Linguistique et numérique 3. Blogs anglophones : l’abondance

8 août 2012
Par

Sans la liberté de clamer, il n'est pas de blog créateur (Beau Marché) Les citations d'@elizaleg

Dans un de ses derniers posts, consacré aux commentaires, Arnold Zwicky, un de mes blogueurs américains préférés, mentionne "the linguablogger world". Il existe donc un "linguablogger world", mais indiquez-moi vite sur quelle planète, SVP, qu'on y envoie Curiosity ! En fait, c'est sur la planète anglophone, sur laquelle règne l'abondance, une abondance externe, en nombre de blogs, mais également interne, en quantité d'écrits produits par le blogueur.

Des centaines de blogs dans le "linguablogger world"

Commençons par l'abondance externe. Je n'ai pas l'intention de recenser tous les blogs linguistiques du "linguablogger world", je manque de temps pour cela et ce n'est pas dans mes objectifs. Il en existe des centaines, qui appartiennent aux sphères étatsunienne, britannique, australienne, mais également à toutes les aires anglophones, de l'Asie du Sud-Est à l'Afrique du Sud en passant par le Canada et la Scandinavie. Mais il existe plusieurs listes, sous différentes formes (souvent des top-lists), comme celles-ci, qui donnent une bonne indication du nombre et de la variété des "linguablogs :

– La  liste Top 25 Language Professionals Blogs 2011 décrit des blogs "professionnels", c'est-à-dire tenus par des linguistes ou traducteurs, consacrés à la traduction (assez nombreux), l'écriture, les variantes anglaise et américaine de l'anglais, la sociolinguistique, les langues romanes, le suédois, la linguistique appliquée, la terminologie…

– La liste Top 100 Language Lovers 2011 recense 100 blogs plus amateurs, de "language enthusiasts ", sélectionnés parmi 742 "nominations". On y trouve des blogs de linguistes "professionnels", mais également des blogs d'enseignement-apprentissage des langues par des "teachers", d'apprentissage rapide des langues ("Do you want to learn polish, japanese, korean, italian ?"), de remédiation linguistique ("Ask, and we answer"), des blogs sur la communication interculturelle, sur la traduction également, etc.

Ces deux listes issues de concours annuels sont produites depuis 2008 par les sites Lexiophiles (où l'on trouvera les informations pour la compétition 2012)  et bab.la, qui est un portail plutôt tourné vers la traduction. On peut également citer la liste de Best of the Web Blog, sous la catégorie Social Sciences Language and Linguistics, ou celle de Online Courses, intitulées 50 Best Blogs for linguistic Students, ou encore les Computational Linguistics Blogs sur le blog The Mendicant Bug. il y a encore d'autres listes, mais on peut aussi consulter les références données par les lingbloggers eux-mêmes : sur le blog du linguiste américain Neal Whitman par exemple, intitulé Literal-Minded. Linguistic commentary from a guy who takes things too literally, on trouve dans le blogroll une liste importante de blogs classés selon la fraîcheur de leur mise à jour. Et de nombreuses références sont également disponibles dans les blogrolls des blogs que je vais mentionner maintenant.

My Top 6 Language Blogs

Je présente quelque blogs que je lis depuis plusieurs années et dont je diffuse régulièrement les posts sur Twitter. C'est ma "Top Six List" personnelle. Je donne la page "About" des blogs cités :

Arnold Zwicky. A Blog Mostly about Language : "Information about me on my webpage : http://www.stanford.edu/~zwicky. E-mail to: zwicky@stanford.edu.  Please use e-mail to suggest topics for my blogging." Depuis 2008.

Language Log : "Language Log was started in the summer of 2003 by Mark Liberman and Geoffrey Pullum. For nearly five years, it ran on the same elderly linux box, with the same 2003-era blogging software, sitting in a dusty corner of a group office at the Institute for Research in Cognitive Science at the University of Pennsylvania. Other more or less regular contributors include Arnold Zwicky, Ben Zimmer,  Victor Mair, Bill Poser, Heidi Harley, Roger Shuy, Geoff Nunberg, Eric Bakovic, Sally Thomason, Barbara Partee, and John McWhorter. And an additional cast of dozens have blogged here from time to time."

– Language Hat : Un des plus anciens, Language Hat vient de fêter ses dix ans et à cette occasion a posté dix billets dédiés. C'est une véritable institution. Stephen Dodson n'a pas de page "About" mais deux rubriques personnelles : The Languages of Languagehat et My Hats (excellent pour apprendre le vocabulaire chapelier).

The Virtual Linguist : "I'm Susan Harvey, or Susan Purcell, depending on who I'm with, where I am, and what I'm writing. I'm a linguist in both senses of the word. I speak and write on English linguistics and I know other languages - French, German and Russian, in my case. I'm the author of several books, including BBC Talk French Grammar, The Kingfisher Illustrated Pocket Dictionary and The Kingfisher Illustrated Pocket Thesaurus. I'm co-editor of The Puzzler Crossword Solver's Dictionary. I live in Guildford, Surrey.
You can contact me on a googlemail.com email account. The first part is virtuallinguist, all one word." Depuis 2011.

Dialect Blog : "Dialect Blog was launched in 2011 as a place for hobbyists, actors, linguists and curiosity-seekers to learn about and discuss the dialects of the English language."

The Lousy Linguist. Notes on linguistics and Cognition : "I am a linguist who has worked in academia, government consulting, NLP, and the branding and marketing industry. I used to be a graduate student in linguistics specializing in the syntax-semantics interface and verb classes (can you say "Ay-Bee-Dee" boys and girls?). I'm currently a software trainer/consultant with a large defense contractor in the Washington DC metro area."

La page d'accueil donne en outre ces deux jolies citations : "Laymen are generally lousy linguists: they do not know what questions to ask, they do not know how to look for answers to them and they are too ready to accept generalizations to which they could easily find counter examples." ---James D. McCawley. 

"Asking a linguist how many languages they speak is like asking a doctor how many diseases they have." ---Lynne Murphy (aka lynneguist)

"Bloguer pour l'abondance"

L'abondance interne dont je parlais plus haut est un concept défini par Paule Mackrous, une de mes blogueuses préférées, qui tient Effet de présence, où elle publie régulièrement sur l'activité du blogging ou sur des questions liées au numérique. En janvier dernier, elle a publié un billet intitulé "Bloguer pour l'abondance", reflet d'une communication présentée lors d'un colloque. Elle y écrit ceci :

J'ai envie d’aborder l’écriture sur les blogs avec une notion que je trouve super importante et qui est en lien avec l’aspect insaisissable du blog. Cette notion est l’abondance. L’abondance des blogs, des idées sur les blogs, mais surtout l’abondance dans le processus d’écriture du blog lui-même. Je crois pouvoir affirmer que, ces temps-ci, j’écris presque tout le temps. J’écris compulsivement pour ne pas être bloquée, car cette sensation m’est insupportable. Que ce soit des articles, un journal intime, des tweets, ma thèse ou des chansons country : j’écris. Mes blogs font partie pour moi de cet acte d’écrire en continu.

Abondance, continuité, flux, et pour moi fluidité. Chacun se construit son art et sa manière de bloguer, mais il y a bien ça dans le fait d'écrire dans les univers en ligne : une absence, non pas de contraintes, elles sont bien là et elles sont parfois fortes, mais d'impossibilité. Alors que l'écriture hors ligne est parfois impossible, empêchée ou même interdite, parce que les obstacles sont là, et qu'ils sont robustes, voire violents, en ligne, on peut écrire ; je ne dis pas que l'écriture réussit, mais elle se produit, elle advient. Dans le domaine scientifique SHS, et en particulier en linguistique, quelles peuvent être les fonctions de cette "advenue" ? Je sacrifie après d'autres (voir les références ci-dessous) à un court moment d'analyse des blogs scientifiques qui me semble assumer les fonctions suivantes :

– le blog comme outil de communication ; C'est sans doute sa fonction zéro, celle qu'il partage avec tous les blogs du web. On trouvera sur ce point la thèse de Nolwenn Hénaff sur TEL : Parole authentique versus parole instrumentalisée : le pouvoir communicationnel des blogs.

– le blog comme lieu de l'élaboration de la science, sous différentes formes y compris des formes différentes : mes séries de saison commencées il y a deux ans, dont le format a été repris ça et là, constituent sans doute une de ces formes différentes de recherche en ligne ; il y en a d'autres bien sûr : la forme brève voire très brève, le travail collectif, l'écriture collaborative. Et la différence vient aussi de la porosité entre les formats : ma série de l'été dernier sur la pornographie est en train de se transformer en livre ; ma toute première série, "Les diseurs de vérité", issue des données préparatoires du livre que j'écrivais alors, Langage et morale, a été réécrite sous forme "académique" pour un article. Je ne parle pas ici de la "déclinaison" du même article que vous connaissons (malheureusement) bien dans le champ de la publication traditionnelle ; je parle de formats, et, partant, de contenus qui sont modifiés par ces mêmes formats. À propos de forme académique, on objectera sans doute l'absence d'évaluation des pairs (la fameuse peer review) pour discréditer le blogging. Il y a un débat très important sur cette question, de nombreux arguments et l'on sait que la peer review est loin d'être une garantie scientifique : l'évaluation de la science collaborative en ligne se fait autrement, et à mon avis de manière plus professionnelle. Mais c'est une autre question…

– le blog comme source. C'est sans doute le trait le plus fragile et nous sommes quelques-uns à travailler pour que les blogs constituent des sources de savoir scientifique, et soient donc référencés de la même manière que les autres publications. O. Ertzscheid a écrit récemment un billet assez énervé sur cette question, et je ne peux qu'être d'accord avec lui, puisque j'ai moi-même ajouté des rubriques sur ma fiche AERES ; mais je ne suis pas sûre qu'elles resteront, puisque les rapports AERES d'équipe sont collectifs, et nos fiches ne servent pas à l'évaluation individuelle. C'est sur les dossiers de promotion et d'évaluation personnels qu'il faut mentionner nos activités numériques. L'APA et le MLA ont intégré à leur grille les modes de citation des billets de blogs, et de messages sur les réseaux (mais aussi de videos sur Youtube, d'images, de pages web et même de cartes. Je remplis désormais à la fin de mes billets la rubrique "comment citer ce billet". Les blogs sont des sources de savoir et également d'apprentissage.

– le blog comme villa, comme lieu de rencontre, de travail ensemble et de collaboration (je reprends la métaphore désormais bien installée de la #VillaRéflexive, qui désigne le blog collectif Espaces réflexifs) ; un blog, c'est bien mieux qu'un colloque, bien plus international que tous les congrès mondiaux du monde (beaucoup moins ennuyeux surtout) et aussi bien qu'un séminaire. De la villa réflexive sont sorties quelques belles amitiés, mais aussi des collaborations et projets scientifiques à long terme, que l'on verra se déployer… en suivant les informations données sur nos carnets et blogs.

– le blog comme lieu de la fluidité du flux, contre l'arrogante et aride solidité des mainstreams ; s'y élabore jour après jour une recherche fluide, qui défie le contrôle des productions scientifiques, effectué tant explicitement par les institutions évaluatrices qu'implicitement par les détenteurs du pouvoir académique. Cette fluidité implique parfois une certaine "irrelevance", comme le souligne Paule Mackrous dans un billet intitulé "Bloguer : le remix comme pratique critique à l'ère d'internet" :

Il peut sembler étrange de constater que, sur mes blogs, je privilégie la quantité plutôt que la qualité. Toutefois l’abondance, c’est la quantité perçue comme quelque chose qui ne se dénombre pas vraiment. Plus j’écris, plus j’ai des idées, plus j’ai envie d’écrire. Puisque la majeure partie de mon travail, de mes loisirs et de ce que je dois faire pour mes études en ce moment requièrent l’écriture, je veux avoir envie d’écrire à tout moment. Privilégier la quantité plutôt que la qualité est une manière pour moi de garder un flux actif. Dans un tel flux, on s’en doute, tout n’est pas intéressant. Tel que Penelope Trunk, blogueuse active et ex net artiste, le mentionne: "if you can’t cope with a high degree of irrelevance, blog is not for you". J’endosse complètement cette affirmation. Toutefois, il me semble que même dans un flux rompu et peu actif, tout n’est pas intéressant non plus.

Je pense que cette géniale notion d'abondance numérique explique partiellement la rareté des blogs de recherche scientifique : l'abondance, c'est la fluidité incontrôlable, le détournement de l'appellation contrôlée, la qualité sans la norme NF, la crédibilité sans estampille. La créativité de l'abondance numérique contre l'idéologie de l'excellence scientifique.

Abondance de blogs ne nuit pas. Quelques références

Il existe énormément de billets anglophones, en particulier étatsuniens, sur le blogging scientifique depuis 2004-2005, et mon objectif n'est pas, encore une fois, de les rassembler, c'est un travail bibliographique passionnant que fera sans doute le carnetier de Analyse du discours numérique. Il existe cependant une recension importante de liens sur le blogging scientifique en 2005, sur le blog Scholars Who Blog, dont la compilation pourrait permettre une première synthèse des débats sur la question à l'époque. Je dis 2004-2005, mais il me faut citer un billet de 2002 sur le blogging scientifique, alors nommé "cognitique personnelle", rédigé en anglais par le Canadien Sébastien Paquet et traduit en français : "La cognitique personnelle en ligne et son utilisation en recherche". Cet article devenu classique fait l'objet de plusieurs reprises et citations sur les débuts du blogging scientifique. 10 ans, autant dire la préhistoire des blogs scientifiques et des blogs tout court d'ailleurs. Une petite sélection de quelques références :

En anglais :

– Eszter Hargittai, november 18, 2004, The academic contributions of blogging?, Out of the Crooked Timberhttp://crookedtimber.org/2004/11/18/the-academic-contributions-of-blogging/, consulté le 7 août 2012.

– Liz Lawley, February 8, 2005 : why do academics blog? , Mamamusingshttp://mamamusings.net/archives/2005/02/08/why_do_academics_blog.php

consulté le 7 août 2012.

– Henry Jenkins, April, 2008 : Why Academics should blog ?,  Confessions of an Aka-Fanhttp://henryjenkins.org/2008/04/why_academics_should_blog.html, (article analysé et résumé par O. Ertzscheid dans  "Les universitaires devraient blogguer" sur affordance.info), consultés le 7 août 2012.

– John Dupuis, July 11, 2012 : From the Archives: Interview with Jane of See Jane Computehttp://scienceblogs.com/confessions/2012/07/11/from-the-archives-interview-with-jane-of-see-jane-compute/, Confessions of a Science Librarian, consulté le 7 août 2012.

En français :

Il y a moins de choses, mais la bibliothèque commence à se remplir, en particulier grâce aux bibliographies et curations suivantes :

– Antoine Blanchard : liste de liens sur CiteULike.

– Jonathan Chibois : bibliographie sur le carnet Laspic.

– Mélodie Faury : bibliographie sur le carnet L'Infusoir.

– Les articles du Read Write Book :

+ Antoine Blanchard, 2010, « Ce que le blog apporte à la recherche », Read/Write Book, Marin Dacos (dir.), http://press.openedition.org/172, consulté le 7 août 2012.

+ André Gunthert, 2010, « Why Blog ? », Read/Write Book, Marin Dacos (dir.), http://press.openedition.org/174, consulté le 7 août 2012.

***

Crédit image : "California: The Cornucopia of the World. Room for millions of Immigrants. Propaganda Poster created to get immigrants to move to California", 1876, The Granger Collection, New York, Wikimedia Commons.

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 8 août 2012, Linguistique et numérique 3. Blogs anglophones : l'abondanceLa pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10271, consulté le…

Prochain billet : Linguistique et numérique 4. Les écritures de Protée : identités pseudonymes, collectives et multiples


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 08. Été 2012. Linguistique et numérique, Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Théorie du discours, Écologie du discours

2 commentaires pour “ Linguistique et numérique 3. Blogs anglophones : l’abondance ”

  1. [...] recherche conviviale, “abondante et fluide“, qu’un certain nombre d’acteurs universitaires cherchent à préserver, [...]

  2. [...] ce point d’ailleurs, Marie-Anne Paveau vient de publier un nouveau billet Linguistique et numérique 3 : l’abondance des blogs anglophones  qu’il me plaît d’évoquer en contrepoint. Elle y développe (entre bien [...]

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.