Linguistique et numérique 4. Les écritures de Protée : identités pseudonymes

L’identité numérique est un thème largement traité dans les différentes disciplines SHS qui s’intéressent à la présentation de soi sur le web : sciences de l’information et de la communication, sociologie, philosophie, intelligence artificielle, droit, « humanités numériques ». Cet ensemble de données personnelles que nous déposons ou laissons à notre insu sur le web (ce que nous faisons, disons, partageons, ressentons, aimons, détestons, recherchons, etc.) via des procédures technologiques a fait l’objet de nombreuses analyses dans ces domaines.

L’expression langagière est commune à ces différents types de données, même s’il s’agit de « data », dont on dit parfois qu’elles ne relèvent pas du discours, mais qui sont, toujours, même de manière minimale, des construits langagiers et discursifs. Sur ce point des formes langagières en ligne, que j’appelle des technodiscours élaborés à partir de formes technolangagières, les recherches ne sont pas très nombreuses. Dans ce billet, je fais référence à quelques linguistes qui ont consacré des travaux, sur le long terme ou ponctuellement, aux formes langagières de l’identité et de la présentation de soi dans les univers discursifs numériques.

J’avais au départ choisi comme sous-titre de ce billet « identités pseudonymes, collectives et multiples », avec l’intention de traiter les trois phénomènes. Finalement, le pseudonymat est une question tellement passionnante et étendue qu’il occupera l’ensemble de ce quatrième billet de la série d’été. Je parlerai des identités collectives et multiples dans le billet suivant.

Des « noms faits à plaisir ». Revue de la littérature

Le pseudonymat est le choix par un sujet (pour moi : un sujet-scripteur) d’un « falsum nomen« , d’un « nom fait à plaisir » selon l’expression de Maurice Laugaa, à des fins de masquage (pour aller vite, pour le moment)Il existe un ouvrage récent sur le pseudonymat en ligne en sciences du langage : Se nommer pour exister de Marcienne Martin (Martin 2012), qui prolonge et développe celui qu’elle a consacré à ce sujet en 2006 : Le pseudonyme sur Internet, une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée, lui-même issu d’une thèse de doctorat (Martin 2005). Il existe également un article de Georgeta Cislaru paru en 2009, « Le pseudonyme, nom ou discours », plutôt centré sur la question linguistique du pseudonyme (nom propre, sémantisme du nom propre, fonctionnement discursif). Le phénomène du pseudonymat, sur le web et de manière plus générale, n’a guère été abordé en linguistique, un peu plus en littérature où se pose justement cette question de l’auctorialité : Marcienne Martin s’appuie notamment sur le travail littéraire de Maurice Laugaa dans La pensée du pseudonyme (1986), qui porte surtout sur la question de l’auteur. En linguistique, on peine à trouver des travaux, sans doute parce que l’objet « naturel » et légitime de la science linguistique est plutôt l’anthroponyme, comme le souligne avec humour Bernard Offner cité par Nicole Lapierre :

Il est sans passé, sans étymologie – et pour cause ! Comment voulez-vous que cet « irrégulier », qui n’a et n’aura sans doute jamais d’état-civil, soit admis dans la grande famille des anthroponymes, de ces noms sérieux, rangés et classés, qui nous ont été transmis par les siècles ? Avec eux, on est sur un terrain solide, on peut remonter le cours du temps et l’on expliquera leur naissance ; mais avec lui, comment savoir ? Le pseudonyme, c’est l’enfant qui n’est pas né comme les autres, le bâtard qui cherche à s’introduire parmi les enfants légitimes (Offner 1957, cité par Lapierre 1995 : 183)

En termes de « littérature », le tour est donc assez vite fait… Je présente les derniers travaux de Marcienne Martin et ses résultats, avant de faire quelques propositions sur les spécificités de ce phénomène sur le web. Dans Se nommer pour exister, elle propose trois enquêtes : la construction des pseudonymes dans les adresses courriel (120 enquêtés), la construction du pseudonyme sur les forums et les salons de discussion (1.000 enquêtés) et l’analyse de pseudonymes recueillis sur des forums et blogs constituant huit corpus. Je détaille la dernière enquête. Les huit thèmes des corpus sont les suivants : maladie (forums liés à l’anorexie et à la boulimie), 150 occurrences, environnement durable (200 occurrences), identité nationale (site indépendantiste Québec, 200 occurrences), jeux vidéo (forums dédiés aux jeux Nitendo, 150 occurrences), le blog d’Ivan Rioufol sur le site du Figaro (commentaires, 60 occurrences), un blog écologie du Monde (commentaires, 100 occurrences), commentaires sur un article du Point (150 occurrences), commentaires sur un article des pages presse de MSN (150 occurrences).

Les résultats sont présentés dans un tableau de synthèse :

Les traits relevés par Marcienne Martin, communs ou non aux univers en ligne et hors ligne sont les suivants (je donne à titre d’exemples de très courts extraits de ses abondants relevés de pseudonymes) :

1. Le seul nom choisi par le sujet

Il s’agit d’un trait sociolinguistique fort, tant en ligne qu’hors ligne, et que rappellent tous les auteurs qui abordent le pseudonyme (dans le cadre européen) : au contraire de tous les noms qu’un sujet peut porter (nom, prénom, surnom ou sobriquet, diminutif), il est choisi par lui. « C’est le « je » qui se nomme et non l’autre qui nomme le « je » », signale Marcienne Martin (2012 : 57), qui cite un peu plus loin les remarques d’Albert Dauzat en 1944 : « « Le pseudonyme est d’une essence bien différente de tous les noms […] tous reçus par l’individu de l’extérieur, à sa naissance ou au cours de sa vie, donnés par ses parents ou ses parrains (prénoms), transmis par héritage (nom de famille) ou imposés par la voix publique (surnoms) » (1944 : 175) ».

2. Pseudonymat et pérennité

Le pseudonyme possède une certaine pérennité, un peu particulière cependant : elle n’est pas liée à son porteur, puisqu’il peut changer de pseudonyme ad libitum. Marcienne Martin constate cependant qu’un peu plus de la moitié de ses enquêtés a conservé son falsum nomen : « Toutefois, il semble que le pseudonyme soit une réalisation anthroponymique pérenne comme l’indiquent les conclusions chiffrées de l’enquête ci-dessus mentionnée. En effet, sur 300 interviewés, 155 personnes sont restées fidèles à leur « nom fait à plaisir », contre 145 qui en ont changé, soit en pourcentage : 51,66 % pour le premier groupe et 48,33 % pour le deuxième groupe » (2012 : 68).

3. Des origines dans la sphère privée

C’est la conclusion forte de l’ouvrage de Marcienne Martin, qui prouve grâce à des chiffres récurrents dans l’ensemble de ses enquêtes, que le pseudonyme issu de l’espace privé du sujet est majoritaire : « Après analyse des pseudonymes collationnés lors d’une enquête mise en ligne de 2002 à 2003 et à laquelle avaient répondu 300 internautes, les conclusions montraient que le « nom fait à plaisir » prenait ses sources dans le paradigme de l’espace privé du sujet social » (2012 : 93). Le tableau mentionné plus haut, qui récapitule les chiffres obtenus à partir de l’étude de ses huit corpus, va également dans ce sens. L’approche de Marcienne Martin étant celle de l’identité, elle insiste sur l’inspiration « privée » des pseudonymes : ses corpus montrent en effet que le pseudonyme, s’il masque une identité d’état-civil en œuvre dans la vie sociale hors ligne, est au cœur d’une riche élaboration sémantique de soi en ligne. La faible proportion des pseudonymes cryptonymiques confirme la fonction communicationnelle du falsum nomen. Le pseudonyme apparaît alors comme le lieu d’un fragment d’identité, d’une « facette » du soi selon Georgeta Cislaru.


4. Un nom unique sans homographe possible

C’est sans doute la grande différence avec le nom propre « IRL » : en ligne, aucune homonymie n’est possible, qui est pourtant un facteur d’anonymat. L’anomymat est donc bien le pseudonymat, et non le nom très fréquent, le « Pierre Dupont » ou le « John Doe » stéréotypiques de l’anonymat dans la société. Impossible de s’appeler Dupont-Durand en ligne : « Si la création pseudonymique est pléthorique sur le Web, il n’en reste pas moins que l’homonymie est impossible dans une même base de données. Fonctionnant avec un code binaire de type oui/non, le langage informatique ne permet pas l’homonymie, puisqu’elle est alors considérée comme une seule et même information » (2012 : 112). Au contraire des idées reçues souvent négatives de l’anonymat en ligne, qui insistent sur la confusion, la « désidentité » et la dissimulation, il ne peut y avoir que des noms uniques, bien plus facile à retrouver que les porteurs de noms fréquents.

Une technologie technolangagière de soi

J’aimerais compléter les résultats de Marcienne Martin en faisant appel au concept bien connu de « technologie du soi » chez Michel Foucault, prolongé par celui de modernité réflexive d’Ulrich Beck et surtout Anthony Giddens, que j’avais abordé dans un autre contexte sur les Espaces réflexifs. Michel Foucault commence à aborder cette notion au début des années 1980 (1982, 1983, 1984), en dehors d’une référence aux univers discursifs numériques, le mot technologie étant pris au sens de procédure, méthode, dispositif. Pour rendre compte de la dimension numérique, je parlerai donc plutôt de technologie technolangagière de soi, le terme de technolangagier me permettant de nommer ce qui est spécifique au web sur le plan langagier. D’une manière plus générale, on parlera de technologie numérique de soi, comme le font Fred Dervin et Yasmine Abbas. Foucault définit les technologies du soi ou techniques de soi comme les « procédures […] qui sont proposées ou prescrites aux individus pour fixer leur identité, la maintenir ou la transformer en un certain nombre de fins et cela grâce à des rapports de maîtrise sur soi et de connaissance de soi » (2001 : 1032). Laurence Allard rappelle qu’il parle aussi à ce propos des « arts d’existence » et élabore même la notion de « stylistique de l’existence » (Foucault 2001 : 1032 et 1584, cité par Allard 2009 : 67).

Laurence Allard a raison d’associer le concept foucaldien aux propositions plus récentes de la modernité réflexive des sociologues américains cités plus haut : ces derniers, prenant acte du fait que nos identités ne sont plus ni fixées ni prescrites  autoritairement, considèrent que l’individu, réflexivement, élabore et adapte ses identités à ses contextes. Elle propose pour sapart la notion d’individualisme expressif pour désigner « le travail expressif à travers lequel les individus performent leurs identités au moyen des dernières technologies digitales » (2009 : 66). Il me semble que le pseudonyme en ligne constitue une technique pour cet individualisme expressif : c’est une unité langagière à laquelle se sont ajoutés des traits spécifiques au web, mais également propres à ce contexte poststructuraliste où les identités ont perdu leur fixation et leur solidité pour devenir multiples et liquides, selon l’expression de Zygmunt Bauman. L’usage du langage en ligne n’est pas inédit, mais prend des formes inédites, qui s’ajoutent aux formes hors ligne sans les effacer (ce que j’ai montré à propos des technomots, mots clicables qui prennent des dimensions non existantes hors ligne, ajoutées aux fonctions langagières préalables). Ces traits sont langagiers mais également sociodiscursifs, engageant la technologie langagière du soi et la modernité réflexive de l’individu dans de nouvelles formes identitaires marquées par la fluidité.

5. Un lexème inédit : métissages morphologiques

Cela veut dire que « les pratiques sociales initialisées sur Internet ont à voir avec celles en cours dans la société civile, mais qu’elles en diffèrent également. Les pratiques communes aux deux sociétés sont la nomination. Il s’agit du transfert du marqueur identitaire qu’est l’anthroponyme. Si ce dernier a été construit sous la même forme matricielle que dans la société civile, à savoir : nom (s) + prénom (s), ou le contraire, au niveau de l’adresse courriel pour les usagers d’Internet, il en est différemment de l’anthropogenèse en cours sur les forums ou dans les salons de conversation (2012 : 104-105). Elle ne détaille pas cette anthropogenèse. Mais on peut constater sur les tableaux précédents que le pseudonyme est un lexème tout à fait inédit sur le plan morphologique : il s’agit d’un nom propre qui peut emprunter, sans procédure historiquement longue de lexicalisation (comme c’est le cas des noms communs devenant noms propres IRL du type Boulanger, Meunier ou Lecouvreur) des traits de nom commun, et même d’expression ou de phrase, mais aussi des signes typographiques non verbaux (tirets, ponctuation), des chiffres (formes du langage SMS) et des formes de métissage interlangue. Ce métissage morphologique qui n’appartient pas aux univers identitaires hors ligne ; quelques exemples :

– éléments langagiers et chiffres : kooky64, sol94, maba12323

– éléments langagiers et signes typographiques : malmo[FR], [M-W_2]

– phrases : help-me-please99, mon mal de vivre (et sous une autre forme : mal 2 vivre), The-heart-of-a-girl-broken, tomatesdelatreille, l’étoile de la déivrance

– métissage interlangue : lekingdu16, The_Virtuose, le howaway (hors tableaux ci-dessus)

À l’extrême contrainte du nom unique, semble s’opposer l’absolue liberté morphologique des sujets en ce qui concerne leur auto-nomination. Georgeta Cislaru (2009) signale cependant à juste titre qu’il existe de nombreuses pages de conseils voire de consignes pour l’élaboration du pseudonyme en ligne ; ontrouve également des générateurs de pseudo en ligne, comme celui de Jean Véronis, fondé sur la technique de l’anagramme, qui donne d’amusants résultats. Il existe également des parodies de guides comme celui-ci qui donne finalement en négatif les « bonnes » règles pour élaborer un pseudo en ligne. Il s’agit bien d’une pratique discursive installée dans l’écosystème du web.

6. Fluidité d’un sémantisme « data-contextuel »

Le pseudonyme est sémantiquement évocateur. Il a, en termes sémantiques, une signifiance ou un feuilleté sémantique (Lecolle et al. dir., 2009). Considéré dans les théries mainstream comme un « désignateur rigide » (associé au seul référent) il est, dans les théories alternatives, ce que j’appelle un « désignateur  souple ». L’élaboration sémantique est contextuelle, et tous les agents de l’environnement y contribuent. Je donne un bref exemple personnel : quand j’ai ouvert mon compte Twitter, mes initiales map était prises, mapav aussi et j’ai donc choisi mapav8 en ajoutant un chiffre qui est l’un des marqueurs de ma biographie. Je suis donc @mapav8, ce qui est un pseudo court qui dit des fragments de mon nom. J’ai appris que pour certains de mes correspondants, le 8 état celui de l’université de Paris 8 et je me suis aperçue que je figurais effectivement dans une liste d’enseignants de Paris 8 sur Twitter. Exemple intéressant qui confirme le trait 3, et qui montre bien également à quel point l’élaboration du sens sur le web (comme hors ligne d’ailleurs, mais les théories du sens y sont encore logocentrées) est collective, partagée, fluide en un mot, et en aucun cas maîtrisée par l’intentionalité de son producteur.

Cette fluidité est intersémiotique et le pseudonyme n’est pas un élément autonome de l’élaboration de soi en ligne. C’est le reproche que l’on pourrait faire à Marcienne Martin et aux autres chercheurs qui ont travaillé cet élément : leur approche reste catégorielle et n’envisage pas le dispositif sémantique que constitue l’ensemble des données construisant l’identité numérique des individus en ligne. Le pseudonyme est « data-contextuel », c’est-à-dire qu’il est dépendant de l’ensemble des données numériques du porteur. Je prends l’exemple de l’association du pseudonyme et de l’avatar sur Twitter, pour montrer, sans proposer d’interprétations, que l’avatar « colore » le sens du pseudo comme le pseudo « colore » l’avatar :

De même, les profils élaborés sur les réseaux, le type d’information rassemblées et diffusées dans le cas de la curation, le « genre » des blogs alimentés, ainsi que l’ensemble des traces numériques doivent être prises en compte ensemble, de manière environnementale, pour rendre compte des pseudonymes choisis par les internautes.

7. Une catégorie sans autonomie : anonymat, pseudonymat, hétéronymat

Si le pseudonyme est une catégorie en soi sur le plan de sa formation linguistique, elle ne peut pas être traitée de manière autonome : dans les univers discursifs numériques, il faut aborder un dispositif où pseudonymat, anonymat et hétéronymat s’articulent les uns aux autres. On ne comprend pas grand chose en effet au pseudonymat sur internet si l’on ne considère pas que le pseudonymat y est l’anonymat, ou, pour dire les choses autrement, que l’anonymat n’y existe pas. On a du mal à saisir le fonctionnement des noms en ligne si l’on ne pose pas la question de l’hétéronymat, de sa possibilité langagière, discursive, communicationnelle, mais également juridique.

8. Le pseudonyme dans le (dés)ordre du discours

C’est que la pratique du pseudonyme est prise, dans les sociétés à nom fixe et « à papiers », dans un prédiscours négatif ou au moins soupçonneux : prendre une « autre » identité, c’est toujours plus ou moins vu comme une transgression de l’ordre, même si l’adoption d’un pseudonyme « ne fait l’objet d’aucune réglementation particulière« . L’ordre, c’est l’unité du nom et du soi, mais la pluralité et la diffraction du soi ou sa simple pluralité sont considérée comme un désordre.

Dans un article sur les usages des pseudonymes sur les sites de rencontre, on trouve cette distinction binaire exprimée sous la forme délinquance vs honnêteté : « Pour le dire autrement, nous chercherons à savoir si l’utilisation d’un pseudonyme sur Internet, et notamment dans un site de rencontre, n’engendre pas certaines failles ou fragilités, et lesquelles ? Précisons toutefois que pour notre part, nous nous intéressons, non pas aux délinquants, mais aux personnes honnêtes, dans leur rapport à l’anonymat et à l’usage du pseudonyme » (Batard 2007 : en ligne). Je ne sais pas comment la chercheuse fait pour reconnaître les « gens honnêtes », mais en tout cas sa description porte clairement le stéréotype négatif attaché au pseudonyme dans le sens commun. « Si la nomination du sujet social est corrélée à la reconnaissance et à la légalisation du même par l’autre dans un groupe donné, précise Marcienne Martin, il existe un type de nomination qui déroge à cet usage : il s’agit des classes d’anthroponymes qui réfèrent à une identité oblitérée, à savoir les pseudonymes, les cryptonymes et les hétéronymes, entre autres désignatifs » (2006 : 18). C’est en grande partie cette représentation qui motive les différents débats autour de la levée de l’anonymat en ligne : en juin 2010 le sénateur français Jean-Louis Masson dépose un projet de loi pour lever l’anonymat des blogueurs et en 2011, Google entend suspendre les comptes Google + sous pseudo. Ces affaires ont eu le mérite de faire avancer la « cause » de l’anonymat sur le web car elles ont constitué un véritable événement discursif qui a reconfiguré le sens des mots anonymat et pseudonymat. La blogueuse See Mee, par exemple, explique très clairement les raisons de ses pseudonymes, proposant une sorte de théorie profane du pseudonyme riche et convaincante ; Maître Eolas défend aussitôt les masques discursifs que sont les pseudonymes, soulignant que nous sommes ce que nous disons sur le web, et non des individus aux identités « solides », aurait dit Zygmunt Bauman. Sur le plan linguistique, cette remarque est intéressante car elle modifie la notion même de sujet énonciateur identifiable en déplaçant la portée de la prise de parole sur les discours plus que sur leurs énonciateurs. Mais c’est sans doute Dana Boyd qui propose les explications les plus politiques : dans un très beau billet traduit en français sur Owni, elle explique que le pseudonyme, pour des communautés minoritaires, opprimées ou même peu lettrées, au sens où la prise de parole n’y serait pas un geste facile, est une autorisation à la prise de parole et une protection par rapport à cette parole. En termes plus linguistiques, on pourrait dire que le pseudonyme est une autorisation au discours, une entrée dans la discursivité, la « roue du moulin à paroles » selon le mot de Lacan, qui ne serait pas forcément possible sous identité officielle : « Vous ne garantissez pas la sécurité en empêchant les gens d’utiliser des pseudonymes, vous sapez leur sécurité », déclare-t-elle à la fin de son billet, après avoir cité ce commentateur sous pseudo : « Utiliser un pseudonyme en ligne n’a pas pour fonction de paraître cool. Il s’agit de sauver votre vie quand vous êtes un militant, un journaliste ou un simple citoyen d’un pays où la liberté d’expression est opprimée ». Le pseudonyme n’est donc pas un simple déguisement, ni un masque pour jouer à être quelqu’un d’autre. Il est aussi une condition de possibilité du discours : le pseudonyme, qui est pour les uns synonyme de masquage et de dissimulation (à tel point que Facebook semble les traquer), représente pour les autres l’aisance et la sécurité communicationnelle en ligne. Fort heureusement, sur le web, et je l’espère pour longtemps encore, « nobody knows you are a dog« .

Une augmentation dénominative et énonciative de soi

Protée, l’un des dieux marins de la mythologie grecque, est doté du pouvoir bien connu de la métamorphose. Il possède une faculté moins connue qui est celle de la prophétie : Protée est celui qui sait tout, passé, présent et avenir ; c’est le dieu de ce que l’on pourrait appeler une ubiquité temporelle. Il incarne la fluidité des temps et des savoirs. On lui attribue également un exploit, rapporté par Euripide ou Hérodote : voyant Pâris enlever la femme de Ménélas, il la soustrait au jeune homme et l’emmène en Égypte où elle aurait passé les dix ans de la guerre de Troie. Euripide la présente alors comme une femme sans nom. Emile Gebhart, dans Les dernières aventures du divin Ulysse (1902) la décrit ainsi :

(Ménélas et Ulysse sont arrivés en Égypte pour retrouver Hélène et rencontrent un jeune Grec qui leur sert d’interprète)

« Ici, dit le jeune Grec, une femme aussi belle qu’orgueilleuse, la maîtresse du grand-prêtre de Sérapis, vient parfois se divertir en compagnie des plus gracieuses courtisanes de Memphis. Des eunuques noirs, le glaive nu, veillent alors autour du bois. J’ai souvent entendu, tout en voguant sur le Nil, les chansons tantôt joyeuses, tantôt tristes de ces jeunes filles. Vers le soir, elles remontent sur leur navire et rentrent dans la ville auguste à la lueur des étoiles. – Le nom de cette femme ? interroga Ménélas d’une voix étouffée par l’émotion. – Toute l’Egypte l’ignore, et seul, sans doute, le grand-prêtre le connaît. Personne n’a jamais entrevu les traits de son visage que recouvre toujours un voile brodé d’or. Les hommes de ce pays l’appellent «la Dame d’Asie ».

Voilà donc la belle Hélène augmentée d’un double, et le récit de la guerre de Troie d’une version. Le pseudonyme et les élaborations discursives, narratives et identitaires qu’il permet sur le web, constituent une augmentation dénominative et énonciative de soi. C’est un nom fluide, qui se coule, comme Protée, dans les formes de divers univers et qui se multiplie à loisir. Mon pseudonyme, c’est moi et un autre moi en même temps. C’est le moi que je dis et vois, tout autant que celui que les autres voient et disent.

Références

Allard L., 2009, « Pragmatique de l’Internet mobile. Technologies de soi et culture du transfert », dans Dervin F., Abbas Y. (dir.), 2009, Technologies numériques du soi et (co-)constructions identitaires, Paris, L’Harmattan, p. 60-74.

Batard A., 2007, « Anonymat, pseudonymat, homonymie : les sites de rencontres personnelles sur Internet au risque de l’indiscrétion », communication au 4e colloque Informatique et société du CREIS, texte en ligne : http://www.creis.sgdg.org/colloques%20creis/2007/BATARD.pdf

Boyd D., 8 août 2011, « Google +, la dictature des vrais noms« , OWNI http://owni.fr/2011/08/08/google-plus-dictature-vrais-noms-anonymat-identite/, consulté le 26 août 2012.

Cislaru G., 2009, « Le pseudonyme, nom ou discours? », Les Carnets du Cediscor, http://cediscor.revues.org/746, consulté le 23 août 2012.

Ciuraru C., June 12, 2011, « The Decline of Pseudonym« , Salon, http://www.salon.com/2011/06/12/nom_de_plume_excerpt/, consulté le 23 août 2012.

Dauzat A., 1944, Les noms de personnes, origine et évolution, Paris, Librairie Delagrave.

Dervin F., Abbas Y. (dir.), 2009, Technologies numériques du soi et (co-)constructions identitaires, Paris, L’Harmattan, coll. Questions Contemporaines.

Foucault, 1982, Les techniques de soi, cours à l’université du Vermon, publié dans Technologies of the self, 1988, repris dans Dits et Ecrits II, Gallimard, 2001.

Foucault M., 1983, « Usage des plaisirs et techniques de soi », Le Débat 27, 1983, préface à L’usage des plaisirs, Gallimard, 1984, repris dans Dits et Ecrits II, Gallimard, 2001.

Foucault M. 1984, Histoire de la sexualité 3. Le souci de soi, Paris, Gallimard.

Guillaud H., 4 juillet 2011, « Le déclin du pseudonyme« , Internet Actu.net, consulté le 23 août 2012.

Guillaud H., 25 janvier 2012, « De la valeur du pseudonymat aux risques d’une identité réelle unifiée », Internet Actu.nethttp://www.internetactu.net/2012/01/25/de-la-valeur-du-pseudonymat-aux-dangers-dune-identite-reelle-unifiee/, consulté le 23 août 2012.

Kaplan D., 15 juillet 2009, « L’homonyme d’hétéronyme« , Internet Actu.nethttp://www.internetactu.net/2009/07/15/lhomonyme-dheteronyme/, consulté le 23 août 2012.

Lapierre N., 1995, Changer de nom, Paris, Stock.

Lecolle M., Paveau M.-A., Reboul-Touré S. (dir.), 2009, Le nom propre en discours, Les carnets du Cediscor 11, http://cediscor.revues.org/729

Martin M., 2005, Les constructions identitaires du sujet a travers la mise en place de pseudonymes et l’émergence d’un nouveau code langagier via l’outil Internet, Thèse de doctorat : Université de Saint-Denis, Île de La Réunion.

Martin M., 2006, Le pseudonyme sur Internet, une nomination située au carrefour de l’anonymat et de la sphère privée, Préface d’Alain Coianiz, Paris, Éditions L’Harmattan, coll. Langue et parole.

Martin M., 2012, Se nommer pour exister. L’exemple du pseudonyme sur l’internet, paris l’Harmattan, coll. Nomino ergo sum.

Mathias P., 2009, « Note introductive aux identités numériques », Cités 3/39, p. 59-66.

Offner B., 1957, « Au jardin des pseudonymes », Vie et langage, 59.

Paveau M.-A., 27 février 2012, “Activités langagières et technologie discursive. L’exemple de Twitter”, La pensée du discours [carnet de recherche], 27.02.2012, http://penseedudiscours.hypotheses.org/8338, consulté le 26 août 2012.

Paveau, M.-A., 12 mars 2012, Against ReflexivityEspaces réflexifs [carnet de recherche]. http://reflexivites.hypotheses.org/1325, Consulté le 26 août 2012.

***

Crédit images : Série « Troubles transparences », photographies M.-A. Paveau, juillet 2012

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 26 août 2012, Linguistique et numérique 4. Les écritures de Protée : identités pseudonymesLa pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10057, consulté le…

Prochain billet : Linguistique et numérique 5. Énonciations collectives et styles multiples


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 27/08/2012

    […] L'identité numérique est un thème largement traité dans les différentes disciplines SHS qui s'intéresse… (Linguistique et numérique 4.  […]

  2. 28/08/2012

    […] L’identité numérique est un thème largement traité dans les différentes disciplines SHS qui s’intéressent à la présentation de soi sur le web : sciences de l’information et de la communication, sociologie, philosophie, intelligence artificielle, droit, “humanités numériques”. Cet ensemble de données personnelles que nous déposons ou laissons à notre insu sur le web (ce que nous faisons, disons, partageons, ressentons, aimons, détestons, recherchons, etc.) via des procédures technologiques a fait l’objet de nombreuses analyses dans ces domaines.  […]

  3. 02/09/2012

    […] L'identité numérique est un thème largement traité dans les différentes disciplines SHS qui s'intéresse…  […]