Alain L. dit :

    Chère Marie-Anne. Bravo. J’aime particulièrement le paragraphe sur la confusion pronominale. Et je saute sur l’occasion pour demander ce que c’est que « nous »… Il existe des langues (je le sais depuis que j’encadre un thésard sur une langue bantoue) où deux « nous » sont distingués: le « nous » inclusif et le « nous « exclusif. Ce dernier exclut l’interlocuteur. Souvent en entendant le discours genre « sermon » j’entends un « nous » aussi, qui me paraît exclusif… du locuteur lui-même (celui qui interviendrait implicitement dans « faites ce que je dis, pas ce que je fais »). Il serait intéressant de réfléchir à tous ces « nous », car notre système pronominal (à « nous » (!) langues indo-européennes) laisse exister une grande plage de flou dans l’énonciation, là où, bien sûr, toute forme de discours institutionnel s’engouffre (pas seulement religieux, mais aussi politique).

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci alain de votre commentaire, vous me permettez un interlude entre deux commentaires moins amènes que le vôtre !
      eh oui bien sûr, ce nous est bien intéressant et j’aurais approfondi l’analyse, j’auris dit effectivement que sous la même forme morphologique il y a trois nous en français : inclusif et exclusif comme vous le signalez pour le bantou (ça a l’air passionnant, le bantou !), mais également le nous global, qui rassemble les trois personnes : moi, toi et eux – le texte de cette prière joue sur cette exclusion/inclusion de manière assez opaque – ce que l’on comprend, c’est que toutes les personnes, au sens commun et grammatical du terme, ne sont pas comprises dans la communauté – mais c’est un classique du discours de groupe, certains groupes ont, outre des pronoms excluants, des noms pour ça : le non-militaire est le civil, le non-juif est le goy – dans ce texte, il semble bien que, de manière tout à fait allusive, le non-catholique soit celui qui construira/favorisera/soutiendra une homoparentalité, puisque cette affaire de mariage, finalement, préoccupe certains catholiques à cause de la question de la procréation

  5. Corentin dit :

    Bonjour,

    Je suis tombé sur votre texte un peu par hasard sans avoir suivi l’ensemble de la controverse en question. J’avoue avoir été un peu déçu. Je m’explique.

    Tout d’abord vous faites preuve de défauts similaires à ceux que vous critiquez (et que je ne nie pas entièrement) dans le texte que vous analysez. Vous utilisez une façade prétendument objective, l’analyse de l’argumentation et de la stylistique, alors que votre style et votre argumentation révèlent clairement votre subjectivité.
    Le vocabulaire que vous utilisez est souvent péjoratif ou moqueur, c’est votre droit le plus complet mais cela discrédite à mes yeux votre propos. Ce n’est pas parce que vous n’appartenez pas à une communauté de fidèle que disqualifier leur croyance est nécessaire.
    Parfois derrière des expressions techniques le contenu n’est pas à la hauteur. Par exemple vous parlez de « situation d’énonciation » signalant le passage du « nous » au « ils ». Puis-je vous faire remarquer que le premier item de la prière contient aussi « celles et ceux? Puis-je vous signaler que la prière universelle prends quasiment toujours cette forme? Puis-je vous signaler que la « situation d’énonciation » n’a pas changé puisqu’il s’agit toujours des fidèles qui prient pour « celles et ceux qui… »?

    Par ailleurs, vous dénoncez une faiblesse de l’argumentation, mais vous oubliez justement de prendre en considération le type de discours dont il s’agit (une prière) et sa situation d’énonciation (une communauté de fidèles s’adressant à dieu). Petite correction d’ailleurs de l’une de vos affirmations, la prière universelle n’est pas toujours lue par le prêtre mais le plus souvent par un fidèle, parfois le prêtre ajoute un ou deux items.

    Je ne veux pas dire que cette prière soit exempte de maladresse, je ne veux pas dire qu’elle reflète mes convictions, mais votre article me semble profondément biaisé et agressif ce que je trouve toujours dommage lorsqu’il s’agit d’engager un débat de société.
    Ce débat ne me semble pas illégitime, il porte précisément sur l’une de vos remarques : « à ceux qui souffrent (sauf les homos qui veulent des mômes) ». Il s’agit bel et bien de savoir si avoir des enfants est un droit, un besoin ou un simple fait. Prétendre qu’il s’agit d’une question évidente à trancher, dans un sens comme dans l’autre, est une épine dans le pied de nos relations sociales.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre intérêt pour mon texte

      vous faites quelque chose qui me plaît beaucoup (comme corpus je veux dire) : vous construisez une image factice de mon texte de manière à vous y appuyer pour le contester – michel pêcheux a écrit un texte magnifique sur les cheveux du baron de münchhausen, vous savez, celui qui, pour se sortir de la rivière, se hisse lui-même par les cheveux

      vous me reprochez ma subjectivité : mais je n’ai jamais dit que j’écrivais un texte objectif, il est bourré d’ironie, d’allusion et de subjectivité, et de « biais » et c’est exactement le genre de discours que j’ai choisi
      vous parlez de « débat de société » : mais quel débat ? mon texte ne porte pas sur le débat, mais sur le texte de la prière – la dimension méta- doit vous échapper – je me permets de vous rappeler qu’une prière est un texte de foi, fondé sur l’adhésion à des croyances, il ne devrait pas y être question de « débat », qui en principe fait appel à la rationalité
      ensuite vous me faites faire de l’argumentation et de la stylistique : c’est plutôt de l’analyse du discours à entrée lexicale, pour aller vite, et de la linguistique énonciative
      je pense que vous confondez situation d’énonciation et système pronominal – quand j’étudie les glissements de pronoms, c’est au sein de la même situation d’énonciation, qui est une notion que je maîtrise à peu près
      vous dites que mon texte est agressif : je ne sais pas dans quel univers vous vivez, mais je ne peux m’empêcher de sourire à cette remarque

      vos contestations sont sans objet (sauf votre correctif sur la lecture de la prière, que j’accepte volontiers), c’est ce qui se passe quand elles s’exercent sur un objet imaginaire

      • Corentin dit :

        Madame,

        Je suis très heureux que vous aimiez ce que je fais.

        Tout d’abord je m’excuse d’avoir cru que derrière l’ironie que j’avais remarquée (j’avais dit « péjoratif et moqueur ») il y aurait pu y avoir une thèse. C’est bien la difficulté de l’ironie, on ne sait pas quand ça commence et quand ça s’arrête. J’entendais bien l’ironie de votre
        « quand on est le grand chef des évêques de France, qu’on tape la discute avec le patron des cathos du monde, qu’on est quand même un peu en relation avec le vieux barbu là-haut »

        En revanche je ne sentais pas celle contenue par exemple dans :
        « Le texte dégage un sentiment de vide et de superficialité : tout y est prétendu, imaginaire ou mythologique. »
        Ou encore
        « ce qui me frappe dans ce texte, c’est cette bouillie mystique, ce fantasme de l’autre monde, avec des créatures qui vivent dans le ciel et d’autres qui y montent, d’autres encore qui en descendent. »
        Bien sûr j’y sens bien la subjectivité, le jugement de valeur sur les croyances des uns et des autres.

        Par ailleurs, j’ai bien compris que votre texte ne portait pas sur le débat. Justement mon argumentation (sûrement malhabile) consistait à vous rappeler que ce texte que vous critiquiez n’était pas un argumentaire mais une prière. J’ai dû probablement mal interprété votre ironie dans les formules faisant référence à l’argumentaire de ce texte (par exemple  » il est d’une pauvreté argumentative et affective absolument réjouissante »). Bref, effectivement je vous accorde qu’il n’est pas question de débat dans un texte de foi, je ne comprends donc pas l’intérêt de votre article.

        Je prends note de vos correctifs terminologiques et de ma confusion entre système pronominal et situation d’énonciation, j’ai écrit trop vite, troublé par votre usage du terme d' »énonciation » (ou « énonciative »), mea culpa. Il reste que votre analyse des pronoms me semble orientée. Et vous me répondrez à nouveau que votre analyse ne se veut pas autre chose que cela… sans doute, si vous le dites. Mais vous ne m’enlèverez pas de l’idée que votre texte s’appuie sur des ressources techniques qui ne me semblent pas ironiques et que vous faites une extrapolation dans votre lecture des pronoms.

        Concernant l’univers dans lequel je vis, j’avoue ne pas bien comprendre, est-ce une manière de moquer ma naïveté?

  6. lazare dit :

    bonjour,

    vous devez être bien oisif pour émettre de tels jugements …

    permettez moi de vous plaindre et prier pour que le Saint Esprit ait pitié de vous !
    bonne journée à vous

    patrick

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de vos prières, je suis sûre qu’elles contribueront fortement au rachat de ma pauvre âme oisive

      • Marie-Anne Paveau dit :

        curieusement, je reçois une réponse par mail à ma réponse précédente, un « oui » fort concis, mais doté d’une très jolie prière assortie d’une illustration (un crucifix en gloire c’est-à-dire diffusant la lumière divine : http://penseedudiscours.hypotheses.org/files/2012/08/images.jpeg), elle-même assortie d’une maxime qui vaut son pesant de pain bénit :

        Ave Maria,
        gracia plena,
        Dominus tecum :
        benedicta tu in mulieribus,
        et benedictus fructus ventris tui, Jesus.
        Sancta Maria,
        Mater Dei,
        ora pro nobis peccatoribus,
        nunc et in hora mortis nostrae.

        Amen.
        ——===ooOoo===——
        « Tolérance : c’est quand on connaît des cons et qu’on ne dit pas les noms. »

        Seconde réponse

        je publie le dernier commentaire reçu, envoyé à hypothèses mais reçu dans ma boîte mail (petit mystère qu’il faudra éclaircir) – il est bien intéressant, quoique assez banal dans sa forme : montée rapide de l’agression, islamophobie, mention d’attaques imaginaires, victimisation – un modèle typique de rhétorique polémique. J’avoue que c’est la première fois qu’on me traite de « brouette anticléricale », je trouve ça plutôt plaisant.

        le voici :
        discuter avec une brouette anti cléricale qui cherche la nuisance avant de commencer à chercher à connaître une religion qu’elle ne survole que fort mal, visiblement, ne m’apportera rien, aussi ne cherchez pas, je reste avec ma croyance, qu’elle vous plaise ou non, elle ne peut me faire du mal, contrairement à ceux qui se décarcassent à longueur de journée pour trouver le moindre «  » petit bidule qui ne va pas » » !!!

        attaquez vous au monde musulman, et cherchez bien, leurs discours sont beaucoup plus apaisant avec leur religion de paix et de tolérance qui nous fait des « Vladimir » qui tuent les bons « visages pâles » ou « faces de craies « , comme ils aiment à dire ….

        le démon Chrétien que je suis vous propose donc de changer de cible !!!

        ha oui, nous, nous tendons notre l’autre joue, c’est beaucoup plus facile !!!

        attaquez vous donc à l’Islam radical au lieu de critiquer une prière tolérante même si elle défend les bases de notre religion !!!

        tenez …. la commune d’Amiens offre un terrain aux musulmans pour créer une mosquée… n’est ce pas contraire à la loi de 1901 ???

        allez faites nous de beaux billets sur cette belle religion de tolérance qui aime les femmes …… à un point qu’elles passent juste après le chien….

        et que voulez nous écrire sur ces voyous, pas des jeunes, qui toujours à Amiens tirent sur la police ?

        ha oui c’est de la faute à la police qui gêne le petit commerce de résine … j’oubliais !!! suis je bête !!!!

        ma sclérose en plaque et les 2 grammes de morphine/jour me fatigue énormément, sans compter qu’écrire allongé n’est guère aisé, aussi vos messages vont maintenant, directement chez MR SPAM.

        je refuse de discuter avec des assimilés journalistes ancrés à gauche toute, et inaptes à comprendre autre chose que ce que EUX pensent être vrai, les autres étant évidemment tous des idiots !!!

        bonne journée à vous et pardonnez moi de préférer un clocher dans un paysage français plutôt qu’un minaret !

        au revoir, voire adieu …..

  7. Baptiste dit :

    Je confirme que les sociologues n’utilisent pas sociétal. Ou plutôt, quand ils l’utilisent, c’est en références aux travaux de Maurice, Sellier et Silvestre,  » Politique d’éducation et organisation industrielle » (1981), dans lequel ils utilisent — en s’en excusant — ce néologisme pour proposer la comparaison de systèmes d’éducation entre eux… probablement parce que « systémique » était déjà pris.
    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfp_0556-7807_1984_num_67_1_2331_t1_0067_0000_1

  8. Claire Placial dit :

    Merci Marie-Anne pour cette franche partie de rire à la lecture de ton billet. Le style de la prière est désolant en effet. (Jean, Jérôme, Augustin, Pascal, Bossuet, Bernanos, revenez!)
    Pour ce qui est de la citation: je me demande quelle proportion des pratiquants la repère. J’ai le même genre de fréquentation des églises que toi, je fréquente peu de catholiques fervents. Les Evangiles sont pas mal lus. Mais je ne suis pas certaine que tous entendent la citation.
    Dans la littérature, les allusions cachées à la Bible sont légion (chez Heine il y en a des satiriques toues les trois pages), mais c’est la littérature, justement. Et l’exégèse en général précise au contraire les références scripturaires, parce que la citation de la Bible est l’argument d’autorité par excellence. Avec un brin de mauvaise foi, je dirais que c’est du coup une autre bêtise argumentative de ce texte, que de passer à côté d’un argument d’autorité aussi facile en zappant la référence! Cela dit, il est *très* rare (et j’ai passé 5 ans de thèse à m’en énerver genre 3 fois par jour) que l’auteur de la traduction soit identifié.

    Quelle traduction est utilisée ici? Je ne sais pas. La recherche par Google me fait tomber encore et toujours sur la prière, et comme les textes bibliques sont bien répertoriés, je pense que cela veut dire que ce n’est pas une traduction précisément citée, du moins pas numérisée. Je présume que c’est un arrangement citationnel avec Luc, peut-être cité de mémoire par le rédacteur du texte, et remis à la sauce rhétorique du gloubiboulga sociétal. A moins que ce ne soit la traduction liturgique? Mais elle est stylistiquement certes soft, mais moins absconse (concrétisait sa réponse envers eux? pitié!) Enfin, je dis ça, je suppute. (j’ai bien écrit: suppute, pas de mauvaise pensée)

    J’ai voulu faire le tour des Bibles que j’ai chez moi, et je constate que je suis bien mécréante: la seule catholique que j’ai, c’est celle de Port-Royal (je révère Port-Royal, et « concrétiser sa réponse envers », tu montre ça à Arnauld et Nicole et c’est l’anathème pour les siècles des siècles, donc c’est pas ça), sinon j’ai Segond, Luther, la King James, la Bible en français courant (protestante, pour les missions) et la nouvelle Bayard. Je ne regarde même pas dedans: le jour n’est pas encore arrivé où on lira une traduction hérétique dans une église catholique.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je savais bien que tu aurais plein de bibles… je trouve que c’est un des trucs les plus intéressants, cette « bêtise » argumentative comme tu dis, et je suis d’accord, j’y ajoute une bêtise énonciative qui me semble signifier cette fermeture idéologique si fréquente : on se comprend, on parle entre soi, il n’y a pas de dehors, comme dit althusser, il n’y a pas d’autre comme dit lacan – ces deux-là se seraient bien marrés à la lecture de ce texte je pense…

  1. 17/08/2012

    […] tarabuste dans la polémique qui a fait rage cette semaine, autour des prises de position et de la prière du 15 août de l’Eglise catholique française contre le mariage gay. (C) […]

  2. 23/08/2012

    […] Coup d’épée dans l’eau bénite (La pensée du discours) Une critique du texte de la prière. […]