La mémoire des robes

Hier, Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l’Assemblée nationale, à une question qui la concernait. Et hier, au moment de sa réponse, elle a été huée, et/ou sifflée, c’est difficile à dire parce que les vidéos qui circulent ne sont pas très précises. L’internet relaie sans hésitation qu’elle a été huée à cause de sa robe (ici, ici). Admettons. Si c’est le cas, mes bras de couturière m’en tombent, et avec eux les dizaines de robes qui sont dans mon placard, à fleurs et à carreaux, en madras et en bazin, en tissu provençal et en liberty.



 Plusieurs commentaires circulent sur l’affaire, qui avancent l’une des deux interprétations suivantes :

– derrière la robe, c’est la femme qui est huée et c’est la domination masculine qui parle, qui peut tout aussi bien être portée par des voix féminines (porteuses de tailleurs-vestes) ; Olympe et Les Nouvelles News rappellent très justement que le jean du conseil des ministres avait été condamné par Nadine Morano et Valérie Pécresse, et il est intéressant d’ailleurs que la condamnation ait été formulée dans un lexique moral (« irrespectueux ») :

Après le jean, on se souvient que la presse avait concentré ses efforts intellectuels sur la robe verte de la photographie officielle du Gouvernement.

– derrière la robe c’est la personne qui est huée, parce qu’elle est une « tête à claques », comme l’avance Autheuil dans son dernier billet, avec une grossièreté surplombante qu’il a sans doute apprise derrière les bancs de l’assemblée. Au moins, il ne la réserve pas aux femmes et Montebourg en prend également pour son grade. Je préfère cette impression de l’un de mes correspondants sur Twitter, répondant à l’un de mes tweets (« Mais qu’est-ce qu’elle a cette robe ? ») : « Elle est portée par Cécile Duflot. Je crois qu’elle est maintenant l’objet d’une fixation haineuse parfaitement irrationnelle ». Entièrement d’accord sur le côté irrationnel, et même inconscient.

Mais on trouve aussi de la part des journalistes des jugements de valeur esthétique d’assez bas niveau et peu en conformité avec la neutralité attendue dans la presse : dans Le progrès, on estime que Cécile Duflot était « endimanchée », Buzz mode se demande si elle a fait une « faute de goût ». Bref, on est au niveau de « c’est mon avis et je le partage ».

Il y a évidemment du sexisme, de l’anti-féminisme et sans doute de l’anti-femme tout court dans cet épisode, mais il est tellement stupéfiant que je le trouve assez difficile à analyser. On n’est pas loin de la bande de gamins de la cour de récré qui brocardent une gamine en lui demandant si sa robe a été faite dans des rideaux de salle de bain. Même si l’on sait, malheureusement, après des épisodes aussi lamentables que celui du Pacs par exemple, à quel point les député.e.s peuvent être bêtes et méchant.e.s, je trouve que les proportions prises par cette affaire restent étonnantes (mais je suis peut-être encore trop naïve sur la qualité des député.e.s élu.e.s).

Il me semble assez évident  que la robe n’est pas en cause en soi, et qu’elle sert de… mais de quoi, justement ? Elle sert sans doute d’écran, au sens psychanalytique du terme, celui que l’on trouve dans « souvenir-écran », un souvenir qui sert à en masquer un autre. Une robe qui sert de paravent à ce qui ne peut ou ne veut se se dire, d’objet de fixation explicite d’un discours indicible. Cette robe a produit un effet, c’est indéniable, et les effets ne viennent pas de ces quelques mètres de tissu imprimé, mais plutôt du réseau de significations, d’images mentales et de cadres préalables qu’elle a à l’évidence fixés. Il y a peut-être une mémoire discursive et culturelle qui a parlé dans cette robe, et qui s’est violemment activée chez des hommes peu habitués à l’examen de leurs croyances préalables.

La robe de Cécile Duflot n’est pas complètement anodine : c’est une robe inspirée du style « New Look », colorée et visible (et non « voyante »), cintrée et ajustée, un peu courte. Quand la ministre descend dans l’hémicycle pour parler, elle fait d’ailleurs un petit mouvement tournant qui fait très légèrement tourner la jupe. La robe New Look, c’est le symbole (le symptôme ?) de la féminité dans les années 1950 : en 1947, pour sa première collection, Dior lance le style New Look, avec la fameuse robe « Corolle » qu’emblématise l’illustration ci-dessus (la seule que j’aie trouvé en commons) et toutes celles-ci. Il promeut une féminité d’après-guerre, une féminité d’après le rationnement des manteaux retournés et des bas peints à même la jambe, une féminité joyeuse et coûteuse, et scandaleuse même : il fallait plusieurs dizaines de mètres pour faire une robe « Corolle », alors qu’il en faut environ trois ou quatre pour coudre une robe ordinaire. La robe de Cécile Duflot n’a pas ses 40 mètres de circonférence (comme le modèle « Diorama »), elle s’inspire simplement du style New look dans le col, la taille serrée par une ceinture, les manches semi-courtes et la jupe évasée. Elle a un aspect vintage qui se porte beaucoup actuellement. Pas de quoi siffler une ministre.

Je ne sais pas ce qui est déposé dans la mémoire culturelle des députés siffleurs, eux non plus d’ailleurs sans doute. Mais on peut supposer que cette robe a été puissamment et violemment évocatrice d’une féminité explicitement formulée dans le discours du tissu, dont les coutures, les biais et les mouvements parlent aux mémoires inconscientes aussi bien qu’un discours explicite. Cette robe, qui n’a rien d’extraordinaire comme objet, coupée assez simplement (Dior disait très joliment qu’une robe bien coupée est une robe peu coupée), dans ce tissu bicolore qui franchement n’a rien de bien voyant, a sans doute le malheur de ne pas être un tailleur, qui est plus ou moins l’uniforme des femmes politiques, même coloré, ou de ne pas être LA « petite robe noire » qui est la tenue de l’élégance normative prescrite par Coco Chanel. Évidemment, il y a une femme sous la robe et la robe imprime aussi, si je puis dire, les sentiments négatifs envers cette  femme-là. Il n’en reste pas moins que cette robe est un puissant indicateur sémiotique et culturel, et cette affaire est finalement bien intéressante à analyser.

Chère Cécile Duflot, continuez de porter vos jolies robes colorées. Je vous propose même de vous en faire une. J’ai déjà une petite idée sur la coupe, ce serait une coupe peu coupée.

Crédits :

  • Vidéo de l’épisode du 17 juillet à l’Assemblée nationale sur Daily motion
  • Capture d’écran de la photo de Cécile Duflot à l’Assemblée nationale le 17 juillet à partir du site Melty fashion
  • Dior New look 1947 Corolle, Gussisaurio, Wikimedia Commons

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. Julien et Nel dit :

    Ok : Ils sont censé représenter le peuple … Qu’ils s’habillent normalement alors. Je ne vois pas des gens s’habiller en costard dans la vie de tous les jours. Siffler une personne pour une robe ou un jean, c’est ridicule.

  2. votre blog, que je découvre à l’occasion de cette histoire de robe, est tout simplement génial. Rare dans le monde de la recherche, plutôt en voie de standardisation / aseptisation !

    Merci et chapeau pour ces billets créatifs et subversifs !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci pour ce chaleureux compliment, cher renard passant !

  3. Hervé A. dit :

    Bonjour,

    Il me semble que le tweet de Valérie Pécresse « contre » le jean de Cecile Duflot n’est pas complètement équivalent aux sifflements de l’assemblée nationale.

    Vous dites que le registre moral de son tweet cacherait des attaques contre la femme, mais sauf erreur à le lire rien ne permet de le dire ? D’autant que il se trouve que le jean est un vêtement aussi bien féminin que masculin (aujourd’hui du moins), et on peut imaginer, de la part d’une « réac assumée » – telle que Valérie Pécresse se présente elle même dans son tweet -, qu’elle aurait la même réaction pour un homme qui irait en jean au conseil des ministres.

    Sinon pourriez-vous préciser un peu plus pourquoi vous pensez que le tweet de Valérie Pécresse est une attaque déguisée contre la femme ?

    J’admets toutefois que votre affirmation générale (« la domination masculine »… »qui peut tout aussi bien être portée par des voix féminines »… »la condamnation ait été formulée dans un lexique moral ») reste malheureusement vraie : je ne compte plus le nombre de femmes qui défendent DSK, par exemple. Ici, c’est juste l’exemple qui me semble maladroitement choisit.

    Pour le reste, bravo et merci pour votre texte, il est très intéressant.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire
      vous avez raison : la réaction de pécresse n’est pas sur le même plan et je suis allée trop vite en voulant faire une petite synthèse sur les réactions déclenchées par les tenues de duflot
      je ne dis pas que « le registre moral cache des attaques contre la femme » ni que « le tweet de pécresse est une attaque déguisée contre la femme », ce sont vos reformulations, qui contiennent toutes deux l’idée de dissimulation, que n’ai pas employée, je pense au contraire que ces atatques sont parfaitement assumées – mais comme je suis restée implicite, je comprends bien votre lecture
      je voulais dire que le tweet de pécresse participait de la posture sexiste en général (sexisme envers les femmes), parce que c’était un jugement sur des vêtements, que ça n’arrive jamais quand il s’agit des hommes (exception faite de la fameuse affaire lang il y 20 ans) et que donc, par cette remarque, elle entre dans ce mouvement général, qu’elle le veuille ou non
      et le vocabulaire moral entre selon moi dans un stéréotype séculaires de la femme : l’ève transgressive et coupable, la femme immorale, séductrice, adultère, etc. je ne dis pas que ce stéréotype existe dans les intentions de pécresse, mais sa remarque produit cet effet de discours, d’entrer dans un ensemble discursif bien installé de la condamnation morale de la femme, assez largement et implicitement appuyé sur des représentations religieuses – je trouve tout à fait singulier ce mot « d’irrespectueux » de la part de pécresse : il me semble déplacé et anachronique

      • Hervé A. dit :

        Il me semble que si, il arrive que des hommes soient critiqués pour leurs fringues : Sarkozy, par exemple, l’a beaucoup été. Voici par exemple un article de 2007 qui fait une « synthèse » du « débat » : Sarkozy est-il bien habillé ? à http://mode.blog.lemonde.fr/2007/04/30/sarkozy-est-il-bien-habille/

        On y loue le bon gout vestimentaire de Sarkozy, mais on s’y plaint qu’il se montrerait quelques fois en… jean 🙂

        Cela vient, je pense, de la pipolisation de l’activité politique. Cette pipolisation n’aurait donc pas que des mauvais cotés. Mais elle amène ses propres codes sexistes aussi… Alors, que pensez, où allons-nous, que faire ?

        Cordialement.

        • Marie-Anne Paveau dit :

          le texte que vous citez est rédigé par un journaliste et fait la synthèse d’une étude « d’une spécialiste de la mode », c’est donc un texte de type « analyse » et non « polémique » comme ceux que je cite dans mon post, on ne peut pas les mettre sur le même plan – dans l’affaire duflot c’est une femme politique qui en critique une autre, et des hommes politiques élus qui en sifflent une autre, ce qui est très différent en ce qui concerne l’origine de la parole, qui est un point capital quand on se penche sur les discours
          il ne me semble pas du tout convaincant d’alléguer la pipolisation de la vie politique pour mettre sur le même plan les remarques envers les femmes et les hommes – je ne suis donc pas d’accord et vous ne me ferez pas admettre que les hommes sont traités comme les femmes, ce qui est un des arguments antiféministes classiques, que nous connaissons bien – la pipolisation n’empêche pas le sexisme, bien au contraire

  4. Joyce dit :

    Bravo pour cet article intelligent ! Les vieux barbons de l’hémicycle dont la moyenne d’âge est 55 ans , n’en sortent pas grandis…..

  5. hlfx dit :

    Cela montre une fois encore combien l’expression « élites politiques » est à éviter, surtout si l’on veut désigner nos parlementaires, la proportion de crétins et autres nigauds y étant proche du reste de la population française.

  6. selene dit :

    Bien joli, cet article..je vous l’emprunte sur FB…..

    Mes interrogations sont semblables…

  7. karrer dit :

    Vu de l’étranger, je trouve les réactions de vos députés totalement pathétiques et honteuses.

    Comment peut-on accepter que des personnes avec une mentalité pareille siège dans vos sphères dirigeantes !

    Mme Duflot est habillée en femme, féminine, rien de plus, rien de choquant, rien de provoquant.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      j’aime beaucoup votre expression « madame duflot est habillée en femme » : je crois que c’est exactement ce qu’on lui reproche ! merci de votre remarque

  8. ALiCe__M dit :

    Rigolo cette histoire de robe ! et un peu ridicule aussi pour nos pauvres député.e.s ! si j’étais Cécile Duflot, j’arriverais à l’assemblée en robe VERTE !

  9. Misanthropologue dit :

    Oh oui alors ! De jolies, jolies robes féminines et colorées à souhait, avec des motifs en veux-tu en voilà ! Ça change de toute cette austérité grise et noir (et beige aussi accessoirement). Un peu de couleurs, un peu de fraîcheur ! Une véritable bouffée d’air que ce bleu : un petit air de vacances en bord de mer. Et oui vive la robe corolle qui sublime la silhouette et fait la part belle aux jambes. Mais que veux-tu… Il y aura toujours des gens bêtes pour faire des jeux de mots laids ! ;^D

    « Barbie, toi ma star » > C’était au musée du jouet à Prague ! ;^)
    http://distilleryimage11.s3.amazonaws.com/5875d5d6c53211e1a23c22000a1c9e05_7.jpg

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci stéphanie pour la barbie avec sa tenue new look, elle est géniale ! je crois que c’est vraiment l’essence du féminin qui a été visé – un féminin que je ne défends pas particulièrement d’ailleurs, car peut-être un peu trop genré pour moi, mais c’est bien ça : « le féminin », ou plus exactement ce qui est fantasmé comme tel, n’aurait pas droit de cité à l’assemblée, il faudrait qu’il se déguise en masculin, ou au moins, en neutre (ce genre qui n’existe pas en français…)

      • Stéphanie Messal dit :

        Marrant que nous parlions de genre. En ce moment, je m’interroge beaucoup sur le genre. On parle de masculin, de féminin mais… il y en a tant d’autres ! Alors comment les définir ? Et puis surtout doit-on les définir ? Pourquoi toujours vouloir tout définir ? Le genre est ce que la société décide. Mais ne sommes-nous tous pas un peu masculin/féminin à la fois ? Oui, une fois de plus, tout n’est pas noir ou blanc. Stop aux archétypes : « le féminin est comme ça, le masculin est comme ça. » Mais qui décide de cela ? Qui dit que le féminin est robe et le masculin pantalon ? Oui trop de genre tue le genre et le « fantasme » sublime le « déguisement ».

  1. 18/07/2012

    […] Hier , Cécile Duflot portait une robe. Hier elle répondait, à l'Assemblée nationale, à une question qui la concerna…  […]

  2. 19/07/2012

    […] La mémoire des robes (La pensée du langage) : tout ce que peut évoquer une jolie robe dans la grisaille des costumes. […]

  3. 22/07/2012

    […] et messieurs les députés, mais surtout messieurs les députés visiblement…”. Huée pour une robe ? Pour la couleur Bleu Klein ? Pour des jambes visibles ? Pour le petit mouvement très jeune fille […]

  4. 03/07/2013

    […] d’une femme politique a été soulignée pour des raisons positives. On se rappelle que la robe de Cécile Duflot avait déclenché d’incompréhensibles réactions sexistes en pleine Assemblée nationale, et […]