Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones

L’épreuve de la réalité étant souvent la preuve la plus convaincante, l’absence de commentaires de linguistes à mon dernier billet confirme la solitude du linguiste en ligne…* J’ai eu via Twitter des retours d’historiens par exemple, mais de linguistes, point (il est vrai qu’ils ne sont pas sur Twitter non plus). Mais alors où sont-ils ? pas dans la blogosphère non plus ! J’ai intitulé ce billet « Le désert des blogs francophones » pour indiquer un contraste avec les blogs anglophones qui sont très nombreux (plusieurs centaines), et dont je parlerai dans le prochain billet.

Des précurseurs ?

Je ne peux que citer d’emblée Technologies du langage, le blog de Jean Véronis ouvert en 2004, donc un des blogs scientifiques les plus anciens en français. Jean Véronis est linguiste mais aussi professeur d’informatique, ce qui pourrait expliquer cela. En fait, la spécialité en informatique fait la différence chez les linguistes français en termes de pages personnelles (ils en ont souvent), mais pas de blogs (ils n’en ont quasiment pas). Bloguer, c’est faire de la recherche en ligne, selon la définition que j’en proposais dans mon dernier billet (qui implique des modalités et des coefficients de scientificité divers), et c’est cette pratique qui est rare en France visiblement. Louis-Jean Calvet alimente depuis 2006 un blog intégré dans son site, mais il ne concerne pas les sciences du langage, c’est un blog d’humeur et d’air du temps sur le modèle du journal, d’ailleurs intitulé « Au jour le jour ». Alain Lecomte, dont je connaissais les travaux mais que j’ai rencontré ici même puisqu’il est venu déposer un commentaire sur la Pensée, alimente également un blog mixte, qui traite de sémantique et de logique, ses spécialités universitaires, mais aussi de ses voyages et de ses impressions de lecture ou autres. Il porte un très joli nom : Rumeurs d’espace, ouvert en 2010, mais successeur d’un blog plus ancien (2006), Kiki Soso Largyalo, tenu sur la plateforme du Monde. Je suis tombée récemment sur Linguistes blogueurs, sous-titré « Blogue de sciences du langage », ouvert en 2005 mais inactif depuis 2009. Il existe aussi un blog sur Noam Chomsky désormais inactif mais il ne compte… qu’un seul billet en linguistique. Hors de la plateforme Hypothèses, dont je vais parler maintenant, ce sont les seuls blogs de linguistes que je connaisse. J’ai bien scruté la liste des Academic Blogs in French, mais je n’ai rien trouvé de linguistique ou même linguisticoforme. Il m’en échappe très certainement, et je serais évidemment heureuse qu’on me les signale en commentaire (oups, j’oubliais que ce billet ne sera pas lu par les linguistes…).

(Un) peu de linguistique sur Hypothèses

Sur Hypothèses, comme pour les revues, la liste des carnets renseignés sous la catégorie « Linguistique » est trompeuse. C’est une sous-catégorie de « Langage » qui inclut aussi « Littératures » (je sais qu’il s’agit d’une classification pré-établie, mais je la trouve assez bizarre, et même amusante, ou provocatrice, vu les relations qu’entretiennent parfois les deux disciplines, mais c’est une autre question). Comme pour les revues, il me semble que « Linguistique » est plutôt un mot clé qui sert parfois à la catégorisation, ce qui donne des choses étranges. On trouve au 26.07.2012 19 carnets sous « Linguistique » dans le catalogue des carnets publiés ; en fait, seuls 10 traitent de questions de langue, même au sens large (je les passe en revue dans leur ordre d’apparition sur le catalogue). Une précaution cependant : ma revue peut avoir des allures de verdict du type « c’est/ce n’est pas de la linguistique », mais ce n’est pas du tout mon approche, puisque je fais partie des linguistes qui entendent qu’ils ne font pas de la « vraie » linguistique depuis leur thèse. Je veux seulement donner mes impressions sur les contenus des carnets, qui me semblent relever de la linguistique s’il y a un travail minimum sur la langue, au sens très simple du terme, c’est-à-dire… d’objet de la linguistique, et qui permettraient donc des échanges et des discussions en ligne (quand je dis « langue », cela veut dire aussi langue en contexte, c’est-à-dire texte, discours, interaction verbale, etc.)

– MIPRIMO, sous-titré « La migration prise aux mots. Récits, circulation des imaginaires et dynamiques sociales dans les migrations ouest-africaines » est le carnet d’une ANR pluridisciplinaire pilotée par une sociolinguiste. C’est un carnet informatif assez peu actif, où les billets portant sur des questions linguistiques sont assez rares.

– Carnets de la violence verbale propose pour l’instant peu de données langagières et d’analyses linguistiques, on a plutôt des billets sur des notions comme l’honneur ou la courtoisie, qui ne sont pas des notions linguistiques.

– Corps, langage et addiction est un carnet personnel qui a été créé pour accompagner des journées d’étude sur les formes langagières et discursives de l’addiction, il est plutôt informatif et peu actif (François, si tu me lis…).

– Diversity Linguistics Comment est selon moi un « vrai » carnet de linguistique, sur des questions formelles qui ne me passionnent guère, et qui ne permettent pas vraiment de discussion avec ce que je fais, mais j’aime bien le lire, je trouve les billets de très bonne qualité et je les publie volontiers en Une. C’est un carnet personnel anglophone et « à l’anglophone », j’y reviendrai dans le billet suivant.

Grammaticalia, qui vient juste d’être publié, est un carnet collectif sur « l’histoire de la linguistique latine antique », qui précise que ses « intérêts vont de la linguistique proprement dite aux questions de philologie, d’usage et de transmission des textes grammaticaux, en passant par les questions liées à l’éducation ». Je ne sais pas très bien ce que les carnetiers entendent par « linguistique proprement dite », et pour le moment il y a surtout des billets informatifs, mais il est d’ores et déjà intégré dans ma liste de « must read blogs ».

– Mater dolorosa, sous-titré « Recherches discursives sur l’absence et le deuil d’enfant », est le carnet de thèse d’une doctorante (que j’encadre), Catherine Ruchon, il est tout récent et encore peu rempli, mais le dernier billet montre que l’esprit « carnet » y règne et je suis sûre qu’il va devenir très vivant.

– MorFlog, sous-titré « Blog de Morfología e Historia del español » est également à mon sens un « vrai » carnet de linguistique, qui a publié de passionnants billets sur le genre grammatical en espagnol par exemple. J’ai du mal à le lire car je ne connais pas l’espagnol mais je suis en contact avec la carnetière, Elena Azofra, qui est l’une des futures locataires de la #VillaRéfllexive dont je parlerai à la fin de ce billet. Elena est très active au Conseil scientifique de la plateforme hispanophone.

– La pensée du discours, vous y êtes, et, évidemment, il me sert de parangon inévitable dans cette petite revue ; j’assume réflexivement mes prédiscours, mes préconceptions, mes formatages…

– Sinotype, sous-titré « The Hybrid Syntactic Typology of Sinitic Languages », est un blog collectif un peu analogue à Diversity Linguistics Comment, centré sur la typologie des langues chinoises.

– STL- ACTUALITES est le carnet de l’UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage », qui porte sur la linguistique, la philologie, la philosophie, l’histoire des sciences. C’est plutôt un carnet informatif.

Il faut citer également le blog d’un autre doctorant, qui n’est pas encore publié, Analyse du discours numérique, sous-titré « Blogging scientifique et carnet de recherche en SHS », qui porte sur les formes du discours en ligne dans les espaces d’écriture scientifique (j’encadre sa thèse également). Et le carnet REALISTA, que je co-anime en principe avec trois autres linguistes, est catégorisé en « Sciences cognitives » mais n’a pas été renseigné en linguistique alors que le sous-titre est : « Approches réalistes en linguistique ». Mystères et boules de gomme des catégorisations éditoriales… Je termine par mon « petit dernier », Technologies discursives, qui n’est pas encore publié (il est encore un peu vide) ; c’est le carnet d’accompagnement d’un livre numérique sur les traits de l’écriture en ligne. 

Linguistique, vraiment ?

Les autres carnets qui apparaissent sous la rubrique « Linguistique » ne parlent pas vraiment, ou pas du tout, de l’objet « langue ». L’objet « texte », par exemple, qui est souvent abordé, ne recouvre pas la langue : on peut parfaitement parler de texte sans analyser les données langagières et leur fonctionnement, ce que fait la littérature par exemple, ou, dans une certaine mesure, la traductologie, ou, dans une certaine mesure encore, le traitement automatique dont le but est de coder la langue naturelle, et non d’en analyser le fonctionnement.

Deux carnets sont consacrés aux traductions : Found in Wonderland, sous-titré « Un carnet de recherches sur les traductions françaises d’Alice in Wonderland » et Langues de feu. Le premier ne mentionne pas de données langagières et il est encore peu fourni, ayant publié plusieurs rapports protégés et quelques billets, pour la plupart informatifs. Le second est un de mes préférés : c’est le carnet de Claire Placial, future locataire elle aussi de la #VillaRéflexive. Claire écrit de beaux billets sur la traduction, ses difficultés, ses méthodes, son enseignement. Mais c’est un travail plutôt littéraire et la thèse qu’elle a défendue en décembre dernier, « Pour une histoire rapprochée des traductions » était d’ailleurs inscrite en littérature comparée. La traduction, c’est une affaire de langue, évidemment, mais l’approche n’en est pas forcément linguistique ; la linguistique peut être une discipline mobilisée, ou contributive. Sur la traduction, il y a aussi WatchDog, qui traite du rapport entre traduction et histoire, mais il ne contient que trois billets publiés entre décembre 2009 et janvier 2010. En cliquant sur « About me » je m’aperçois que c’est le carnet de Franziska Heimberger ; son sujet, les interprètes militaires et plus généralement la question des langues chez les Alliés pendant la Première Guerre mondiale est bien passionnant, et il est dommage que ce carnet soit vide. Le document sonore est un carnet de séminaire consacrée aux « objets sonores dans le monde des SHS numériques : de la collecte du matériel à la mise en ligne, de l’encodage aux exploitations, des outils de traitement automatique à la conservation patrimoniale ». C’est un lieu de rencontre interdisciplinaire où la linguistique est, là aussi, mobilisée ou contributive ; on n’y trouve cependant pas de contenus linguistiques au sens disciplinaire du terme.

FoxglovePhilologie à venir, sous-titré « Textes anciens et humanités numériques » et TEXperimenTales sont centrés sur les humanités numériques : dans ces carnets, on ne parle pas du fonctionnement de la langue, mais plutôt de l’encodage des textes ou d’édition numérique « savante » ou d’outils de traitement automatique des textes. La linguistique y est parfois un angle, mais non une préoccupation centrale : on n’y trouve pas de données langagières, ni d’analyses linguistiques, ni d’hypothèses sur le fonctionnement du langage ou des langues. Le terme de philologie fait par exemple référence à un travail historique sur les textes bien différent de la « linguistique comme science » telle que Saussure la définit comme l’étude d’un système en synchronie. Dans ces carnets, les problèmes abordés ne sont pas réellement de langue, ni de langage.

Je termine ma revue des carnets d’Hypothèses : Socio-informatique et argumentation, sous-titré « Concepts sociologiques et outils numériques pour l’analyse des controverses » est un carnet qui porte sur « l’articulation des approches de l’argumentation et des méthodes socio-informatiques permettant d’analyser de grands corpus évolutifs de données textuelles », en liaison avec le « Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive » de l’EHESS. Si les recherches qui y sont présentées font appel à un logiciel de traitement automatique des textes (Prospero), les questions linguistiques ne sont pas abordées en tant que telles, ce que soulignent souvent les chercheurs concernés dans leurs travaux : ni l’analyse du discours, ni la lexicologie, ni la sémantique ne sont visées, mais les transformations socio-historiques, les événements, les dispositifs. La socio-informatique considère la langue comme un mode d’expression du monde et la linguistique comme un outil. Enfin, Postures & récits, sous-titré « L’apprentissage de la lecture littéraire comme expérience à partir des récits de fiction » est un carnet qui traite du récit littéraire et j’avoue ne pas bien comprendre pas bien pourquoi il apparaît sous la catégorie « Linguistique ».

Mes connaissances de la blogosphère linguistique francophone sont sans doute lacunaires et j’espère que les lecteurs me signaleront des oublis, ce qui me permettra de découvrir d’autres nombreux beaux carnets de linguistique ! En l’état, j’ai identifié une douzaine de blogs de linguistique en français, dont une bonne partie sur Hypothèses. Je ne me lancerai pas dans des comparaisons avec les autres disciplines, après les surprises du dernier billet sur les revues. Mais je suis abonnée à plus d’une vingtaine de blogs philosophiques, au moins autant en sociologie et en histoire. Et au vu du catalogue d’Hypothèses, et même avec la réserve des catégorisations parfois peu pertinente, on ne peut que constater que les linguistes ne bloguent quasiment pas en France. Je dis « en France » car la francophonie est bien peu présente sur Hypothèses, comme le montre le catalogue : 5/8 carnets pour la Belgique, 4/5 pour le Canada et 3/5 pour la Suisse (pas de linguistique dans ces carnets) ; l’Afrique n’est pas représentée et nombre d’aires géographiques francophones sont absentes. Un futur vivier possible pour des carnets sur la langue et le langage ?

La joyeuse et créative #VillaRéflexive

C’est donc avec les blogueurs d’autres disciplines que je co-blogue et je voudrais terminer ce billet en mentionnant notre joyeuse et créative #VillaRéflexive : issue d’une initiative de la très talentueuse Mélodie Faury, à partir d’un billet de Benoît Kermoal, cette #Villa (la métaphore est issue de nos discussions sur Twitter et des bonheurs et plaisirs que nous avons eus à nous y installer mois après mois, à y apporter nos « touches déco », y accrocher nos photos, etc.) est un carnet collectif, Espaces réflexifs. Chaque mois est « habité » par un locataire-chercheur, qui y publie des billets sur ses conceptions de la réflexivité. C’est pour moi une aventure assez extraordinaire, pour plusieurs raisons : j’y lis et y apprends de l’anthropologie, de l’histoire des sciences, de l’histoire, bientôt de la traductologie, de la linguistique espagnole, de la culture visuelle… Comme je ne suis pas dans ma discipline, je suis forcée, dans mes propres écrits, à l’explicite, je ne peux écrire en roulant sur les prédonnées disciplinaires, ce qui est l’ordinaire des chercheurs dans leur discipline. J’y échoue sans doute souvent, car j’ai des retours sur la complexité et l’opacité du jargon linguistique ; je sais aussi que je pratique une discipline contre-intuitive : non, la langue n’est pas le reflet du monde, non la langue et le discours ne sont pas de simples véhicules de contenu, non, la beauté du mot n’est pas un critère linguistique, etc. Mais j’essaie de m’auto-expliciter et cela m’a sans doute apporté un peu de clarté et de rigueur, enfin je l’espère. Et puis la #Villa soutient mon désir épistémologique, elle nourrit mon enthousiasme de chercheuse, qui peut tomber sous la surcharge de travail ou la dureté de l’isolement scientifique. En ce moment, Benoît Kermoal habite les Espaces ; son dernier billet m’a tellement émue, et je parle d’une émotion scientifique, celle que j’avais essayé de saisir dans un texte écrit pour L’Infusoir, que j’ai préféré ne pas faire de commentaire. C’est ça aussi, la recherche scientifique, de l’émotion esthétique, du bonheur intellectuel ; je ne connais pas cela hors ligne.

Pour terminer, je voudrais redire ce que plusieurs d’entre nous ont affirmé ça et là : nous n’aurions pas eu cette créativité numérique et ces échanges fructueux sans Twitter, accompagné d’autres réseaux. Avant Twitter, ma « Pensée du discours » était assez isolée, je l’avais même écrit ; mon intégration au réseau de micro-blogging  a brusquement ouvert les relations, les possibles, les idées, les connaissances, en un mot, la science. Cela peut paraître dithyrambique, mais c’est ma réalité, et je pense qu’elle est un peu partagée : nous avons des blogs, des comptes sur les réseaux, des photoblogs, des pages Pinterest, et d’autres lieux numériques ; nous ouvrons des blogs collectifs, nous lançons des blogs personnels, nous faisons société sur le web et parfois nous faisons amitié. Nous mettons en place et solidifions un espace d’écriture scientifique en ligne, un espace fluide, ouvert et libre, où la rigueur, la justesse et la pensée n’en sont pas moins présentes. Nous n’avons pas d’illusion sur l’existence des frontières et des modalités de reconnaissance, nous savons bien que le web est un espace social, avec toutes les contraintes et les violences que cela implique. Mais il possède en plus la fluidité, qui implique de la mobilité, de la rapidité et du partage aisé ; les contre-pouvoirs s’y installent plus facilement. Nos espaces scientifiques hors ligne sont plus compacts, fixés et cloisonnés ; le pouvoir y est une donnée de la science. Ils nous y fige. Les linguistes ne savent pas ce qu’ils perdent…

* Au moment où je termine ce second billet de la série d’été, Yannick Prié poste un commentaire sur le premier, me faisant très justement remarquer un oubli. Merci Yannick, de ta remarque et de ta lecture !

Crédit photographique : photo issue de la série « Rayés les murs, striés les trottoirs », Mélodie Faury, exposition de l’auteure sur Saparis photo, 26.07.2012, CC

Prochain billet : Linguistique et numérique 3. Blogs anglophones : l’abondance

Pour citer ce billet : 

Paveau M.-A., 15 juillet 2012, Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophonesLa pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/10212, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Elena Azofra dit :

    Merci, Marie-Anne ! J’ arrive pour la première fois à poser un commentaire sur ton blog…
    Y ahora que empiezo siento de nuevo, como otras veces, que no puedo expresar en francés mi respuesta. En efecto, siento una especie de « emoción intelectual » tras la lectura de tus artículos (tes billets) y siempre me quedo con una sensación de vacío por no poder responder de una forma tan expresiva como me gustaría… En fin, espero que este comentario en español sirva de momento para hacerte llegar mi agradecimiento por tu generosa actividad en línea: como he dicho alguna vez, has sido uno de mis modelos como bloguera y recientemente también como « tuitera ». Yo también me siento bastante sola ante la ausencia de compañeros lingüistas en la blogosfera, pero el contacto con todos vosotros y la experiencia de la #Villa me devuelven la ilusión y el entusiasmo por el « vrai partage de blogs ».
    Je vais essayer de récuperer ma « competence active » en français (et de perdre ma honte à écrire publiquement en français)… Les vacances seront une bonne opportunité ! Mon Twitter me demande chaque jour: « Esta página está escrita en francés. ¿Quieres traducirla? » . Es una señal: cuando interacciono en Twitter, pienso en francés… 🙂

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci elena pour ton commentaire, je suis passée par google translate, car je suis bien moins compétente que toi tu vois, je ne parle presque pas un mot d’espagnol ! en tout cas à ce que tu me dis je vois que les blogs de linguistique sont rares aussi dans la blogosphère hispanophone : un discours de recherche en ligne, qui conserve toute la rigueur des publications « légitimes », tout en inventant des tons nouveaux, mais qui ne tombe pas dans la facilité, c’est encore difficile semble-t-il en europe – dans le prochain billet je présenterai la myriade de blogs anglophones, qui pratiquent ce type d’écriture depuis presque dix ans, tout en maintenant cependant des interrogations sur cette forme de discours non institutionnelle

  2. Claire Placial dit :

    Merci Marie-Anne! Je découvre ton billet aujourd’hui en écrivant mon liminaire pour la Villa Réflexive. Merci beaucoup de tes gentils mots. Je me rappelle la perplexité certaine pour situer ce que je voulais faire de mon carnet lors de la demande le 31 décembre dernier: il y avait plein de cases à cocher, et si nombreuses étaient les cases cousines, aucune n’était la case jumelle. Mais il est certain que ce que j’écris dedans (et qui a pas mal divergé du projet original, en plus!) n’est pas de la linguistique. Et plus ça va, moins je me sens « littéraire ». Parler autour de la langue n’est pas faire de la linguistique, et je crois que vouloir faire du discours sur la traduction une branche de la linguistique n’est pas la panacée. Par ailleurs, ce que tu écris en introduction du panorama des carnets sur la langue mais pas linguistiques m’éclaire pas mal et me permet de mieux me situer, sur l’objet « texte » notamment: une fois qu’on aura viré tous les modalisateurs dont j’abuse, il n’est pas invraisemblable que le mot « texte » apparaisse en haut de la liste de mes mots!

    Je suis très touchée par ces phrases, toutes simples, écrites comme en passant « non, la langue n’est pas le reflet du monde, non la langue et le discours ne sont pas de simples véhicules de contenu, non, la beauté du mot n’est pas un critère linguistique, etc ». C’est ce qui a fait sans doute que ton carnet a été une de mes lectures importantes depuis que je le connais, parce qu’il permettait de resituer, en les décentrant, ces mêmes idées qui sont absolument centrales dans la réflexion que je construis sur la traduction. Je dis décentrer, parce que tu le fais en termes de linguistique, d’analyse de discours. J’ai le sentiment que souvent, le signe que je tiens un truc intéressant, c’est qu’il est exprimé autrement par les autres disciplines, avec quelque chose de commun.

    ça me donne très envie de lire d’autres linguistes – des vrais, des durs, pour, les voyant travailler, mieux percevoir (réflexivité!) en quoi mes histoires de langue en divergent!

    • Claire Placial dit :

      Addendum: et merci pour tous ces liens! J’aime beaucoup ta pratique de l’hypertexte. Je n’avais pas lu le billet « in (cyber)space no one can hear you scream ». J’aurais bien commenté dessus, mais on ne peut plus, je le fais là: déjà, Sérendip a encore frappé, cette question du silence et de la réponse a fait fortement écho à ma méditation du jour, bon, passons. Ensuite, j’ajouterais qu’il y a comme une conversation muette qui peut se faire, mais entre gens qui se connaissent soit « irl » soit par twitter, etc: je me rends compte quotidiennement en parlant avec l’un ou l’autre (l’un plus que les autres) qu’ils lisent ce que j’écris; le silence n’est pas un signe de blogueuse « clamans in deserto ». Le manitoba ne répond pas, mais il n’en perd pas une miette, et il trouvera peut-être un biais détourné de réponse. ça m’évoque aussi l’enseignement: on sème, on sème, et on ne sait pas trop ce qui va pousser. (du reste on se trouve soi même plein de germinations imprévues)

      • Marie-Anne Paveau dit :

        dis donc des commentatrices comme toi, claire, on s’y abonnerait… merci et vive la sérendipité !
        situer la traduction est très difficile je trouve, en linguistique il y a cette « traductologie » mais comme toi je trouve que ça ne va pas, tellement le passage d’une langue à l’autre, surtout littéraire, fait appel à autre chose qu’à… de la langue justement – et à partir de la littérature, qui se passe parfois de la forme (mais commet fait-elle ? ;=))), ça ne va pas non plus
        le texte comme objet, c’est exactement ça, jean-michel adam a eu une collection qui s’appelait « science des textes et des discours », et j’aimais bien ce nom
        tu veux lire des linguistes, des vrais, des durs, des… tatoués ? vas-y, tu pourrais commencer par un petit chomsky, « structures syntaxiques » de 1956 par exemple…
        j’aime bien lire que le manitoba « n’en perd pas une miette », je sais théoriquement qu’elle existe, cette conversation silencieuse, mais parfois je doute, et tu as raison je trouve de comparer avec l’enseignement qui fait parfois cette même impression de « clamare in deserto » – finalement, on ne sait pas bien où et quand, mais ça germe et ça pousse, y compris en nous-mêmes

        • ALiCe__M dit :

          Oui oui, « ça germe et ça pousse » ! les mots ne sont jamais dits dans le désert, au fond… et si on ne sait pas bien où situer la traduction, eh bien, tant mieux, je trouve ! c’est peut-être le signe de quelque chose… merci Marie-Anne pour ce billet, et tous ces liens intéressants que je vais aller explorer.

  3. Lodi dit :

    Je suis également intriguée, en ma qualité de bientôt-doctorante-linguiste, par cette désertion blogosphérique. Je n’avais pourtant pas été jusqu’à fouiner autant.
    Ce billet donne déjà plusieurs de pistes pour une débutante comme moi. Pourquoi pas tenter le carnet de recherche, quand je serai plongée plus profondemment dans mon sujet ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci pour ce commentaire, je suis ravie qu’une future linguiste déploie dès à présent son activité numérique… le carnet, excellente idée bien sûr : je suis pour le doctorat 2.0 et le carnet est un bon outil de travail pour la thèse – il y a plusieurs carnets de thèse sur Hypothèses et vous êtes la bienvenue – pour les blogs de linguistique, la question est de savoir pourquoi il y en a aussi peu, je tenterai d’y répondre dans les prochains billets

      • Lodi dit :

        Je vais suivre de près le carnet des autres doctorants pour découvrir comment ils exploitent leur carnet en ligne. L’idée ne m’était pas encore venue, et je ne vois pas encore bien quoi en faire.
        J’attends avec interêt votre analyse de la situation…

  4. Alain L. dit :

    merci Marie-Anne de ce billet de survol. Oui, où ont les linguistes? bonne question, c’est pourtant eux qu’on devrait trouver en premier sur les blogs… Les collègues ne se pressent pas au portillon… mais donnons leur l’excuse d’être en ce moment… en vacances!

  1. 27/07/2012

    […] foin d’extraits: lisez toute la section #VillaRéflexive, vous dis-je! C’est un bonheur de lecture (mais aussi la rencontre avec un bonheur […]

  2. 29/07/2012

    […] aux billets publiés sur twitter. Marie-Anne Paveau a d’ailleurs  parfaitement expliqué dans le dernier billet publié sur son carnet de recherche La Pensée du Discours tout l’intérêt qu’on peut porter […]

  3. 02/08/2012

    […] Marie-Anne (26 juillet 2012) “Linguistique et numérique 2. Le désert des blogs francophones”. La pensée du discours [Carnet de recherche]. Consulté le 28 mai 2012. […]