Ces corps qui parlent 4. Battling Bare, le combat à dos nu

Je termine aujourdhui ma série d’hiver « Ces corps qui parlent » en évoquant un phénomène très particulier et inédit de corps-discours en ligne : le mouvement Battling Bare, qui proteste contre les conséquences traumatiques des campagnes de guerre américaines en Afghanistan et leur absence de considération et de prise en charge par l’US Military.

Capture d’écran 2013-04-07 à 13.48.07

« That Naked Woman Running Across Your Lawn »

En avril 2012, une femme de militaire étasunien, Ashley Wise, lance une campagne de protestation contre les ravages psychiques de la guerre en Afghanistan, et en particulier le fameux PTSD (Post traumatic Stress Disorder,  en français stress post-traumatique), qui atteint un grand nombre de combattants de retour des théâtres d’opération américains. En 2012, aux Etats-Unis, le nombre de morts par suicide dans l’US Military a été supérieur aux pertes sur le terrain. Et l’armée américaine n’a pas de véritable politique de soins aux traumatisés psychiques ni de prévention des suicides de retour de guerre.

Ashley Wise a appelé cette campagne Battling Bare, peu traduisible en français mais qui veut dire littéralement « combattre nu ». Elle raconte l’origine du terme dans un très intéressant  billet qui retrace sa vie conjugale difficile avec un homme au PTSD non diagnostiqué, et surtout l’indifférence et même la suspicion dont elle a été victime de la part de l’armée américaine. Elle y raconte comment, un jour, elle a déclaré en riant à une amie qu’elle ferait mieux de courir nue sur sa pelouse (« That Naked Woman… ») que de solliciter des soins auprès des autorités militaires pour attirer l’attention de la hiérarchie, et, qu’au même moment, l’image d’une inscription sur son dos lui est venue : écrite dans l’urgence et l’émotion (une déclaration d’amour et de soutien à son mari), aussitôt inscrite à l’eye-liner par une amie, photographiée avec des objets militaires (la casquette et le Colt M4 de son mari), elle est postée dans la foulée sur Facebook le 23 avril 2012. Battling Bare, aussitôt viral, était né.

Capture d’écran 2013-04-07 à 21.28.31

La première photo de Battling Bare, Ashley Wise le 23 avril 2012

Très vite d’autres femmes la contactent, soit pour lui demander de réaliser l’inscription et la photo, soit pour lui en envoyer une. Après la page Facebook, elle fonde une association puis une ONG avec une autre association, « One Warrior Won », ce qui donne B.B.O.W.W., BATTLING BARE-ONE WARRIOR WON.

Et il existe désormais également un compte Pinterest officiel, particulièrement bien approprié à la nature plurisémiotique des messages : corps, écriture, photographie, ainsi que plusieurs comptes émanant de personnes privées. Ashley Wise entretient la communauté des « Battle Buddies » en alimentant la page Facebook bien sûr, mais également en postant régulièrement des messages vidéos (on peut regarder par exemple un message de vœux le 1er janvier, ce qui est une manière de poser une communauté par le discours). Le groupe a aussi un slogan : Battle ON! Battle BARE!, et un diminutif, BB, pour Battling Bare, Battle Bare et Battling Bud(ies).

Tout cela montre, pour en venir plus directement à mon objet des circulations corpo-scripturales sur le web, que le mouvement Battling Bare est nativement numérique : c’est véritablement une création d’internet, qui lui est entièrement spécifique, car elle n’a aucune prolongation hors ligne et ne correspond à rien de strictement parallèle hors ligne. Les dedipix des Slutwalks et des Femen, qui sont également des produits viraux sur le web, peuvent en revanche être non spécifiques, car elles proviennent partiellement de contextes hors ligne (marches, performances).

Le technogenre de la dedipix corporelle

Comme les Femen et les Slutwalks, les femmes de Battling Bare usent du genre de la dedipix corporelle : c’est bien le corps qui est inscrit, comme les dedipix d’adolescents que j’étudiais dans la série Scriptocorpus de l’hiver dernier. La zone du corps, le dos, semble contrainte par le « prototype » d’Ashley Wise, qui constitue en quelque sorte l’origine du (techno)genre de discours Battling Bare. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer qu’au départ, les Femen ukrainiennes avaient elles aussi choisi le dos comme surface d’inscription, pour se tourner ensuite vers les seins, attracteurs médiatiques plus puissants… Mais si le dos est bien majoritaire dans l’ensemble des dedipix de Battling Bare, d’autres zones apparaissent, en particulier les jambes, comme le montre d’ailleurs cette vidéo où l’on voit Ashley Wise composer des dedipix. On trouve aussi des bras inscrits, des ventres, mais aussi des plantes de pieds, essentiellement dans le cas des enfants, j’y reviendrai.

Les textes sont manuscrits, très lisibles, écrits au noir de l’eye-liner d’origine, le plus souvent en minuscule, reproduisant au départ la déclaration d’Ashley Wise : Broken by battle / Wounded by war / My love is FOREVER / To YOU this I SWORE. / I will / Quiet your silent screams / Help heal your shattered soul / Until once again / MY LOVE, YOU ARE WHOLE. À partir de cette forme textuelle unique, des variantes apparaissent, réductions du texte ou textes autres, mais l’évolution reste difficile à observer, car d’une part le phénomène n’a qu’un an d’existence, et d’autre part les photographies sont devenues moins nombreuses depuis novembre-décembre derniers, laissant la place à d’autres formes de militance et de protestation (« Month of the Military Child », levée de fonds par la vente de produits dérivés comme des T-shirts, diffusion d’hommages aux soldats morts par suicide).

Comme pour les dedipix du Project Unbreakable, il existe des formats, qui, en se reproduisant de dedipix en dedipix, se stabilisent, et deviennent eux-mêmes reproductibles, confirmant l’idée d’un technogenre. Les traits principaux d’un genre de discours sont en effet la stabilité des traits, la reconnaissabilité, la reproductibilité, la transmissibilité, et l’aptitude à organiser les représentations par la catégorisation. C’est bien ce que l’on trouve dans les dedipix de Battling Bare, puisque l’on reconnaît plusieurs motifs qui organisent nos représentations. Les cinq principaux sont les suivants :

– la femme seule de dos

Capture d’écran 2013-04-07 à 21.57.02

– le couple

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.00.05

– les jambes ou les bras

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.02.32

– le ventre de la femme enceinte

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.05.08

– les pieds des enfants

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.07.47

Sur la majeure partie des photos, on remarque un riche dispositif plurisémiotique et plurisymbolique : corps et écriture, mais aussi éléments d’uniforme de combat (casquette, veste de treillis camouflé, arme, rangers, plaques militaires), fleurs (de l’amour ?) réelles ou dessinées, voire tatouées, et le symbole fédéral du drapeau qui sert parfois de toile de fond ou d’objet esthétique-symbolique dans lequel la femme « se drape ».

J’ai trouvé deux exemples de textes tatoués définitivement, le cas est exceptionnel, comme celui-ci :

417443_213736715415472_73159364_n

Ces dedipix aux motifs stabilisés se voient encore plus installés comme genres en faisant l’objet de présentations en diaporamas, que l’on trouve sur plusieurs sites : par exemple sur le site de la chaine Fox31, sur celui de msn ou encore sur ce tumblr. La présentation en séries à feuilleter confère aux photographies le statut d’exemples, aux deux sens du terme. Exemple qui peut d’ailleurs être copié, comme l’ont fait des femmes de militaires françaises en créant en octobre 2012 la page Facebook Un paquet de gauloises, pour protester contre le non-paiement des soldes de leurs maris pendant près d’un an (10.000 membres des armées françaises ont été concernés), à cause d’une déficience logicielle. Les photos reprennent surtout le format « femme seule de dos » et montrent des inscriptions individualisées qui insistent sur la fatigue du soldat et l’amour de sa famille et critiquent assez violemment l’armée, l’État et les politiques pour leur « abandon » financiers des combattants.

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.23.38

La nudité inscrite, un Colt M4 discursif ?

L’enjeu de ce corps-discours (notion définie dans un billet précédent sur les Femen) étant la contestation du silence de l’armée américaine et de son refus de prendre en compte les blessures traumatiques, on peut assurément parler d’un discours politique, et même d’un discours de guerre. Effectivement, ces corps inscrits sont bien conçus par Ashley Wise comme des armes, puisqu’il s’agit de s’en servir pour le combat (battling). Sur ce point, les femmes de Battling Bare rejoignent les Femen et leur slogan « Nos seins, nos armes ! » : dans les deux cas, les femmes inventent des armes de guerre, situées dans l’ordre du discours, de l’image et du symbole, par resignification des parties du corps objectivées et sexualisées pour les Femen, et, pour les « Battling Buddies », par captation de la spectacularisation des corps nus dans une Amérique militaire puritaine et peu encline à parler du corps, justement, surtout quand il est mystéreusement et invisiblement atteint comme c’est le cas dans le PTSD. Dans les deux cas on retrouve l’agency butlérienne : l’élaboration de réactions habilitantes et libératrices à partir des blessures elles-mêmes. Comme pour le Project Ubreakable, il s’agit de formuler une parole non dite, honteuse, presque taboue et dissimulée par l’institution militaire et les combattants eux-mêmes.

Le discours des femmes du mouvement Battling Bare modifie l’environnement discursif, et remet en cause les détentions de pouvoir et de légitimité. Le mouvement désormais très connu, relayé par les médias internationaux et soutenu par une solidarité qui apparaît notamment dans les commentaires et le nombre de likes de la page, a véritablement accompli un acte, celui de modifier les points de vue, les comportement et les décisions des autorités militaires américaines. Les soins, s’ils ne sont pas encore systématisés, sont désormais plus fréquemment proposés aux combattants qui reviennent des théâtres d’Afghanistan.

On ne peut pas cependant ne pas remarquer les dimensions politiques manquantes : on se rend compte, à l’œil nu, à quel point le corpus des dedipix du mouvement Battling Bare est blanc ; je n’ai pas les statistiques pour l’Afghanistan mais les effectifs des afro-américains pour la première guerre du Golfe en 1991 étaient d’un peu plus de 20% des troupes déployées. En 2012, je ne trouve que deux afro-américains dans mon corpus : un homme, qu’on suppose être le mari/compagnon d’une combattante ou d’un combattant, et une femme, femme/compagne d’un combattant ou d’une combattante ?

Capture d’écran 2013-04-07 à 22.36.24

Si les femmes prennent la parole et contestent finalement leur subalternité de genre en s’opposant à l’autorité militaire, en revanche les autres subalternités, en particulier celle de l’appartenance ethnique, ne sont guère entamées. L’intersectionnalité n’est guère présente dans ce combat-là.

En ce qui concerne le genre, on constate également, en tout cas dans les dedipix de couple, à quel point le modèle est, d’une part hétérosexuel, et d’autre part androcentré : à regarder le corpus, on n’imaginerait pas que 14,9 % des membres de l’US Military sont des femmes (chiffre de 2004) et que, dans les faits, elle sont envoyées sur le terrain (même si leur autorisation officielle à combattre date de janvier 2013). Quant aux couples homosexuels, la loi du « Don’t ask, don’t tell », dont la suppression est actée dans un projet de loi adopté en 2010, semble encore bien vivante, et l’homosexualité est absente, ou dissimulée, dans le corpus du mouvement Battling Bare.

Quoi qu’il en soit, le mouvement Battling Bare a produit une forme native en ligne tout à fait spécifique, inscrite dans le postdualisme du composite sémiotique (corps et écriture) et qui constitue un lieu d’habilitation à la parole pour des individus auparavant réduits au silence par l’institution militaire. Les corps qui parlent au sein de ce mouvement, comme dans ceux que j’ai examinés dans cette série, Project Unbreakable, Femen et Slutwalks, ont inventé une forme symétrique de discours, c’est-à-dire qui dépasse les dualismes mind-body, langage-corps, linguistique-extralinguistique. Le web est évidemment un écosystème qui permet ce type de discours, mais je pense que le désir d’agency des femmes en est également un facteur : parler avec son corps est sans doute une expression privilégiée pour celles qui sont enfermées dans la subalternité, l’oppression, et le silence.

Crédits : toutes les photos proviennent de la page Facebook publique d’Ashley Lambert-Wise, Battling Bare.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 8 avril 2013, “Ces corps qui parlent 4. Battling Bare, le combat à dos nu“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10060, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. ULR dit :

    Ce commentaire est au minimum excessif et inélégant. Si le dialogue n’a pas été public et que je vous ai bel et bien répondu mais en privé, c’est qu’il me semblait plus raisonnable, par souci de votre propre crédibilité, de ne pas donner trop de publicité à une mise en accusation déplacée autant que démesurée. Votre pratique de recherche et de publication devrait en effet vous prémunir de toute déclaration intempestive de propriété sur un objet ou sur des sources en ligne. C’est l’intérêt au contraire de cette pratique que de pouvoir croiser, en temps réel et publiquement, des problématiques différentes et peut-être complémentaires sur des objets identiques. Ce qui est à défendre dans notre profession n’est pas la « paternité » de mots ou de corpus, mais bien « l’échange et le partage des points de vue et des discours » que vous dites « essayer » d’appliquer (j’attends toujours votre commentaire quand au contenu de mon billet). Vous suggérez que vous êtes la seule voix autorisée sur ces images. Je le regrette pour vous. C’est assez loin de l’idée de l’enseignant chercheur que je travaille à devenir. Enfin, si les politiques universitaires de ces dernières années poussent à la concurrence généralisée des idées et des chercheurs, il est de notre responsabilité, individuelle et collective, d’y résister.

  2. Marie-Anne Paveau dit :

    Un billet daté du 3 juin 2012, intitulé « Manufestation », sur le carnet « Window » de la plateforme « Culture visuelle », a présenté une intéressante description des différentes manifestations du corps nu actuellement. Parmi les exemples, figure le mouvement « Battling bare » que j’ai présenté dans le billet ci-dessus. L’auteure ne cite pas mon billet, mais en emprunte des formulations copiées-collées, ce qui m’étonne un peu : Culture visuelle est une plateforme amie d’Hypothèses et il me semble que nous partageons les même valeurs, fondées sur le partage, et non la copie. Plus loin dans son texte elle cite la série « Ces corps qui parlent » entre parenthèses, en conseillant « tout de même » de la lire.
    J’ai posté un commentaire à l’auteure ; elle ne l’a pas publié et n’y a pas non plus répondu (il était facile de me joindre en privé). Je poste donc ici mon commentaire. Je trouve que ces petits emprunts apparemment sans conséquence posent des problèmes importants, en ce qui concerne bien sûr l’éthique de la recherche (citer ses sources, c’est un b.a. ba non contournable), mais aussi en ce qui concerne la philosophie de la « science aimable » sur les blogs scientifiques. Je n’ai pas trouvé cette science-là très aimable. Plutôt désagréable, et inamicale, même.

    Commentaire posté le 4 juin :

    J’ai évidemment lu votre billet avec intérêt et bien noté que vous citez mon travail de la série « Ces corps qui parlent » (http://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/10-hiver-2012-ces-corps-qui-parlent). Mais je suis un peu étonnée des ressemblances troublantes entre des petites parties de mon texte et du vôtre dans le billet « Battling bare le combat à dos nu » (http://penseedudiscours.hypotheses.org/10060) : mes contenus sont en Creative Commons, donc ils peuvent être repris librement, mais avec leur source. Comme vous le savez sans doute, les licence Creative Commons permettent aux auteurs de mettre leurs écrits à disposition du public, à des conditions prédéfinies qui sont explicitées sur mon carnet. Je vous soumets deux exemples :
    Premier exemple :
    Votre texte :
    « “Battling Bare”, où des femmes américaines protestent contre les conséquences traumatiques des campagnes de guerre américaines en Afghanistan et leur absence de prise en charge par l’armée de leur pays. »
    Mon texte :
    « …le mouvement Battling Bare, qui proteste contre les conséquences traumatiques des campagnes de guerre américaines en Afghanistan et leur absence de considération et de prise en charge par l’US Military. »
    Je note votre modification : la suppression de « considération » et la traduction de Us military
    Second exemple :
    Votre texte :
    « En France, la page “Un paquet de gauloises” vit des femmes de militaires se mettre en scène pour protester contre le non-paiement des salaires de leurs maris pendant près d’un an. »
    Mon texte :
    « …des femmes de militaires françaises en créant en octobre 2012 la page Facebook Un paquet de gauloises, pour protester contre le non-paiement des soldes de leurs maris pendant près d’un an »
    Je note le remplacement de « soldes », qui marque sans doute un peu trop sa fille de militaire, par « salaires », plus civil.
    Je passe sur certaines photos identiques, elles ne m’appartiennent pas ; mais comme il y en des centaines, une appropriation personnelle du terrain vous aurait permis de choisir les vôtres.
    Ce ne sont bien sûr que de petits, de tout petits, de tout tout petits emprunts. Je pense que vous avez tout à fait les moyens de reformuler les phrases des autres, ce qui aurait rendu ces emprunts invisibles, en constituant une version faible de l’écriture. Le mieux, ce serait la version forte : la citation explicite (vous pouviez d’un coup copier-coller les deux paragraphes concernés paragraphe et en faire des citations, pourquoi ne pas le faire ?) ou la production d’un discours personnel authentique, sur un corpus que vous auriez fait vôtre. Après tout, vous faites une thèse, produire un discours original, c’est votre métier de doctorante.
    Votre copié-collé, même tout tout petit, m’étonne car il va à l’encontre de la philosophie de « Culture visuelle » et de celle d’André Gunthert, philosophie que je respecte vraiment beaucoup, que je cite souvent et que j’essaie d’appliquer : elle repose sur la conversation partagée, le séminaire en ligne, la mise à disposition de ses pensées et de ses hypothèses, l’échange et le partage des points de vue et des discours, l’intelligence collective en un mot. Tout cela suppose que l’on reconnaisse la parole de l’autre pour ce qu’elle est en recherche, c’est-à-dire l’expression d’un travail.
    En tout cas, je suis ravie de vous avoir fait découvrir un corpus dont vous vous ne manquerez pas d’enrichir l’étude par vos analyses.
    Marie-Anne Paveau