Les événements discursifs moraux 1. « Je vous/t’emmerde ! ». Le maire et la tricoteuse

Capture d’écran 2013-05-11 à 21.19.18Quel est le point commun entre la tricoteuse du Monoprix de Sannois et le maire de Levallois ? Entre Françoise Puyau-Puyalet et Patrick Balkany ? Le même usage lexical du verbe emmerder à la voix transitive directe avec complément animé humain : « je vous emmerde », lâche Patrick Balkany sur RMC, un matin de grande écoute, à l’avocat de l’ex-majordome de Liliane Bettencourt, peu après la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans ce dossier ; « je t’emmerde, salaud », envoie la vieille dame à cet homme inconnu qui lui aurait dit « dégage ! » en la voyant tricoter devant le Monoprix.

Sens

Les dictionnaires d’argot sont assez discrets sur cette expression et tant le Dictionnaire de l’argot et du français populaire dirigé par Jean-Paul Colin chez Larousse que Le Dictionnaire du français non conventionnel de Jacques Cellard et Alain Rey chez Hachette la définissent comme une « rupture brutale de conversation ». C’est un peu léger pour un terme assez fort et le TLFI est heureusement un peu plus prolixe :

3. [Avec l’idée de dédain, de mépris; souvent en manière de provocation ou de défi, dans une phrase exclamative; le suj. désigne une pers.] Emmerder qqn ou, plus rarement, emmerder qqc.Tenir quelqu’un ou quelque chose pour inexistant, pour insignifiant. J’emmerde la Commune (VERLAINEŒuvres compl., t. 5, Confess., 1895, p. 191). Le directeur général, je l’emmerde… comme j’ai l’honneur de vous le dire… (CÉLINEVoyage, 1932, p. 209). Thorez, je lui crache dessus, le gouvernement, je l’emmerde! (AYMÉUranus, 1948, p. 225).

Emmerder quelqu’un, c’est donc le tenir pour quantité négligeable et méprisable, l’annuler en quelque sorte. Et la formule peut être intensifiée par une apostrophe postposée, comme dans l’expression de Françoise : « Je t’emmerde, salaud ». On trouvera aussi fréquemment l’association « je t’emmerde, connard », qui est presque lexicalisée.

Mais ce qui m’intéresse, ce sont les deux petits événements discursifs que ces répliques ont déclenchées, dans la presse, sur les réseaux sociaux, sur les blogs : des analyses, des réactions, des indignations, des approbations et désapprobations, en bref, des discours sur ce discours, un réseau de métadiscours. Les événements discursifs ont été de nature différente car les locuteurs et les environnements, et donc les normes de la vertu discursive dans sa composante conversationnelle, c’est-à-dire, pour moi, de la décence discursive, n’ont pas été les mêmes. Et du coup, le traitement éthique et même juridique des deux affaires a été différent.

La décence discursive

Je rappelle d’abord ce que j’appelle décence discursive, en m’inspirant de la notion défendue en philosophie par Avishai Margalit dans son ouvrage La société décente, définie par rapport à celle d’humiliation. Pour Margalit, « il y a humiliation chaque fois qu’un comportement ou une situation donne à quelqu’un, homme ou femme, une raison valable de penser qu’il a été atteint dans le respect qu’il a de lui-même » (1999 [1996], p. 21). Par conséquent, la décence sera définie par l’absence d’humiliation, et également, sous forme positive, par l’honneur : « Selon ma proposition, la société décente est une société dans laquelle chaque individu se voit accorder l’honneur qui lui est dû » (p. 48). J’ai transféré au discours la notion de décence, appliquée à la société par Margalit et je propose de dire qu’un discours décent est un discours, non seulement par lequel les agents ne s’humilient pas entre eux, mais qui est produit dans un environnement dont les valeurs ne permettent pas l’humiliation des agents. Cela veut dire que la décence discursive, qui définit l’ajustement entre les agents, est régulée par le collectif, puisqu’elle dépend des normes discursives de l’ensemble de l’environnement, et non pas simplement des conceptions individuelles des agents de l’échange verbal. La notion de décence discursive est en effet articulée sur un sentiment à la croisée de l’individuel et du collectif (l’humiliation), et dépendante des normes perceptives en circulation dans l’environnement. De plus, le sentiment d’humiliation est un de ceux qui déclenchent une évaluation morale, à la source de l’événement discursif qui permet l’analyse morale des discours.

Dans l’affaire de la tricoteuse, la décence discursive se joue à deux niveaux différents : la vieille dame se sent agressée par la remarque de celui dont elle ignore qu’il est le maire de Sannois. Dans les nombreuses interviews dont elle fait l’objet au moment de la révélation de cette histoire, elle signale qu’elle s’est sentie humiliée par le tutoiement de Yanick Paternotte : « S’il s’était présenté, je me serais excusée, mais il m’a tutoyée et je me suis sentie insultée. Je ne suis pas un chien » (Le Parisien, 22.11.2012). « Je ne suis pas un chien » : formule immémoriale de celui à qui, comme le dit Margalit, on n’accorde pas l’honneur qui lui est dû, en particulier en usant du tutoiement de mépris, celui de l’insulte et de l’abus de pouvoir. De l’autre côté, le maire se sent outragé et porte plainte pour outrage, d’ailleurs, puisqu’il fait partie des figures qui en ont le droit (Paveau 2008) ; la vieille dame est condamnée. Dans cette affaire, tout est asymétrique et la décence discursive ne peut constituer une référence pour les deux partis : pour le maire, c’est de la décence discursive du droit qu’il s’agit, ce que dit bien la notion juridique d’outrage à laquelle il fait appel pour faire condamner la vieille dame tricoteuse. Pour celle-ci, il en va autrement : c’est la décence discursive relationnelle qu’elle privilégie, en soulignant ce tutoiement inacceptable, la décence d’un humain par rapport à un autre humain : si on la transgresse, alors, pour elle, on passe du côté des « salauds », catégorie où elle se sent le droit de placer le maire de Sannois.

Le contexte du « je vous emmerde » vouvoyeur de Patrick Balkany est très différent : au cours de l’émission matinale de Jean-Claude Bourdin sur RMC le vendredi 22 mars 2013, le maire de Levallois, ami très proche de Nicolas Sarkozy, proteste contre la mise en examen de l’ancien président ; l’avocat présent, maître Gillot, commente ainsi : « M. Balkany défend un vieux copain, c’est normal ». C’est alors qu’arrive le « Je vous emmerde », réaction d’énervement à l’ironie de la remarque précédente, ressentie comme disqualifiante. Mais personne n’est sûr d’avoir véritablement entendu cette expression. Sur le coup, le journaliste demande « ’Qui a dit ‘je vous emmerde’ ? », à quoi Patrick Balkany répond : « Ah, pas moi » ! Quelques jours après, l’ami de l’ancien président continue sa défense dénégative :

Mais Patrick Balkany s’en défend ce lundi. « Bien sûr que vous avez mal compris », affirme l’élu à Jean-Jacques Bourdin. « Je réponds « je vous en remercie » avec un peu d’ironie. Vous savez, je pratique l’ironie, pas l’invective. D’ailleurs, vos confrères ont réécouté avec attention la bande, et ils ont bien entendu « je vous en remercie ». Mais vous me coupiez, votre voix a couvert la fin de la phrase » se justifie Patrick Balkany qui précise : « Il est évident que je n’avais aucune raison d’insulter maître Antoine Gillot ».

Bon joueur, Jean-Jacques Bourdin a reconnu qu’il pouvait se tromper, même si le doute régnait toujours : « Comme ici nous sommes sport, le doute profite à l’accusé »  (« ‘Je vous emmerde’ : Balkany se défend », rmc.fr, 25.03.2013).

L’expression se voit alors effacée de la mémoire discursive de l’émission, et l’événement discursif moral qui avait occupé un week-end tombe brusquement : pas d’insulte, pas de plainte, pas de transgression de la norme. Le mot disparaît, en vertu de ce doute et d’un gentleman agreement que Bourdin nomme « sport ». On voit que l’environnement tout entier négocie la valeur de la parole et maintient la décence discursive intacte.

Il me semble que l’analyse du discours, pour rendre compte de ces événements discursifs moraux, doit s’arrêter là, à la description des positions des agents, des fonctionnements des environnements, de la négociation des valeurs. Comme le genre de discours du carnet accueille volontiers nos engagements de chercheurs, j’ajoute un point de vue personnel, qui peut d’ailleurs être versé au dossier de l’instablité de la notion de décence discursive, fortement située et étroitement ajustée aux contextes.

Point de vue

Deux énoncés semblables, deux traitements différents, deux conceptions différentes de la décence discursive. Du côté des hommes de pouvoir et de radio, on s’arrange élégamment, on joue le jeu médiatique, politique et mondain. « Bon joueur », écrit le journaliste. « On me remet plus bas que terre pour un mot plus haut que l’autre », conclut amèrement Françoise, avec l’art de la formule que lui ont appris les années de sa petite célébrité de tricoteuse publique.

Je ne sais pas quelle est l’évaluation commune de ces deux événements, et s’il y en a une d’ailleurs. Mais les degrés de gravité accordé à chacun des événements par les représentants de la justice et les différents agents langagiers et moraux sont inverses à mon évaluation personnelle : ce « Je t’emmerde, salaud » dans la bouche de Françoise ne sonne pas si scandaleux à mes oreilles, mais il m’amuse plutôt ; comme la journaliste de Rue89 pleine d’empathie pour Françoise, et même si c’est un cliché, je pense à Arletty, en fait plutôt à Jacky Sardou et au personnage du Français râleur et mauvais coucheur qui a l’insulte facile. Qu’on emmerde l’arbitraire et l’abus de pouvoir ne me dérange pas, ça me réjouit plutôt. Dans la bouche de Patrick Balkany, qui détient bien plus de pouvoir que les deux pauvres aiguilles de Françoise, le « Je vous emmerde » me semble bien plus menaçant : c’est une liberté prise avec la tenue publique du discours d’un élu du peuple, c’est un piétinement du droit représenté par un avocat.

La décence discursive est donc une notion bien ajustée à un environnement, qui se négocie entre les agents, les valeurs, les communautés ; et il faut qu’elle le reste, d’ailleurs, car l’universel en ce domaine conduirait bien sûr à une forme de totalitarisme. Mais finalement, en vertu de cette instabilité, c’est la loi que Patrick Balkany « emmerde » à sa guise, alors que Françoise, de mon point de vue, ne gêne pas grand chose ni grand monde. Et je trouve ça bien emmerdant.

Mise à jour du 12 mai 14h00 : Stéphanie Messal me communique les références de cette vidéo : MC Jean Gab’1, J’t’emmerde – d’autres usages à observer…

Références

Cellard J., Rey A., 1991, Le dictionnaire du français non conventionnel, Paris, Hachette.
Colin J.-P., 2010, dir., Dictionnaire de l’argot et du français populaire, Paris, Larousse.
Margalit A., 1999 [1996], La société décente, Paris, Climats.
Paveau M.-A., 2008, « “J’irai cracher sur ta France”. Discours d’outrage aux emblèmes et symboles de l’État », dans Desmons E., Paveau M.-A. (eds), Outrages, insultes, blasphèmes et injures : violences du langage et polices du discours, Paris, L’Harmattan, p. 109-135.

Crédit. Couverture de J’insulte Dans Toutes Les Langues de Louis Jouve (Paris, Studyrama, 2008)

Prochain billet. Les événements discursifs moraux 2. La vertu épistémique

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 11 mai 2013, “ « Je vous/t’emmerde ! ». Le maire et la tricoteuse“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=10046, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. wilder françoise dit :

    Nouveau pour moi cet usage de la « commune décence ».
    On remarque que c’est toujours le puissant qui dit qu’on l’a mal compris et l’humilié qui en rajoute, qui explicite.
    Dans le mode d’interlocution psychanalytique il s’agit de ne jamais répliquer qu’on n’a pas dit ou bien que l’autre ne vous a pas compris-côté analyste, bien entendu…

  2. Gloria dit :

    « mais qui est produit dans un environnement dont les valeurs ne permettent pas l’humiliation des agents » je me demande s’il pourrait y avoir un(des) environnement(s) dans lequel l’humiliation pourrait être permise/acceptée par ses agents?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, dans les contextes totalitaires par exemple, où l’humiliation est un mode de gestion du pouvoir et des soumissions, et où les humiliés n’ont pas le choix, ou ne connaissent que ce type de socialisation – ou dans des contextes comme le bizutage, où l’humiliation est justifiée par la tradition et le rituel, et acceptée et même intériorisée comme telle par les humiliés – et encore, mais c’est beaucoup plus spécifique, en contexte BDSM, où l’humiliation est liée à la jouissance – dans tous ces contextes, la notion de décence est évidemment située et dépend des valeurs de l’observateur, et tout dépend du sens donné à « humiliation » : j’estime par exemple quant à moi que totalitarisme et bizutage sont des contexte d’indécence discursive et autre, mais non le BDSM – quelqu’un d’autre pourra avoir d’autres valeurs et représentations

      • Gloria dit :

        oui, je vois bien le caractère ‘situé’ des ces valeurs… quelqu’un pourrait dire que le fait d’appeler ces contextes en tant qu’humiliants, surtout pour les contextes totalitaires ou le bizutage, serait juste un effet des prédiscours de celui qui observe…
        je suis d’accord pour le BDSM, c’est toute une autre chose, surtou pour le ‘consensus’ du SSC-acord.

  3. Numéro 6 dit :

    Bonjour.

    Je n’ai pas de connaissance de ce domaine, mais la notion de « registre » ne couvre t’elle celles de « décence » ou « d’indécense » discursive?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      si vous faites allusion au sens de « registre de langue » comme « niveau de langue », alors l’expression est argotique en effet mais cela n’a pas de rapport direct avec la notion de décence discursive que je défends : ce n’est pas la forme argotique qui est considérée comme inacceptable en soi, bien qu’elle intensifie sans doute le sentiment de violence verbale, mais bien le contenu de sens – sous une forme dite « châtiée », l’agression aurait également été ressentie comme telle